0

Couleurs primaires et + encore, avec Janik Coat

Janik Coat débarque dans la collection Tout-petits cartons des éditions MeMo, avec une série de tout-cartonnés à la ligne graphique et haute en couleurs : pour démarrer la série, quatre livres format paysage, mettant chacun en scène un animal associé à une couleur qu’il fait découvrir au bébé lecteur…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Couleurs primaires pour ouvrir le bal : rouge hippopotame, jaune chameau, bleu éléphant ; puis la voie est ouverte aux couleurs secondaires : vert tamanoir… et bientôt d’autres couleurs, d’autres animaux…

mon hippopotame est rouge comme… les fraises et les cerises

rouge comme… le coucher du soleil

rouge comme… les maisons en briques

rouge comme… les coquelicots

popov est rouge

rouge-hippopotame-janik-coatA l’image du protagoniste bestial fait sien par l’enfant — « mon hippopotame », « mon chameau », etc.—, observation et exploration de l’environnement par le filtre de la couleur : dans Rouge hippopotame, couverture rouge oblige, avec mon hippopotame, Popov*, je vois ce que la vie recèle de rouge, de double page en double page — fraises, cerises, coucher de soleil…— et je suis à même, au terme de ce voyage monochrome, de distinguer le rouge des autres couleurs, soit, en pratique, de parvenir à retrouver Popov*, l’hippopotame rouge, parmi les hippopotames de toutes les couleurs que me donne à voir la dernière double page de l’album. Idem avec Shafick*, le chameau jaune ; Hégésippe*, l’éléphant bleu ; et Maurice*, le tamanoir vert !

Un graphisme ludique pour appréhender une à une, et dès le plus jeune âge, les couleurs de la vie. A paraître par la suite : Rose poulpe, Marron mammouth, Orange sanglier, Violet chat, Blanc chouette et Noir rhinocéros…

*Oui, dans ses différents livres, Janik Coat s’attache à attribuer des prénoms rares et marquants à chaque membre de son bestiaire imaginaire…

 

 

1

Maman, papa, et avant ça…

Bientôt la fête des mères, la fête des pères… et vous n’avez pas de cadeau en tête ? Un bébé vient de naître dans votre entourage, et d’un présent qui fera date vous êtes en quête ? Votre propre enfant ne dit pas encore « papa » ou « maman »… pourtant vous avez vraiment vraiment hâte et vous ne seriez pas contre un petit coup de pouce !? Il ou elle ne comprend pas encore le concept de grand-parent  ?

A toutes ces questions, et à bien d’autres encore, une réponse sensationnelle est apportée ce printemps par l’auteur-illustrateur Emilie Vast, qui publie chez MeMo, collection Tout-petits cartons, deux albums tout cartonnés de toute beauté :

de maman en maman

& de papa en papa

 

Sont-ce des livres ou des poupées ? Des livres de poupées. Pour petites filles ? Petits garçons itou également. Pour mamans ? Et papas ! Et leurs mamans… Et leurs papas… ! OK… qu’est-ce donc que ces poupées qui nous sont livrées ? Des poupées… russes ! Chaque page de ces albums tout cartonnés, couverture et quatrième de couv’ comprises, incluent, dans leur format rectangulaire, le dessin d’une poupée russe : et plus l’on progresse dans la lecture, plus la taille de la poupée décroit. Pourquoi ? Pour coïncider avec le sens du propos : la généalogie du bébé lecteur. Ainsi démarre ce double récit de la vie :

« Il y a très, très, très, très longtemps, la maman de la maman de la maman de la maman de la maman de ma maman donna naissance à la maman de la maman de la maman de la maman de ma maman. »

et

« Il y a très, très, très, très longtemps, le papa du papa du papa du papa du papa de mon papa donna naissance au papa du papa du papa du papa de mon papa. »

La plus grande des poupées russes, celle qui ouvre le bal, c’est l’ancêtre… La plus petite, qui clôt, pour l’heure, la balade, n’est autre que le bébé… ce petit dernier ! Entre les deux, toutes ces générations de mamans & de papas qui se sont reproduits, les uns après les autres, donnant finalement naissance à ce poupon de lecteur découvrant ainsi tout en poésie son incroyable lignée !

Enfants, parents, grand-parents, arrière-grand-parents, arrière-arrière-…-grand-parents, on remonte le temps…. Ou plutôt on le déroule, on va le chercher loin, très loin, pour l’attirer vers nous, on l’apprivoise, le passé nourrissant le présent :

Par ce procédé judicieux de l’emboîtement, Emilie Vast ancre/encre littéralement le bébé dans la riche histoire de sa conception ; le tout petit est compris dans toutes ces figures familiales qui ont contribué à sa mise au monde ; il est le fruit d’un héritage multiple, en même temps qu’il grandit et que, vraisemblablement, naturellement, le bébé d’hier deviendra parent demain, et pourra narrer la même histoire à son marmot un jour prochain, pas si lointain.

