0

Nursery rhymes

Un peu d’éveil musical aujourd’hui dans la BBthèque, avec un titre anglophone chez Gallimard Jeunesse, qui donne à découvrir aux bébés lecteurs & auditeurs des comptines anglaises incontournables… autrement dit… des nursery rhymes !

mon imagier des comptines anglaises nursery rhymes tony ross.jpg

Un livre carré, tout cartonné, merveilleusement illustré ! par le formidable Tony Ross

+ Un CD avec une excellente diction s’il-vous-plaît !

Au menu, 16 nursery rhymes :

  • One, Two, Buckle My Shoe
  • As I Was Going To St. Ives
  • Pussy Cat, Pussy Cat
  • This Little Piggy
  • I Had a Little Hen
  • Ladybird, Ladybird !
  • Pat-a-Cake, Pat-a-Cake
  • Rock-a-Bye Baby
  • Mary Had a Little Lamb
  • The Man in the Wilderness
  • Humpty Dumpty
  • Incy Wincy Spider
  • Rain, Rain, Go Away
  • Twinkle, Twinkle Little Star
  • Hey Diddle Diddle

Sur la page de gauche, le titre et le texte, accompagnés de petites illustrations humoristiques ; sur la page de droite, une plus grande illustration et un focus sur quelques mots, tel un mini imagier en anglais ! Un livre-CD parfait pour un petit voyage en mots, en images et en sons de l’autre côté de la Manche…

Publicités
0

L’imagier de l’été

Un imagier de l’été, signé Anne Bertier. Ou plutôt : Anne Bertier livre aux éditions MeMo son imagier de l’été, à savoir tout ce que l’été lui évoque, comme une série d’images, un film qu’elle se repasse quand elle songe à cette saison qui revient chaque année, que dis-je, quand elle en rêve, tant elle l’aime, dit-elle, infiniment. Son imagier de l’été, mais aussi, par ricochet, l’imagier estival des jeunes lecteurs qui, le temps de cette lecture, entrent de plein pied dans cette aventure, épousant le point de vue aimants de cette auteur-illustratrice un brin poète et regorgeant de talent. C’est ainsi qu’un imagier de l’été, le sien, le notre, devient :

L’imagier de l’été

par Anne Bertier

aux éditions MeMo

Un imagier qui ne se contente nullement de lier une image à un mot, mais qui raconte une histoire, l’histoire d’une saison, en images, avec de belles couleurs et des papiers découpés, et en phrases mises en scène comme des poèmes.

L’histoire d’une saison où le soleil est roi, et où bon nombre de gens vont se rafraîchir en bord de mer, maman, notamment. Avec sandales, chapeau et maillot, bien évidemment. Et moi (qui suis donc un enfant), qui prend en plus une bouée (je ne sais pas nager) et des palmes, pour barboter. A la plage, on peut observer les cerfs-volants dans le ciel bleu, les poissons et les algues dans la mer bleue, manger des glaces (au citron !), construire des châteaux de sable & d’eau, lézarder à l’ombre du parasol, puis vider les lieux pour laisser place à la balade des mouettes.

Le mot de la fin pour s’imprégner de tous ces mots et images qui constituent l’été ?

Le soleil,

la mer,

les algues,

les petits poissons,

les bateaux,

la glace,

le goûter,

le sable…

J’aime infiniment l’été !

Définitivement, un imagier de l’été… qui dit savoureusement bien l’été.

0

Jouer avec Hervé Tullet

Au cœur des vacances d’été, la BBthèque a à cœur de vous présenter — si vous ne les connaissez pas déjà — le nec plus ultra des livres-jeux pour bébés, ces albums tout cartonnés signés Hervé Tullet : collection « A toi de jouer » chez Phaidon ! Petite sélection :

 

Un jeu = un livre, un livre = un jeu.

Jeu de formes : un livre à trous, chaque page a sa propre couleur et révèle au bébé lecteur, par la découpe, une forme géométrique à manipuler de ses petits doigts ; une prouesse tactile et visuelle.

Jeu de lignes se fonde sur deux couleurs fluo : un fond jaune, des lignes roses, à moins que ce ne soit l’inverse ? Au bébé de jouer, avec ce livre découpé en plusieurs livres (grâce à un système de rabats) pour faire varier les lignes… hoho les lignes verticales originelles rencontrent des lignes horizontales, ou des lignes qui se croisent, ou des lignes courbes, ou des vagues, ou des carreaux ! Un objet fascinant pour le bébé lecteur & créateur de mille et une formes.

Jeu de balles est un livre-accordéon, avec au recto le passage en revue des différents sports à balle, et au verso diverses formes de tailles variables avec la formidable explication de texte suivante : l’enfant est invité à se fabriquer une balle avec ce qu’il a sous la main, un bout de papier chiffonné, et à viser dans les différents trous (avec un système de points par cible atteinte, s’il-vous-plaît) ! A vos marques, prêts… lancez !

0

Jour de marché

Aujourd’hui, c’est jour de marché ! Ou pas… mais avec le livre du jour dans la BBthèque c’est tout comme :

Au marché

de Noëlle Smit

aux éditions Sarbacane

Par jour de beau temps, c’est l’été ou le printemps, main dans la main, une petite fille et sa maman (ainsi que le petit chien) partent faire leurs emplettes au marché, chacune avec leur panier. L’album se limite, en termes de texte, au seul titre, programmatique. Tout le reste est muet, succession de tableaux d’un marché en plein air…

Le voyage commence par une vue extérieure et surplombante : la mère et la fille, venues à bicyclette, ont garé leurs vélos à proximité des camions, et avancent en direction de la zone des stands, arborée. Le parcours se poursuit de scènes en scènes : pour chaque marchand auprès duquel les deux clientes flânent ou achètent, l’auteur-illustrateur ainsi que le bébé lecteur s’arrêtent et se nourrissent itou également…. des produits et de l’ambiance.

