0

L’amour dans, l’amour de… l’art !

Plongeons aujourd’hui dans un nouveau livre d’éveil artistique pour tout-petit :

Mon premier livre d’art : L’AMOUR

Dans ce très bel ouvrage, tout cartonné, 19 x 15 cm et 48 pages, édité par Phaidon & conçu pour les lecteurs en herbe, c’est un parcours combinant deux mots en A qui est proposé : A comme Art et A comme Amour… Comment les artistes mettent en scène l’amour, comment l’amour se décline et vient nourrir chacun en général, et les artistes sélectionnés en particulier.

Oui, dans ce superbe livre d’éveil artistique, le tout-petit met des mots et des images sur cette émotion ou affection fondamentale :

Parcourir l’amour

L’ouvrage est séquencé, présentant à tour de rôle les caractéristiques principales de l’amour, ce qu’il permet, ce qu’il peut générer chez tout un chacun, ce à quoi il ressemble, son universalité et sa beauté.

Parcourir l’art

Chaque séquence est illustrée de plusieurs reproductions d’œuvres de grands peintres et sculpteurs, en tout pas moins de 34 œuvres d’art, du XIXème siècle à aujourd’hui, sont ainsi offertes au regard des bébés lecteurs et découvreurs… : Robert Bechtle, Pierre Bonnard, Fernando Botero, Constantin Brancusi, Mary Cassatt, Marc Chagall, John Currin, Salvador Dalí, Jim Dine, Emory Douglas, Helen Frankenthaler, Paul Gauguin, Vincent van Gogh, Keith Haring, Damien Hirst, Winslow Homer, Robert Indiana, Alex Katz, Gustav Klimt, Jeff Koons, Peder Severin Kroyer, Fernand Léger, Kerry James Marshall, Henry Moore, Berthe Morisot, Alice Neel, Pablo Picasso, Pierre-Auguste Renoir, Diego Rivera, Mark Rothko, Amy Sherald, Henry Ossawa Tanner, Andy Warhol et Kehinde Wiley !

Les œuvres présentées sont reliées les unes aux autres dans chaque grande thématique par un bref commentaire, rédigé d’une main de maître par Shana Gozansky, qui vient en extraire une substantifique moelle à partager avec le tout petit lecteur.

L’ouvrage se clôt sur l’exposé des sources, communiquant de manière très synthétique les informations essentielles sur chaque œuvre d’art reproduite dans ce livre : nom et dates de vie de l’artiste, titre de l’œuvre, date, format, lieu (musée, collection particulière, etc.) où il est possible de la voir… en vrai !

En bref et pour conclure cette chronique : un trésor de livre, sur un thème ô combien bienveillant, propice à partager dans d’excellentes conditions l’amour de l’art avec des très jeunes enfants. Cet amour de l’art peut d’ailleurs être complété, prolongé, développé… avec d’autres livres au top, alors hop, direction la sélection EVEIL ARTISTIQUE de la BBthèque !

Publicités
0

Livres de naissance

Dans la BBthèque aujourd’hui, lumière sur une nouvelle sélection de livres de naissances, de la conception, parfois ardue, à la mise au monde, et plus encore…

Petite pousse

de Sandra Le Guen et Popy Matigot aux éditions Sarbacane

« Née une nuit de juillet au cœur d’un été chaud, bleu, sable, un peu sec et orageux, je suis… »

Je, c’est Petite pousse, la narratrice. Je suis, dit-elle : je suis dès que mon père et ma mère m’ont conçue, à partir du moment où je suis « arrivée dans le ventre de ma mère », je suis et je deviens, en secret d’abord, puis en images, avant de voir le jour, et de me montrer en chair et en os : « je suis moi ».

Un album poétique et sensoriel sur l’amour, la parentalité, la naissance et l’identité.

