0

Le livre qui se penche sur ton berceau

Jamais deux sans trois : après Le visiteur d’Iching Hung et Tu vas voir de Frédérique Bertrand, voici tout comme d’Henri Meunier, un tout aussi chouette livre de naissance, paru au Rouergue, qui se distingue par sa gaie fantaisie :

Ici, ce sont toutes sortes de fées de France et de Navarre qui viennent se pencher sur le berceau du bébé pas-encore-né ou tout-juste-né et qui lui adressent une tendre prédiction se fondant toujours sur un effet miroir : tu seras tout comme moi, mon fils, ma fille, mon filleul, ma filleule, etc. !

Le ton, résolument ludique, des images comme des mots, plaira aux tout-petits comme aux plus grands, l’écart entre la fée et le bébé, traduit visuellement, étant proprement hilarant :

« Oouh oouh ! » dit le loup, tu auras de l’appétit et tu auras bon goût, comme moi

[à ma gauche, un loup avec fourchette et couteau ; à ma droite, un biberon]

« Grooar », dit le lion, tu auras des rêves majestueux et tu trôneras, comme moi

[à ma gauche, le roi lion sur son siège ; à ma droite, un pot et du papier toilette]

Cet album traduit avec beaucoup de bienveillance les tout premiers échanges qui ont presque toujours lieu à l’occasion d’une naissance, entre un nouveau-né et ses êtres les plus proches, ce qu’ils lui disent, la part d’eux-mêmes qu’ils ne manquent pas de projeter sur cette toute petite et toute nouvelle personne, tandis que celle-ci entend, perçoit et reçoit ces premiers gestes et mots destinés à elle seule.

Il dit l’amour, mais aussi, fondamentalement, l’humour, dès le premier souffle de vie. Car l’événement met en joie et après le premier cri viendront les sourires et les rires nourris de complicité : l’histoire, qui se dit comme une ritournelle, se donne aussi à voir comme un spectacle, un théâtre pour tout public friand de bons sentiments ET de second degré — quand la base est là, on peut passer ensemble au niveau suivant. Place à la comédie, parodie des visites à la maternité, et entrée, par l’intertextualité, du bébé lecteur en lecture et littérature ! En effet, en fait, dans ce livre, les proches venus rencontrer le bébé ne ressemblent pas tant que ça à des parents, je dirais même plus, quelques-unes des fées réunies rappellent à s’y tromper des personnages tout droit sortis du folklore et patrimoine de la littérature jeunesse : le loup grand dévoreur depuis les temps anciens, le lion indétrônable roi des animaux, la grenouille qui veut qu’on l’embrasse… tant d’avatars issus de notre imaginaire fécond depuis des générations ! Vous reconnaîtrez-vous dans l’un de ces multiples personnages, papa coq, maman poule, maman coq, papa poule et tonton Robert ? Quand l’adulte fait le clown, fait l’enfant, pour accueillir et faire rire son propre enfant !

Bref, un livre-caresse dont le bébé est le héros… tout comme le reste de sa famille, les amis, et puis aussi les livres pour tout-petits… youpi, hohoho, hahaha, tralala et hihihi !

Publicités
0

Naître et devenir

Lumière aujourd’hui sur deux beaux, très beaux livres de naissance, l’un et l’autre prouesses graphiques, donc visuelles, au service de récits initiatiques :

Le premier, Le visiteur, est un album muet illustré par Iching Hung aux éditions HongFei Cultures, réalisé avec du papier argenté, de l’aquarelle et de la peinture acrylique. L’auteur, originaire de Taipei et héritière de l’art traditionnel de décoration des temples et spectacles de plein air mêlant toutes sortes d’êtres mythologiques, imaginaires, propose, dans ce livre originel et original, une aussi douce qu’incroyable épopée. Dès les premières planches, un drôle d’être, petit, surpris, radieux, éclot d’une non moins étrange masse sombre, c’est le visiteur sans doute, qui est-il, où est-il, où va-t-il ? Il visite, vadrouille d’un environnement à un autre, de matières en matières, une couleur après l’autre, que de découvertes, parcours dans le temps et l’espace, avant de se retrouver, un peu plus grandi, face à tous les éléments qu’il a croisés enfin réunis, et vus d’un peu plus loin… Métaphore de la gestation ? La visitée serait-elle la maman ? Quelques extraits ici !

