0

Festin de crêpes pour tout-petits

En ce mois de fête des chandelles, voici une chronique gourmande sur un livre qui dévoile aux tout-petits le secret de fabrication des CRÊPES… Un livre de cuisine avec une recette unique, en format géant, tout cartonné et noir et blanc, dernière parution au sein de la collection Bon pour les bébés signée Thierry Dedieu au Seuil Jeunesse :

Comme de coutume dans cette collection, l’auteur s’inscrit dans un genre — ici le livre de cuisine — à l’intérieur duquel il livre aux bébés lecteurs, précisément, un texte tel quel, sans accompagnement autre que la mise en scène et l’illustration… qui restituent ici merveilleusement l’énergie et la tonicité dont doit faire preuve un cuisinier pour la réussite de son plat.

Le texte donc, cette fois, est constitué d’une recette de pâte à crêpes (pour 6 personnes, miam), écrite comme un livre de cuisine de ma mère-grand, recette complétée d’instructions pour cuisiner et déguster les crêpes elles-mêmes (ne pas s’arrêter en bon chemin) :

  1. Réunir les ingrédients dans un récipient
  2. Mélanger/fouetter
  3. Parfumer
  4. Laisser reposer (zzzzzzzzzzz)
  5. Cuire
  6. Tartiner !

Et toc ! Voici le tout-petit coiffé d’une toque, avec cette toute première recette à partager en famille ou en collectivité avec des plus grands : écouter et voir comment on fabrique un mets aussi simple et bon qu’une crêpe, et, au-delà, faire le lien entre le texte lu et la réalité pour peu que l’enfant soit associé à un atelier crêpe !

Publicités
0

Mini bestiaires pour apprendre à compter ou encore s’initier au japonais… !

Les bébés lecteurs ont une appétence singulière pour les extrêmes, en matière de formats livresques : les albums gigantesquement géants et ceux tout tout tout… petits. Les minis, concentrés de riches contenus et livres-objets à manipuler par les petites mains. Comme celui-ci, ou comme ceux présentés aujourd’hui, qui empruntent chacun au genre du bestiaire… combiné avec d’autres approches suscitant l’éveil des jeunes enfants :

1 chien, 10 chats !

par Martine Perrin

Ce tout cartonné, format carré de 9 x 9 cm s’il-vous-plaît, est tout à la fois un bestiaire (faisant l’apologie du plein air !), un livre-jeu et un livre pour apprendre à compter (de 1 à 10)… tout en s’amusant à coucou-cacher et à nommer/dénombrer les animaux rencontrés au quotidien, à la campagne ou dans un jardin.

Grâce à un trou rond présent une page sur deux et aux jeux de graphisme autour ce trou-trou, l’enfant se lance dans une partie de devinette : je vois un bout de l’image mais pas tout, qu’y a-t-il d’autre ? et trouve la réponse à ses questions à la page suivante, en même tant que, dans le trou, prend place le nombre illustré sur la double page dévoilée, et ce de manière extrêmement lisible. Dans mon jardin, il y a ainsi… 1… chien ; il y a aussi une pente et sur la pente… 2… escargots ; il y a un arbre et en haut de l’arbre… 3… oiseaux ; etc.

A la toute fin, surprise, tout le jardin, montré jusqu’ici par bribes, comme autant de gros plans sans corrélation apparente les uns avec les autres, est représenté globalement dans l’espace avec une sorte de jeu fait plan, par lequel l’enfant comprend son aménagement, ainsi que les habitats respectifs des petits êtres qu’il vient de rencontrer, de la niche au poulailler, la mare au pied de l’arbre, la terre en pente au dessus du terrier. Une invitation pour le jeune enfant à observer son environnement, et à le traduire en mots et en nombres.

Quelques images ici !