Am stram graine

d’Anne-Catherine Le Roux et Jules aux éditions Le Pommier

Publié par les éditions Le Pommier qui mettent des questions scientifiques à portée de tous, cet album met en scène, à l’occasion des mille et une hypothèses de « comment on fait les bébés… !? » suite à l’annonce par la maîtresse qu’elle porte un enfant en son ventre, une petite fille qui raconte une histoire à ses copains, une histoire que l’on dit sans doute rarement en cour de recréation, mais qui est la sienne et qu’elle est ravie de partager. C’est l’histoire originale de sa conception, telle que ses parents la lui ont expliquée : des parents qui avaient très envie d’avoir un bébé, mais qui n’y parvenaient pas, ont donc consulté le corps médical pour comprendre, et ainsi appris la nature du problème : les « graines » du papa étaient trop petites, avant de trouver une solution : le don de graines (« on appelle ça les gamètes »). Grâce à ce don, la maman est devenue enceinte, et les (futurs) parents se sont beaucoup investis dès la période de grossesse dans leur relation avec leur (future) enfant : en lui disant des mots d’amour, en lui chantant des chansons, etc.

Un album qui dit aussi l’amour de parents pour un(e) enfant & réciproquement, et permet d’aborder avec les enfants l’extrême diversité des origines, y compris dans l’acte de conception.

Pablo

de Rascal aux éditions L’Ecole des loisirs

Avec Pablo, on quitte les humains pour s’intéresser à un volatile à naître. C’est l’histoire, en noir & blanc, parfaitement graphique, de la naissance d’un oiseau : Pablo. Première double page avant même la page de titre : un fonds noir (Pablo est dans l’obscurité tant qu’il réside dans l’œuf), deux yeux blancs, un bec blanc. Dernière double page avant la dernière de couverture : un fonds blanc (Pablo est né, la lumière l’éclaire), deux yeux noirs, un bec noir. Entre les deux, le bébé lecteur va observer la naissance de Pablo. Au début donc, il est encore dans son œuf, mais il « doit sortir de sa coquille » car « maintenant, il est trop grand ». Comment il s’y prend ? Progressivement. Avec un premier petit trou au niveau de son œil droit, il peut jeter un œil sur l’inconnu qui l’attend ; et renouveler l’opération avec l’œil droit ; puis percer de nouveaux trous pour écouter le monde, découvrir ses odeurs, le tâter des pattes avant enfin de déployer ses ailes pour mieux le parcourir, tout en gardant, on sait jamais, un bout de coquille, pour se protéger si besoin. Un beau propos servi par un graphisme de haut vol : à mesure que l’oisillon sort de l’œuf, l’œuf se transforme en oisillon.

Mon petit roi

de Rascal et Serge Bloch aux éditions Tom’poche

Graphisme toujours ! Mon petit roi assimile le créateur (qu’est l’auteur et/ou le dessinateur) à un papa : quelqu’un qui donne naissance à quelqu’un d’autre. Dans cet album qui marie superbement dessin et photographie, les lecteurs assistent à la naissance, en direct, d’un personnage dessiné (tout en traits) par le biais d’une (vraie) main (elle semble d’autant plus vraie qu’elle est photographiée), figurant celle de son créateur. « Voici la première page d’une histoire à naître. Une histoire dont j’ignore tout » : dans ce livre, un être naît, et avec lui son histoire… à venir et à construire.

PS : encore d’autres livres sur la naissance à découvrir ici !

0

A l’intérieur des émotions

Oyez, oyez, ouvrez grand vos oreilles et vos yeux, car voici venir une merveille de livre jeunesse pour mieux comprendre et connaître nos émotions : cette merveille s’intitule A l’intérieur de mes émotions, elle est signée Clothilde Perrin aux éditions du Seuil, avec la collaboration de l’atelier Saje.