Le second, Tu vas voir, est un album peu bavard qui se fonde sur des jeux de regard : signé Frédérique Bertrand aux éditions du Rouergue, il s’adresse au jeune lecteur à la deuxième personne, en lui demandant, d’emblée, d’ouvrir grand ses yeux ; et de fait, c’est un livre qui s’amuse à mettre en scène une paire d’yeux, et ce que cette paire d’yeux est amenée à voir. Une histoire qui parle, au présent, de l’avenir qui s’ouvre et s’offre à l’enfant naissant, avec force humour, tendresse, jeux d’images et de mots.

ouvre grand tes yeux [paire d’yeux]

tu vas voir [paire d’yeux étonnés]

on ne marche pas toujours à quatre pattes, on peut aussi voyager comme ça [image d’un œil compris dans un bateau naviguant sur l’eau sur la page de gauche], ou comme ça [image d’un œil compris dans un bateau et marchant sur le sable, page de droite],

c’est à toi de voir…

Chaque séquence est annoncée, telle une ritournelle, par l’affectueuse et espiègle affirmation « Tu vas voir », pour accompagner ensuite le petit dans ses premiers pas, ses premières fois, et puis ceux et celles qui suivent, aussi.

tu vas voir

il y a des musiques qui nous enchantent, d’autres que ne nous parlent pas

et d’autres que tu inventeras… « Ah, tu verras tu verras !… »

Dans cet ouvrage créé avec le concours du département de l’Ardèche et offert dans ce département à tous les enfants nés en 2018 et 2019 (quelle chance !), de double page en double page, la paire d’yeux est toujours là, seule d’abord, ou presque, on devine l’objet du regard, puis la page suivante son champ de vision l’entoure littéralement, voire la grignote à défaut de la dévorer des yeux ! Une lecture complice entre l’adulte et l’enfant, qui dit les apprentissages dans le temps, mais aussi la liberté, la curiosité, les choix, l’envie et la joie de vivre, fondamentalement.

A lire, au moins une fois, et à relire, au moins cent fois !

0

Premiers pas avec Picasso, Calder et Albers

Il y a quelque temps, la BBthèque vous présentait Du bleu et autres couleurs avec Henri Matisse. C’était le premier titre d’une nouvelle collection d’éveil artistique aux éditions Phaidon : PREMIERS PAS avec les GRAND ARTISTES, mettant l’art à portée des tout-petits par un format tout-cartonné et une approche des œuvres d’art résolument pédagogique. Aujourd’hui la collection a grandi et comporte désormais trois autres titres dont je vous parle ici :

Après une introduction à l’œuvre d’Henri Matisse articulée sur un jeu autour des couleurs, voici que Phaidon propose de nouvelles combinaisons inédites pour stimuler l’éveil des bébés lecteurs à l’art, au monde et aux mathématiques :

  • Un bestiaire à partir de carnets d’esquisses de Pablo Picasso
  • Un livre pour apprendre à compter… avec Alexander Calder s’il-vous-plaît, le champion des mobiles, pionnier des sculptures en mouvement
  • Un livre pour identifier et nommer les formes, avec Josef Albers, amateur de géométrie, couleurs et illusion optique.

Dans chacun de ces trois documentaires à portée des plus jeunes lecteurs, les reproductions d’œuvre d’arts ont la part belle, assemblées de façon à servir, donc, un propos pédagogique, véritable fil rouge de la lecture-visite, accompagné de commentaires afin de guider l’adulte et l’enfant, à qui s’adresse le livre, dans cette expérience qui amène un peu des musées dans les maisons.