Mon imagier japonais : les animaux

de Julie Blanchin Fujita

Cet autre premier documentaire tout cartonné, un poil plus grand que le précédent (10 x 10 cm), propose au bébé lecteur de l’initier à la langue mais aussi à la faune japonaise. Dans cet imagier bilingue (français-japonais) de 22 petites pages, chaque double page présente un animal… occidental ou extrême-oriental : le moineau, le papillon, l’ours noir d’Asie, le poisson rouge, le chat, le scarabée, le chien viverrin, la libellule, la luciole, le chien akita.

Sur chaque page de gauche, l’illustration de l’animal, réalisée à la peinture à l’eau ; sur chaque page de droite, le mot lui-même : écrit comme à la main en langue française pour commencer, puis en japonais, et ce de plusieurs façons différentes : comment le mot se prononce (grâce à sa transcription en lettres latines) et comment il s’écrit (sa graphie  : kanji, hiragana et katakana !). Une belle introduction à une autre culture…

Quelques images à découvrir ici.

0

Cru / Cuit

L’assiette et la bibliothèque font bon ménage, notamment dans la littérature jeunesse, et les auteurs écrivant pour les tout-petits peuvent créer des merveilles de livres sur le manger pour les bébés, comme nous avons pu le voir ensemble à maintes reprises dans la BBthèque : Fruits de saison & Légumes de saison et autres livres-jeux autour des aliments et du corps humain, virées n°1, n°2 et n°3 au marché, avant d’intégrer l’assiette des bébés (ici et ) et de découvrir les bienfaits que les nutriments font au corps humain dans A dévorer des yeux par exemple…

La preuve encore aujourd’hui de ce mariage fécond avec ce petit tout cartonné, format carré, signé Matthieu Saintier et publié aux éditions Le diplodocus cette année :

Cru cuit

Cet imagier et premier documentaire utilise avec bonheur le média photo pour donner à voir, en lecture miroir, les deux versions d’un même aliment, la version crue à gauche, la version cuite à droite.

De double page en double page, le bébé lecteur explore ainsi la pomme, la châtaigne, le fromage, le chocolat, la tomate, le maïs, la fraise, le sucre, les pâtes, la carotte, le poisson et la pomme de terre… dans plusieurs de leurs états, dans la mesure où ils se transforment par l’opération de cuisson. Sur chaque photo, prise de manière rapprochée, l’enfant est présent, et toujours, acteur de l’image, en interaction avec l’aliment : on voit le plus souvent une ou deux petites mains désignant ou touchant l’aliment, si ce n’est un regard observateur ou des bouches gourmandes tant le mets semble appétissant…

Ou comment, dès le plus jeune âge, par une démarche réaliste et sensorielle, mettre la main à la pâte… et l’eau à la bouche tout à la fois. Direction la cuisine, chers bébés lecteurs !

0

Coucou l’éveil (artistique)

Une double chronique ce jour sur la BBthèque, pour vous présenter deux nouveaux livres d’éveil artistique… et plus encore, à destination du jeune public :

Coucou !

de Lucie Félix

Lucie Félix, auteur-illustrateur de génie pour les tout-petits, qui a écrit des livres extraordinaires comme Prendre et donner et La promenade de petit bonhomme, publie aujourd’hui une merveille de livre-objet à manipuler à souhait par les bébés.

C’est un livre accordéon, tout carton, qui alterne fond noir côté recto, fond blanc côté verso. Chaque page est un tableau compris à l’intérieur de ce cadre, un jeu fait tableaux, grâce à l’utilisation de panneaux en acétate, matière solide, tantôt transparente, tantôt colorée de formes diverses et variées, afin de constituer pour le bébé lecteur autant de fenêtres par lesquelles regarder son environnement, par lesquelles découvrir autrui autrement. Une fenêtre pour regarder d’un côté, et être regardé depuis l’autre côté. Une partie de coucou-caché peut vite s’engager…

Le leporello permet une lecture classique, page après page, mais aussi la surexposition de différentes pages (et donc couleurs et/ou formes) avec de belles découvertes visuelles ; le jeune enfant peut manipuler le livre à son goût et lui conférer la forme de son choix : livre lambda, parcours, maison, etc.