Dans ce premier documentaire qui donne le primat à l’illustration et à la manipulation, Clothilde Perrin dresse un portrait résolument humain (et non robot) de cinq émotions fondamentales qui nous animent quotidiennement : la colère, la tristesse, la joie, la peur et le dégoût. L’objet-livre est grand (41 x 28 cm) et riche, mais aussi conséquemment fragile, du fait de ses mille et un détails à manipuler pour mieux découvrir, tout en images, tout en analogies, le fonctionnement de ces affects qui agissent en nous et nous troublent, depuis la petite enfance jusqu’à la fin de vie, et qu’il est utile d’apprendre à connaître dès le plus jeune âge afin de mieux pouvoir les gérer.

Chaque émotion fait l’objet d’une double page, avec une personnification au programme : ainsi, sur chaque page de droite, l’incarnation de l’émotion en un personnage illustré. Prenons par exemple Colère. Si tu me regardes et si tu soulèves les différents rabats qui constituent mon corps, tu constateras que mes poings sont fermés, mon sourire inversé, mon front plissé, une fumée sort de mes oreilles, sur ma tête des petites cornes ont poussé, un feu terrible grandit en moi, avec mes bras je risque de taper et cogner, mon cœur bat la chamade et je suis prêt à dégainer ma fiole de gros mots et mon paquet de nerfs… sacrément emmêlés. Sur la page de gauche, tu découvriras mes différentes caractéristiques : mon physique, mes points forts et mes points faibles, ce que j’aime ou j’adore (mes personnages préférés à savoir ceux qui se mettent facilement en colère ; mes œuvres d’art préférées, en l’occurrence Max et les Maximonstres, bien sûr, mais aussi le boxeur de Basquiat ; mes jeux et repas préférés…), ce que je n’aime pas mais vraiment pas, ainsi que mes sensations.

Une œuvre de toute beauté que l’enfant, comme l’adulte, prend beaucoup de plaisir à explorer, pour appréhender ensemble, avec des images, des mots, des jeux, des chansons… la complexité et la richesse de nos émotions. Vous trouverez ici et  quelques extraits en ligne de ce théâtre cathartique des émotions, à se procurer d’urgence pour se mettre dans leur peau et le cas échéant, leur faire la peau ; ou comment, avec le jeune enfant, prendre par la main nos affects principaux et se donner ainsi les moyens de les prendre en main.

Psssst : vous cherchez des idées complémentaires d’albums sur les émotions ? La BBthèque vous en recommande quelques autres… par  !

0

Coucou l’éveil (artistique)

Une double chronique ce jour sur la BBthèque, pour vous présenter deux nouveaux livres d’éveil artistique… et plus encore, à destination du jeune public :

Coucou !

de Lucie Félix

Lucie Félix, auteur-illustrateur de génie pour les tout-petits, qui a écrit des livres extraordinaires comme Prendre et donner et La promenade de petit bonhomme, publie aujourd’hui une merveille de livre-objet à manipuler à souhait par les bébés.

C’est un livre accordéon, tout carton, qui alterne fond noir côté recto, fond blanc côté verso. Chaque page est un tableau compris à l’intérieur de ce cadre, un jeu fait tableaux, grâce à l’utilisation de panneaux en acétate, matière solide, tantôt transparente, tantôt colorée de formes diverses et variées, afin de constituer pour le bébé lecteur autant de fenêtres par lesquelles regarder son environnement, par lesquelles découvrir autrui autrement. Une fenêtre pour regarder d’un côté, et être regardé depuis l’autre côté. Une partie de coucou-caché peut vite s’engager…

Le leporello permet une lecture classique, page après page, mais aussi la surexposition de différentes pages (et donc couleurs et/ou formes) avec de belles découvertes visuelles ; le jeune enfant peut manipuler le livre à son goût et lui conférer la forme de son choix : livre lambda, parcours, maison, etc.

Une pépite d’album pour la petite enfance, favorisant l’éveil des bébés lecteurs au monde et à l’art, ainsi que le dialogue entre l’enfant et le parent ou l’adulte accompagnant ; sans conteste, ces différents publics vivent une expérience riche et variée de lecture avec cet ouvrage mobilisant à tout le moins quatre yeux et quatre mains. Place aux images ici : www.editionsdesgrandespersonnes.com et là www.luciefelix.fr/coucou !