Par cette mise en abîme universelle et ludique, chacun pouvant s’identifier à souhait dans la poupée qui le décrit, en y apposant tous ses souvenirs, Emilie Vast met en mots et en images les questions relatives à l’identité, la filiation, les origines, qu’un jeune enfant peut se poser dès son plus jeune âge, ou poser à ses parents et grands-parents.

Par ce doux enchâssement, où chaque corps, quelle que soit son époque, regorge de vie (chaque habit abrite animaux et végétaux d’une même couleur, et les couleurs se fondent & répondent d’une poupée et d’un livre à l’autre), Emilie Vast dit l’appartenance du tout petit à une grande famille, dont les plus âgés sont peut-être partis, mais que la mémoire, transmise par les parents, ravive à chaque instant. 

Vous l’aurez compris, l’un complète l’autre ! Quelques images de ces ascendances/descendances version matriochka ici et patriochka , avant de vous encourager très vivement à acquérir ces livres, pour que, dans vos chaumières, les papas et les mamans lisent et relisent, chacun & en chœur, leurs histoires à leurs enfants !

 


Pour vous aider à faire main basse sur ces formidables livres en librairie et en bibliothèque, en voici les références complètes :
De maman en maman : matriochka [Texte imprimé] / Emilie Vast. – Nantes : MeMo, 2016. – 1 vol. (16 p.) ; illustrations en couleurs ; 22 x 15 cm.
ISBN 978-2-35289-286-1 : 9,50 EUR
De papa en papa : patriochka [Texte imprimé] / Emilie Vast. – Nantes : MeMo, 2016. – 1 vol. (16 p.) ; illustrations en couleurs ; 22 x 15 cm.
ISBN 978-2-35289-287-8 : 9,50 EUR
3

a ba ba

Oyez, oyez, chef d’œuvre de la littérature pour tout petit, signé Malika Doray et Annelore Parot :

A ba ba Malika Doray et Annelore Parot

il fallait bien être deux pour avoir cette idée à la fois simplissime et géniale, de dire le récit à la façon d’un enfant babillant ne connaissant l’alphabet ni d’ève ni d’adam, mais maîtrisant parfaitement son ababa, ce langage universel par lequel nous sommes tous passés ! Le ou la petitout(e) dialogue ainsi avec sa maman, au creux de ses bras, cherchant le contact, tant par des questions — a ba ? ba  — que par des affirmations — a ba ba ! —, se met en quête de nouveaux interlocuteurs, un frère, une sœur, peut-être, à qui faire causette — a ba ba ba… — avant de se raconter, aussi, mille et unes histoires rien que pour lui… !

Pour vous faire une idée plus concrète de cette merveille, rendez-vous sur le site de l’éditeur, MeMo : http://www.editions-memo.fr/a-ba-ba, qui met en ligne quelques extraits illustrés…

En bref, une lecture riante, à partager en toute complicité avec son ou ses bébés !


Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque municipale, en voici les références complètes :

the-light-bulb-363064_640A ba ba [Texte imprimé] / Malika Doray et Annelore Parot. – [Nantes] : Éditions MeMo, cop. 2014 (impr. en Pologne). – 1 vol. (non paginé [10] p.) : ill. en coul. ; 22 cm.
Livre cartonné
ISBN 978-2-35289-236-6 (rel.) : 9 EUR

 

 

 

1

Jour et nuit

C’est nouveau, ça vient de sortir et c’est tout doux, tout beau, ces albums jumeaux signés Anne Crausaz et édités chez MeMo :

  • Et le matin : quand le jour se lève…
  • Et le soir : quand la nuit tombe…

Deux livres entièrement cartonnés à présenter, si le cœur vous en dit, en miroir aux tout petits, en vue de pénétrer les menus secrets du jour comme de la nuit. Comme toujours avec cette auteur-illustratrice, chaque histoire, phrase, image exprime une humble ode à la nature, décrite en son plus simple appareil : le matin, c’est l’heure… de se coucher, mais oui, du moins pour les petites chouettes, les hérissons, les fouines et les blaireaux, tandis que s’activent les oiseaux, le chien et les enfants ! et le soir, quand la nuit tombe… les animaux noctambules vivent leur vie — se substanter, partir en promenade, apprendre à voler sans bruit —, tandis que les êtres de jour ferment leurs yeux et s’endorment dans les bras de Morphée.

Anne Crausaz s’empare de l’aube pour dessiner l’horizon d’un cycle complet de vingt-quatre heures, répétable à l’infini, décrivant les rythmes de la vie : d’une grande intelligence, et d’une merveilleuse finesse.


Pour vous aider à trouver ces livres en librairie ou en bibliothèque municipale, en voici les références complètes :

the-light-bulb-363064_640Et le matin quand le jour se lève… [Texte imprimé] / Anne Crausaz. – éditions MeMo, 2015.
ISBN 978-2-35289-259-5 : 9,50 EUR. 

Et le soir quand la nuit tombe… [Texte imprimé] / Anne Crausaz. – éditions MeMo, 2015.
ISBN 978-2-35289-260-1 : 9,50 EUR.