Une pépite d’album pour la petite enfance, favorisant l’éveil des bébés lecteurs au monde et à l’art, ainsi que le dialogue entre l’enfant et le parent ou l’adulte accompagnant ; sans conteste, ces différents publics vivent une expérience riche et variée de lecture avec cet ouvrage mobilisant à tout le moins quatre yeux et quatre mains. Place aux images ici : www.editionsdesgrandespersonnes.com et là www.luciefelix.fr/coucou !

Art’bracadabra

de Raphaël Garnier

Autre livre-objet, autre livre animé, de Raphaël Garnier qui a signé ces dernières années une exposition Mon Œil au Centre Pompidou à destination du jeune public, ainsi qu’une web-série pour enfant envisageant l’éveil artistique de façon moderne et ludique. Tel est également le parti pris de, et le pari relevé par, Raphaël Garnier dans son livre Art’bracadabra, entre le premier documentaire et le livre-jeu, où l’auteur et graphiste fournit au jeune public le mode d’emploi de l’acte de création artistique.

L’oeuvre d’art est ainsi présentée à travers différentes grandes étapes : le point, la ligne, la forme, la matière, l’outil, la couleur, le contraste, le volume, la composition, la perspective… point final (oh on redémarre à zéro, c’est reparti pour un tour !) ; comment ces différentes étapes sont abordées, c’est là que réside la « magie » de ce livre-objet fondamentalement interactif : de manière concrète, par le jeu et la manipulation (le livre multiplie à bon escient les ressorts diversifiés du livre animé : roue à tourner, volets à soulever, languettes à tirer, découpages, transparents, pop-up, encres spécifiques à toucher) et de manière onirique, par des associations d’idées, des images à même de parler aux jeunes enfants (« La Ligne est un lasso pour attraper la Forme »).

Un livre brillant et complet sur la création… à mettre dans les mains de tous les petits curieux et de tous les artistes en herbe que sont les jeunes enfants. Quelques extraits ici, mais, comme pour le livre de Lucie Félix chroniqué ci-dessus, rien ne vaut de prendre ces livres beaux et singuliers en main… et d’en partager la lecture avec les jeunes enfants.

**

Pour retrouver d’autres livres tip top d’éveil artistique, vous pouvez consulter la rubrique dédié sur la BBthèque : par ici !

1

Jouer avec Hervé Tullet

Au cœur des vacances d’été, la BBthèque a à cœur de vous présenter — si vous ne les connaissez pas déjà — le nec plus ultra des livres-jeux pour bébés, ces albums tout cartonnés signés Hervé Tullet : collection « A toi de jouer » chez Phaidon ! Petite sélection :

 

Un jeu = un livre, un livre = un jeu.

Jeu de formes : un livre à trous, chaque page a sa propre couleur et révèle au bébé lecteur, par la découpe, une forme géométrique à manipuler de ses petits doigts ; une prouesse tactile et visuelle.

Jeu de lignes se fonde sur deux couleurs fluo : un fond jaune, des lignes roses, à moins que ce ne soit l’inverse ? Au bébé de jouer, avec ce livre découpé en plusieurs livres (grâce à un système de rabats) pour faire varier les lignes… hoho les lignes verticales originelles rencontrent des lignes horizontales, ou des lignes qui se croisent, ou des lignes courbes, ou des vagues, ou des carreaux ! Un objet fascinant pour le bébé lecteur & créateur de mille et une formes.

Jeu de balles est un livre-accordéon, avec au recto le passage en revue des différents sports à balle, et au verso diverses formes de tailles variables avec la formidable explication de texte suivante : l’enfant est invité à se fabriquer une balle avec ce qu’il a sous la main, un bout de papier chiffonné, et à viser dans les différents trous (avec un système de points par cible atteinte, s’il-vous-plaît) ! A vos marques, prêts… lancez !