Art’bracadabra

de Raphaël Garnier

Autre livre-objet, autre livre animé, de Raphaël Garnier qui a signé ces dernières années une exposition Mon Œil au Centre Pompidou à destination du jeune public, ainsi qu’une web-série pour enfant envisageant l’éveil artistique de façon moderne et ludique. Tel est également le parti pris de, et le pari relevé par, Raphaël Garnier dans son livre Art’bracadabra, entre le premier documentaire et le livre-jeu, où l’auteur et graphiste fournit au jeune public le mode d’emploi de l’acte de création artistique.

L’oeuvre d’art est ainsi présentée à travers différentes grandes étapes : le point, la ligne, la forme, la matière, l’outil, la couleur, le contraste, le volume, la composition, la perspective… point final (oh on redémarre à zéro, c’est reparti pour un tour !) ; comment ces différentes étapes sont abordées, c’est là que réside la « magie » de ce livre-objet fondamentalement interactif : de manière concrète, par le jeu et la manipulation (le livre multiplie à bon escient les ressorts diversifiés du livre animé : roue à tourner, volets à soulever, languettes à tirer, découpages, transparents, pop-up, encres spécifiques à toucher) et de manière onirique, par des associations d’idées, des images à même de parler aux jeunes enfants (« La Ligne est un lasso pour attraper la Forme »).

Un livre brillant et complet sur la création… à mettre dans les mains de tous les petits curieux et de tous les artistes en herbe que sont les jeunes enfants. Quelques extraits ici, mais, comme pour le livre de Lucie Félix chroniqué ci-dessus, rien ne vaut de prendre ces livres beaux et singuliers en main… et d’en partager la lecture avec les jeunes enfants.

**

Pour retrouver d’autres livres tip top d’éveil artistique, vous pouvez consulter la rubrique dédié sur la BBthèque : par ici !

0

Il était une fois les couleurs

Dans la BBthèque et parmi l’offre de livres pour tout-petits, on compte beaucoup de livres… tout petits. Et puis il y en a parfois des grands, dès TRÈS grands. C’est le cas de celui que je vous présente aujourd’hui, en termes de format, un album géant (34 x 29 cm), Il était une fois les couleurs, signé Marie-Agnès Gaudrat et Michèle Isvy Marchon aux éditions Les Arènes, avec un très beau papier épais comme un premier livre d’art :

C’est une fiction, et non un documentaire : l’histoire de l’apparition des couleurs.

Au tout début du début, tout était blanc.

La terre, le ciel, les fourmis, mêmes les éléphants. Tout BLANC !

Enfin presque, parce que sur le dessin, les contours des formes sont noirs, ainsi on peut voir la terre, le ciel, les fourmis et mêmes les éléphants… blancs. Et même que ça donne drôlement envie de les colorier, ces formes. C’est sans doute pour ça que les couleurs sont arrivées, en journée. D’abord rouge, qui est fort et a apporté sa couleur aux coquelicots et aux poissons rouges ; puis jaune (un brin de soleil peut-être ?), bleu (couleur dominante sur notre planète bleue), et noir (quand il a fait nuit noire). Chaque nouvelle couleur avait tendance à chasser l’ancienne, or ne pouvaient-elles pas aussi cohabiter ensemble, se compléter voire se mélanger les unes aux autres ? Si, si, en devenant amies, les voici qui créent de multiples autres couleurs, jusqu’à composer un bel arc-en-ciel.

La force et l’originalité de cet album résident dans son double parti pris narratif (transformer les couleurs en personnages ou acteurs, raconter l’art de la couleur) et graphique (les donner à voir avec des beaux et géants aplats de couleurs crayonnés), illustrant à merveille le voyage parmi les couleurs du bébé lecteur, et éveillant la créativité des jeunes enfants. A vos crayons et vos pinceaux, chers tout-petits, pour prolonger l’aventure… sur papier (blanc !?) !