La géométrie avec Albers, c’est beau, limpide et en même temps vertigineux de couleurs et d’imbrications, c’est la fête des formes, cercles, triangles, carrés. La numération avec Calder, c’est l’art de l’observation : qu’est-ce qui varie d’une sculpture à l’autre, quelles formes, quelles couleurs, quels motifs se répètent, combien de fois, comment se compose l’ensemble, etc. : on compte, et on met en relations ; on calcule, presque. Et puis on part à la découverte des animaux avec les traits si expressifs de Picasso, inspirés par les poèmes animaliers écrits par son ami et poète Apollinaire, et comme prêts, qui à s’envoler, qui à marcher, qui à nager, on se croirait en pleine nature !

En bref, un concept sympa et des réalisations réussies : de beaux livres d’éveil artistique pour les tout-petits.

0

Mais où est… Momo

Tout le monde connaît (Mais) où est Charlie… où il faut trouver Charlie dans pléthores de scènes, Andrew Knapp s’amuse à adapter le concept, en utilisant le média photos, pour les tout-petits bambinos, et cela donne, tadam, un premier documentaire très rigolo :

Mais est Momo :

un livre où l’on cherche son chien 

Dans cet album format carré et tout cartonné, le bébé lecteur se voit présenter, sur chaque page de gauche, quatre éléments décontextualisés et nommés, à retrouver sur la scène photographiée en page de droite.

Parmi les éléments, il y a toujours le héros de l’histoire, fidèle au rendez-vous : Momo, qui, il faut le dire, sait très bien jouer à cache-cache.

Parmi les scènes, on compte plusieurs univers différents que Momo côtoie avec le bébé lecteur et chercheur, cherche, bébé, cherche : la fête foraine, la salle de sport, l’aire de jeux, la chambre, le chantier, l’atelier, le jardin à cultiver, la librairie ou la bibliothèque (qui met la banane car oui, un des éléments à trouver est une banane), le travail dans les champs, la cuisine, et les vacances en mode road trip. Scènes truffées, c’est le cas de le dire, de détails constituant leur objet : sur la route des vacances par exemple, on trouve… un camping-car, une forêt, un cours d’eau, une prairie, une roue de secours, un appareil photo, des fenêtres ouvertes pour faire rentrer l’air dans le véhicule, Momo, bien sûr, mais aussi un doudou (qu’on retrouve d’ailleurs un peu partout), une valise, des protections sur les sièges, une carte à déplier, un appareil photo, etc.

En bref, un imagier sous forme de livre-jeu, très sympa. Quelques images sur le site de l’éditeur, Les Grandes Personnes : http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/mais-ou-est-momoandrew-knapp1er-mars-2018/ ! Bonne quête tout le monde, et bon voyage…

0

Oh zanimo : comptines & bêbêtes

Eveil musical, bonjour : les bébés braques sont de retour dans la BBthèque, avec un petit nouveau, with Steve Waring itou également, comme ses plus proches grands-frères :

Oh ! Zanimo

On ne change pas une formule qui marche, le concept de la collection demeure très pratique et aisé à prendre en main : un livre carré, format tout cartonné, avec paroles et illustrations signées Maud Legrand ; un CD, avec des plages chantées en l’occurrence par Steve Waring, et puis des versions karaoke ; des vidéos postées sur Youtube, toutes douces, reprenant les illustrations de Maud Legrand, l’interprétation dansante et joyeuse de Steve Waring, le tout s’interconnectant de plus avec la lecture du livre par un système de reconnaissance d’images via une application, pour permettre d’accéder directement à la chanson choisie en fonction de la page où on se situe. Et dans cet album multimédias, ce sont les animaux de tous les jours qui sont mis à l’honneur !