0

C’est la petite bête qui monte…

Un livre-caresse dans la BBthèque, et comme ça fait quelques temps qu’il n’y en avait point eu de chroniqué par ici, en voici un beau, un chouette, un formidable, qui non seulement se lit, mais aussi se joue, se dit et s’écoute en musique et en conte, piano-voix s’il-vous-plaît pour les toutes petites oreilles et les tout petits yeux ! Une version originale de la comptine C’est la petite bête qui monte…, signée Elsa Devernois côté texte, Audrey Calleja côté illustrations, aux éditions Benjamins Media, collection Taille S :

c est la petite bete qui monte devernois calleja

Les dessins sont sobres et tendres, dans l’herbe, jeux de main entre une petite fille et sa maman, chatouilles, parcours-découverte de ce tout petit corps et des surprises qu’il réserve ici ou encore là, de la main jusqu’à la tête… et puis on redscend… toboggan ! Les paroles & le dialogue disent la complicité d’une mère avec son enfant ; le CD qui accompagne le tout constitue la cerise sur le gâteau : une comédienne, Alexandra Mori, en duo avec une enfant prénommée Zoé, met en voix cette chansonnette, accompagnée au piano ; rires et notes se répondent superbement !

Un petit bijou d’éveil corporel & musical pour les jeunes enfants.

0

J’ai perdu ma langue

Et si on prenait un peu le temps de rire avec les bébés ? J’ai le livre du moment qu’il vous faut : J’ai perdu ma langue, de Michaël Escoffier et Sébastien Mourrain aux éditions du Seuil jeunesse, qui se sont, je suis prête à le parier, bien amusés aussi à pondre ce drôle de livre-jeu tout cartonné !

Tout a commencé ainsi :

Hier, en mangeant une glace, j’ai perdu ma langue.

dit le texte sur la page de gauche, comme écrit à la main ; l’image, à droite, montre le narrateur la main devant sa bouche, comme si, surpris, il disait « oh ! » ou « oups » !  C’est embêtant, de perdre sa langue… heureusement les auteurs eux l’ont bien pendue, et ils entament toute une quête pour retrouver la langue… baladeuse.

Oui baladeuse car au gré de l’enquête (premier roman policier pour bébé ^^ ?), cherche et trouve Charlie ta langue, les auteurs jouent avec leur petit lecteur par l’image, page de droite, s’amusant à placer à chaque fois le même visuel de langue… employé pour tout autre chose : le képi rouge du policier, un gâteau aux fruits rouges, un parapluie au-dessus d’une brave dame, un bain, une fleur, un bec de canard, etc. Tant de personnages qui veulent aider le narrateur à remettre la main sur la langue, mais qui n’y parviennent pas, parlent de ce qu’ils ne connaissent pas, extrapolent parfois (aurait-elle été enlevée par des extraterrestres ?)… jusqu’à ce que la glace elle-même s’insurge :

« Vous racontez n’importe quoi ! » s’est écriée ma glace. « Les extraterrestres, ça n’existe pas. »

J’ai baissé les yeux : ma langue était là, depuis le début, juste sous mon nez !

Je l’ai remise à sa place vite fait, bien fait. Vous ne me croyez pas ?

Regardez [et le narrateur, espiègle comme un enfant, de tirer la langue, fin de l’histoire] !

Ou comment, par un jeu de rappels en cascades, entrer dans l’esprit rêveur d’un enfant lapant une glace par beau temps ; occupé à manger, il ne dit mot mais n’en pense pas moins… et s’imagine mille et une histoires, l’une en entraînant une autre, avant de revenir vers le point de départ. Un livre-jeu très graphique, très sympa, à lire et relire avec les tout-petits !

Hé, pssst ! Si tu cherches ta langue, je crois savoir où elle est…