0

Revisitons la ville !

Vous êtes en ville et il fait peut-être gris, météo courante quand vient l’automne… Pourquoi ne pas en profiter pour changer le regard sur votre environnement, voire le magnifier avec vos jeunes enfants ? Les éditions Le Diplodocus éditent un livre de Tineke Meirink intitulé Dans la ville, qui s’amuse à revisiter, land art on te retrouve, le paysage urbain :

Dans ce guide touristique livre d’éveil artistique, la patrimoine citadin est source d’inspiration pour toutes formes d’expressions plastiques, participant à l’éveil et à la créativité du jeune enfant : observer le réel, projeter le fruit de son imagination, orchestrer la rencontre de l’objectif et du subjectif, inviter à la création. Une page invite ainsi le bébé lecteur à découvrir une photographie prise en ville, tandis que la page suivante lui présente, par un effet de surprises, l’image altérée, enrichie, détournée, par ce que l’auteur artiste y a mis en plus… L’enfant peut jouer au jeu des X différences, tandis que l’adulte pioche une quantité d’idées pour faire revisiter aux enfants leur environnement.

Trêve de mots, place aux images et bonne promenade !

0

Grrr (in/off)

Réveiller le monstre qui est en soi, et pourquoi pas ? Aujourd’hui dans la BBthèque, nous partons à la rencontre de petites bêtes rouges, à poils, queues et crêtes dorsales, qui ne sont jamais contents : ils pensent « Grrr », donc ils le sont !

Cette histoire, écrite par Clémence Sabbagh et Agathe Moreau aux éditions Diplodocus, met ainsi en forme (par un graphisme très sympa) et en scène (on tire vers la bande dessinée) un état émotionnel dont nous sommes tous victimes un jour ou l’autre : le mécontentement, poussé à son paroxysme dans la communauté des Grrr en ce qu’ils ne semblent, en fait, jamais contents, ni du temps qu’il fait, ni de ce qu’ils font, ni de ce qu’ils mangent, ni de vivre ensemble, tout est sujet à râler et demeurer insatisfait.

Et puis… un jour… quelque chose de nouveau survient. Quelque chose de nouveau et surprenant, qui va permettre à chacun de sortir de cet état. Quelque chose de rien du tout, pourtant : trois petits pois (qui sont rouges, comme eux). Ces trois petits pois, que tout le monde peut voir car ils apparaissent sur la façade d’une haute tour de la ville, suscitent d’abord l’interrogation, l’étonnement, la recherche du pourquoi du comment. Le lendemain, les petits pois se sont multipliés ! Les Grrr passent de la curiosité à l’enthousiasme pour ce prodige, auxquels ils adhèrent parce qu’il les motive : les voici même, tous sourires, qui poursuivent cette aventure inouïe en ajoutant, avec leurs crayons, leurs pinceaux, d’autres pois, de toutes les couleurs cette fois, et puis d’autres formes, des lignes, triangles, rectangles, etc. pour finir écrire des mots délivrant toutes sortes de messages, personnels ou universels, dans un grand vent de parole libérée…

Les Grrr sont désormais si contents qu’ils entraînent tout le monde dans leurs débordements de joie… y compris cette petite fille narratrice, image du bébé lecteur, qui conclut l’histoire, un pinceau vert à la main et sa maison (murs et sols) remplie de ses dessins, en interpellant en ces termes ses parents :

Les Grrr font comme ça et pas autrement, tu les connais pas ?

On leur consacre chaque année une journée, une journée où tout le monde peint et dessine ensemble sur les murs.

Et surtout, surtout, où il est interdit de râler !

Un album résolument positif qui apprivoise nos émotions avec humour et fantaisie. Youpi !