0

Nouveaux livres à gogo #2 : questions de savoir-être

Depuis le début du déconfinement progressif, la BBthèque met lumière des albums récents que vous pourrez vous procurer dans vos librairies indépendantes préférées si elles ont redémarré leur activité. La BBthèque continue de vous inviter à vous enquérir auprès de votre libraire de proximité de ses modalités éventuelles d’ouverture ; certaines librairies pratiquent par exemple des formules de type « drive » où vous réservez par mail, en ligne ou téléphone vos ouvrages, puis venez retirer votre commande sur un créneau dédié.

Aujourd’hui, la BBthèque vous propose une sélection d’albums jeunesse où le véritable héros de l’histoire est le savoir-être :

Quel malpoli à moi un mensonge gros comme un éléphantQuel malpoli de Claire Helen Welsh et Olivier Tallec aux éditions Père Castor -Flammarion aborde, avec humour, la notion de civilité. Un petit garçon invite un ami pour le goûter : il est tout disposé à être aux petits oignons pour ce dernier. Mais son ami est vraiment malpoli ! De page en page, c’est de pis en pis. Tant et si bien que l’hôte craque et manque de politesse à son tour : le voilà qui engloutit, au final, tout le gâteau pour ne laisser que de menues miettes à son convive. Boomerang et effet miroir ! Balle au centre ? Le malpoli n°1 et le malpoli n°2 comprennent leurs erreurs et s’excusent l’un envers l’autre. S’ouvre alors une nouvelle ère à la toute fin du monde : celle du tout poli !

A moi de Lou Peacock et Yasmeen Ismail aux éditions Père Castor – Flammarion est aussi l’histoire d’un duo dont les deux parties se fâchent puis se réconcilient. Le sujet de la dispute ? Savoir à qui appartient quoi et vouloir plus pour soi, quand bien même c’est au détriment du voisin. Deux écureuils ramassent des noisettes, chacun pour sa pomme. Jusqu’au moment où les voici convoitant la même noisette, s’accrochant à elle, ne lâchant pas l’affaire. Un contre un ? « A qui sont ces noisettes » ? intervient un troisième luron. Et les personnages d’évoluer vers la résolution du problème : à lui ET à elle, à toi ET à moi. De l’exclusivité, basculer vers la notion de partage.

Un mensonge gros comme un éléphant de Thierry Roberrecht et Estelle Meens aux éditions Mijade reprend un procédé qui a fait ses preuves, dans Grosse colère de Mireille d’Alancé ou encore Bienvenue Tristesse d’Eva Eland : matérialiser une émotion, la rendre palpable en lui donnant corps. Ici la culpabilité devient ainsi éléphant tellement le mensonge qui l’occasionne est géant. Un petit garçon fait une bêtise, mais ne l’assume pas, accusant à la place sa petite sœur. Le mensonge travaille l’esprit du petit homme, si bien qu’au petit matin il a pris tant de place qu’il est devenu un éléphant lourd à porter… L’heure est donc venue de s’en libérer en assumant la vérité. 

La BBthèque vous souhaite de bonnes lectures à venir avec ces ouvrages mettant en scène la relation constructive à l’autre ! Nous vous invitons aussi à consulter notre sélection de livres sur les premiers pas dans la vie en collectivité à destination des tout-petits. 

 

 

 

1

La BBthèque chez soi… 1001 coloriages… et + encore

L’éveil musical de la semaine dernière vous a plu ? Cette semaine la BBthèque poursuit sa sélection de ressources à portée de clics pour les plus jeunes, pour s’associer à l’effort collectif et diversifier les plaisirs des petits et grands dans cette période de confinement : sus aux coloriages et aux leçons de dessins ! Psssst : on me chuchote à l’oreille qu’il paraît que ce sont là des activités également très bénéfiques pour les parents 😉

Apprentis coloristes, coloriages d’artistes

« Permis de colorier » ! nous dit Carole Chaix : ses dessins suivants circulent sur les réseaux sociaux et font l’effet d’un bol d’air, un grand bravo et merci à elle !

L’image contient peut-être : dessin

L’image contient peut-être : dessin

La BBthèque invite aussi les jeunes enfants à voyager au pays des dragons en mettant en couleurs ce carnet d’artiste de Lucie Vandevelde (@lucie.vandevelde.illus sur facebook), ou encore à devenir les 1001 coloristes de Benjamin Chaud, Camille Jourdy, Peggy Nille (merci à la librairie Récréalivres pour le partage d’infos !) ou encore Elise Gravel qui publient en ligne sur leurs pages facebook respectives ou sur leurs sites web ces jours-ci des illustrations à colorier (pour y accéder, cliquer sur les noms de ces artistes ci-dessus).