Quelques extraits de ces vidéos ici :




Pour retrouver tous les titres sortis dans la collection Bébés Braques, c’est par ici ! De quoi constituer une mini médiathèque d’éveil musical, avec les titres indispensables pour les tout-petits enfants…

0

Le rendez-vous de Monsieur Chat

D’ordinaire, les albums mettent en scène des histoires vues de face ou de profil. Rarement d’en bas, rarement d’en haut, jamais de dos. C’est là qu’arrive Marie Poirier, éditée chez les Grandes Personnes : après son formidable Vu d’en haut, la voici qui s’attelle à un très joli récit, tout aussi muet, et vu de dos s’il-vous-plaît, le combo qu’il fallait pour narrer le rendez-vous de Monsieur Chat.

La technique utilisée est la même que dans Vu d’en haut : la linogravure, au service d’un univers graphique où domine le bleu des jours d’été. Tout au long de cette histoire, nous voyons, en fait, avec les yeux d’un chat, Monsieur Chat.

Un chat d’appartement, vraisemblablement, dont dès le départ le regard va loin, épouse le lointain, même s’il voit aussi tout ce qui est plus proche de lui, et le bébé lecteur avec lui : cette femme qui joue du piano, cette petite fille qui prend son chapeau. La petite fille sort, le chat lui emboîte le pas.

Une balade en ville côtière, parmi les rues puis les herbes des jardins où le chat joue à chat avec l’oiseau, qui vole également vers un autre horizon. La fillette s’assoit sur le sable et salue une amie qui arrive par bateau. Le chat, quant à lui, sympathise avec un autre chat. Tandis que le soleil se couche et que les demoiselles papotent, Monsieur le Chat, lui, monte à bord du voilier pour prolonger son périple, accompagné de son nouveau compagnon à moustaches.

Poétique et artistique, cet album tout cartonné, en format paysage, constitue une invitation à la contemplation et au voyage pour les bébés lecteurs, observateurs et rêveurs en herbe, qui aiment aussi regarder devant, d’abord tout près et puis plus loin, là-bas, tout là-bas.

0

Mini contes pour mini maxi lecteurs

Il y a quelques mois, je publiais un post par ici qui traduisait une quête de premiers contes pour tout-petits… Quelle nouvelle bonne surprise, depuis, que la toute nouvelle collection « Mini Contes » conçue par Attilio et éditée chez Gallimard Jeunesse en 2018… qui permet d’introduire les contes presque dès le berceau ! Elle s’ouvre avec quatre des contes les plus célèbres au monde :

Les couvertures de ces albums tout-cartonnés, petit format carré, représentent très bien les livres eux-mêmes : des dessins simples et modernes, sur un fond blanc, et qui vont raconter, avec des phrases simples et modernes, les contes les plus classiques, le tout servi par un ton joyeux et dynamique.

On retrouve complètement l’esprit originel de ses contes dans ce travail, effectué avec brio par Attilio Cassinelli, d’adaptation de leurs contenus à l’environnement actuel des tout-petits. Ou comment partager avec les plus jeunes la substantifique moelle du patrimoine ancestral en respectant l’esprit mais pas la lettre, réussir sobrement et dans la bonne humeur à faire passer aux enfants présents les messages d’hier et de demain… par l’entremise de petites histoires, mini contes, mine de rien.

Exemple avec Le vilain petit canard :

C’était l’été, le soleil resplendissait.

Maman cane regardait ses petits à peine nés. L’œuf le plus gros n’avait pas encore éclos.

Finalement, l’œuf se brisa. Le dernier petit canard sortit et tous se mirent à marcher à la queue leu leu.

Le petit dernier, qu’on désigne comme le vilain petit canard, est tant et tant rejeté qu’il s’isole jusqu’à s’endormir dans une tanière l’hiver. Quand il se réveille au printemps, il s’est réconcilié avec lui-même et a trouvé ses pareils : laissons le temps au temps, ce vilain petit canard là n’était ni vilain ni canard, mais cygne en devenir, bel oiseau parmi les siens.

Je ne peux que vous conseiller de prendre en main et de partager avec vos mini bambins ces mini contes qui concentrent en eux un maximum de qualités !