Vous pouvez vous régaler aussi, si vous n’avez pas ces ouvrages superbes chez vous, avec les pages de couverture reproduites ci-dessous des drôles de coloriage d’Adrienne Barman et de Dominika Lipniewska (avec quelques autres extraits publiés par l’éditeur La Joie de lire en cliquant sur chaque image ci-dessous !)

Les sites des éditeurs jeunesse proposent également en ligne une série de coloriages d’artistes à portée de clic : c’est le cas notamment des éditions L’Ecole des loisirs (rubrique « l’école des loisirs à la maison » pour accéder aux activités du jour… exemple ce vendredi 20 mars c’était une journée avec Claude Ponti ! coloriages de poussins garantis), La Joie de lire (rubrique Friandises), Benjamins Media (rubrique Goodises), Didier jeunesse (rubrique Bonus), Mijade (rubrique le monde de Mijade – coloriages, mention spéciale pour l’albums de coloriage à télécharger ci-dessous).

Cliquer pour accéder à zebre-coloriage.pdf

https://www.mijade.be/jeunesse/news/Coloriage/

Colorier et créer : ce patrimoine à inventer !

La Bibliothèque nationale de France répertorie, en outre, rien de moins qu’un catalogue de dessins à colorier ! Quand l’activité coloriage rencontre le bagage du patrimoine… munis de nos crayons, pénétrons pas à pas dans la caverne d’Ali Baba : les coloriages de Gallica, accessibles en cliquant ici. Les 1001 dessins que contient cette malle aux trésors sont classés par thèmes : abécédaires, animaux, cirque, contes, imagiers, jeux, moyens de transport, paysages, plantes…

D’un côté les œuvres du passé à colorier / coloriser, de l’autre les œuvres à créer aujourd’hui et demain : au-delà du coloriage, libérer votre créativité… :

  • En pratiquant de l’anticoloriage ! C’est l’idée créative, inspirée par des pédagogies alternatives promouvant le dessin libre, que développe Madeleine Deny dans son excellent blog ludique Si tu veux jouer. Anticoloriage, façon Madeleine Deny, mode d’emploi (images à découvrir en découvrant sur le titre de son blog ci-dessus) : Gribouiller une feuille dans toutes les directions / Quand la feuille est remplie de tracés de l’enfant, l’observer dans le but de découvrir des formes réalistes/ les souligner/ les colorier (c’est ici que le coloriage revient). Une activité qui combine motricité fine et imagination dès le plus jeune âge…
  • Et monter avec vos enfants une exposition chez vous, ça vous dit ? Avec un petit coup de pouce d’Hervé Tullet ? Alors rendez-vous le site web de L’exposition idéale : www.lexpoideale.com, où Hervé Tullet partage ses inspirations, réflexions, processus et techniques de création : une websérie, des ateliers vidéos, des exemples de réalisation… tout pour constituer avec l’artiste sa propre exposition et contribuer à la construction collaborative d’une grande exposition idéale qui serait celle du plus grand nombre d’artistes en herbe !

Expo idéale - Hervé Tullet

A vos crayons, feutres, stylos, pinceaux… et plus encore !

1

Imagier bilingue by Eric Carle

Eric Carle revient avec un nouveau livre, a brand new book, dans les librairies, les bibliothèques et la BBthèque : un livre GRAND, un livre de toutes les COULEURS, un livre qui parle de TOUT ou plutôt d’un peu BEAUCOUP, c’est, en anglais et en français s’il-vous-plait :

ERIC CARLE’S BOOK OF MANY THINGS

L’IMAGIER ERIC CARLE

Avec 200 mots (euh… 400 en fait : 200 en anglais, 200 en français)… auxquels sont associées 200 images, pour le plus grand plaisir des bébés lecteurs à l’heure de leur premiers pas dans le langage, quand ils sortent progressivement du babillage pour désigner, dessiner et exprimer le monde qui les entoure avec des mots. Mes premières choses, mes premières images, mes premiers mots : Eric Carle met l’environnement de l’enfant en images et en mots dans ce tout premier documentaire somme, encyclopédie bilingue pour tout-petit. Publié aux éditions Mijade, cet ouvrage rayonnant et joyeux décline le quotidien et plus encore à travers différentes grandes thématiques organisées en plusieurs thèmes :

  • Things I see : ce que je vois
    • At home, à la maison
    • In the garden, dans le jardin
    • Creepers and flyers, ce qui rampe et ce qui vole
    • On the farm, à la ferme
    • In the forest, dans la forêt
    • In the wild, les animaux sauvages
    • In the sea, au fond de la mer
    • Things that go, les moyens de transport
    • Weather, la météo
  • Things I eat : ce que je mange
    • Fruits, les fruits
    • Dinner time, le dîner
    • Party food, le goûter d’anniversaire
  • Things I learn : ce que j’apprends
    • Numbers, les chiffres
    • Shapes, les formes
    • Opposites, les contraires
    • Patterns, les motifs
  • Colourful things : les couleurs
  • Things about me : les mots pour parler de moi
    • My body, mon corps
    • What I wear, les vêtements
    • Moves I can make, les mouvements
    • How I feel, comme je me sens
    • Things I can do : tout ce que je peux faire
    • Having fun with friends, passer du temps avec mes amis

Chaque thème se déploie sur une double page, avec une illustration pleine page, et un ensemble de nouveaux mots-images sur la seconde page. Et toujours, une illustration qui emprunte à l’art, si cher à Eric Carle, du découpage : ainsi sur les pages à mots, un fonds de couleurs sur lequel sont posés comme des étiquettes ou nuages blancs sur lesquels sont posés des images qui semblent tout droits venus d’autres albums d’Eric Carle — l’araignée (spider), la toile (web), la chenille (caterpillar), le coq (rooster), l’hippocampe (seahorse), etc. Une démarche qui invite aux joies de l’intertextualité (tu te souviens de ce personnage ? de ce dessin ? on l’a vu où ? ou… tu crois qu’on le trouve ailleurs, dans un autre livre d’Eric Carle ? on le cherche ensemble ?) et, au-delà, qui peut inspirer les jeunes enfants pour construire le sens par la créativité : regrouper ensemble des éléments épars selon tel ou tel critère, copier, couper, décoller, déconstruire et reconstruire, assembler et ré-assembler, recycler, créer.

A la fin du livre, place aux images seulement, avec une dernière double page intitulée « Let’s play », en français « A toi de jouer! » : can you name all these things, peux-tu identifier les mots qui sont illustrés ? De bébé à qui on fait la lecture, le bébé devient ainsi bébé lecteur voire (co)auteur : c’est à présent lui qui va dire et mettre les mots sur les images qu’il voit.

0

Mon papa par M. Eric Carle

Eric Carle (1929-), ce génie de la littérature jeunesse, auteur notamment du non moins génial La chenille qui faisait des trous (en version originale The Very Hungry Caterpillar) où l’enfant vit la croissance et la métamorphose d’une chenille en papillon, en ayant appris au passage à compter, à nommer, à manger, etc., bref, cet auteur génial (je me répète ? noooon) arrive dans la BBthèque aujourd’hui avec un très joli album au titre tout simple et qui plaira beaucoup aux papas… : Mon papa ! édité chez Mijade en langue française en 2018.

Il y a mille et un papas…

Des papas toujours présents.

Des papas qui prennent le temps de jouer.

Des papas qui aiment parler, discuter et aussi écouter.

[…]

Chaque double page représente un papa avec un ou plusieurs de ses enfants, dans une situation donnée qui fait écho à la qualité de chaque papa, à ce que chaque père partage avec sa progéniture. Chaque papa, chaque enfant, est incarné par un type d’animal différent, ainsi le papa qui parle, discute et écoute est bien évidemment un papa perroquet ; le papa protecteur c’est le grand ours enveloppant son petit ourson, etc. Les illustrations sont… à la fois enfantines et… sublimes, colorées, lumineuses et toutes en volumes comme le reste du travail d’Eric Carle, friand de collages. L’enfant voyage à travers la faune et à travers le vaste monde avec tous ces papas, qui lui montrent aussi tout ce qu’est un papa, un papa comme le sien :

Il y a mille et un papas…

mais il n’y en a qu’un comme toi,

MON PAPA !

Un très bel album sur la paternité, à mettre entre les mains de tous les papas, de tous les bébés, de tous les enfants, de toutes les mamans… bref, de tout le monde, en somme.

PS1 destiné aux mamans notamment : Eric Carle vous/nous rend aussi un très bel hommage dans Les kangourous ont-ils une maman ? !

PS 2 : Ne pas oublier de compter le nombre d’occurrences du mot papa (singulier et pluriel) dans le livre d’Eric Carle et dans cet article. C’est très important. Ou pas.