Une mine d’or pour observer… les étals du poissonnier, du boucher-charcutier, du maraîcher, du fromager, de condiments variés ou encore du boulanger, du bouquiniste, du fleuriste, des vendeurs de tissus, de chapeaux ou encore de glaces, sans oublier le bric-à-brac ! Chaque illustration fourmille de mille et un détails, selon qu’on s’attache aux passants, aux marchands, aux produits, aux actions et points de vue de la fille ou de la mère voire des animaux, chiens, chats, oiseaux… Jusqu’à ce que, hop ! les paniers soient remplis ! Les donzelles peuvent alors repartir… avec une perspective délicieuse de repas en plein air avec tous ces produits frais !

Un très beau premier documentaire sur le marché, qui met en lumière la diversité de ses produits frais, ses acteurs, producteurs, vendeurs, consommateurs, son ancrage profond et essentiel dans la société : quelle animation au marché, et quel bonheur de bien s’alimenter ! Une virée hautement conseillée.

0

Poule bleue

Claire Garralon et les éditions MeMo sont de retour dans la BBthèque, avec un album qui parlera autant aux enfants qu’aux parents… et aux mamans tout particulièrement ! C’est l’histoire d’une poule… d’une

Poule bleue

poule bleue claire garralon.jpg

Hier, 

Poule bleue a pondu trois œufs.

Très fière,

elle les a couvés, couvés, couvés.

Tout est dit ou presque dans les deux premières double pages : l’histoire se projette vers l’avenir, la ponte et la couvade (répétée), c’est du passé…. à moins que… non !? et si c’était aussi un présent dont une jeune mère (poule) peine à se départir ?

De cette couvée,

trois poussins sont nés :

un violet, un rouge, un bleu.

Très fière, 

Poule bleue les a montrés, montrés, montrés.

Mais elle a surtout continuer à les couver, couver, couver.

Les poussins pourtant sont non seulement sortis de l’œuf, mais ont grandi et gagné en autonomie… Seulement Poule bleue ne se résout pas à les laisser… gambader dans le pré, en compagnie d’autrui (leurs camarades petits, et les parents les accompagnant). Elle tente puis renonce, jusqu’à que les poussins eux-même se mettent à la pousser et à exprimer à haute voix leur besoin, leur envie. Alors elle accepte, elle les suit, les accompagne et les regarde faire leurs premiers pas… Elle verse une larme, c’est difficile de ne plus les avoir complètement sous son aile. Elle comprend en même temps qu’une nouvelle page s’ouvre et s’écrit, et qu’elle peut continuer dans ce cadre inédit à dispenser et recevoir tout l’amour qu’ils se portent :

Aujourd’hui,

Poule bleue laisse ses petits gambader dans les prés. 

Très fière, elle sait que ses poussins iront loin, loin, loin.

Cet album beau et juste, servi par un graphisme ludique aux couleurs vives, parle et interroge la relation mère-enfant dans le temps, de la naissance à l’enfance puis… l’envol — enfin, dans le cas des poussins, c’est plus le fait de gambader en effet seul sur le pré ! Il met en scène ce moment précis de transition si intense et chargé en émotions, tant pour les (tout-) petits — oui, l’histoire peut se lire de leur point de vue… dans la mesure notamment où elle s’adresse aux bébés lecteurs — que pour les parents — papas coq et maman poules, à moins que ce ne soit l’inverse chez vous ?

0

Dessiner le monde avec 6 formes

1 gabarit de 3 x 2 = 6 formes et le monde s’ouvre à toi : voici en substance et en pratique ce que Bastien Contraire dit et montre au bébé lecteur dans son livre d’éveil artistique Bleu sourire, paru aux éditions du Centre Pompidou :

bleu sourire bastien contraire.jpg

La page de couverture ainsi que la quatrième de couverture sont des pages toute cartonnée à trous, pour permettre au jeune lecteur d’explorer, y compris avec les doigts, ces trois-fois-deux-font-six formes originelles/originales & monochromes (rose, rouge, bleu, vert, jaune et encore rose) :

  • au recto : un rond, un arc & un demi-ovale
  • au verso : un chapeau, un triangle et deux ronds superposés

que l’ouvrage, tout cartonné, va décliner, comme un imagier improvisé, un imagier à continuer.

« Qu’est-ce que c’est ? » Ce que l’auteur-artiste veut, ce que le bébé lecteur voit, ce que le bébé lecteur dessine et représente à son tour ! Par exemple, un rond peut se faire soleil, montgolfière, glace, fleur, pomme, planète, tête ou ballon ! La forme de l’arc, quant à elle, servir de point de départ au dessin d’un pont, d’un pantalon, d’un éléphant, d’une route, d’un serpent, d’une coquillette ou encore d’un arc-en-ciel…

De double-pages en double-pages, les images ainsi constituées à partir des gabarits ou pochoirs regorgent de couleurs et sont accompagnées du lexique adéquat : une image = un mot. En outre, chaque double-page propose ainsi une scène plus ou moins cohérente (image A + image B + image C…), plus ou moins farfelue (B et C se correspondent oui, mais A, que vient-il faire là ?), mettant des objets ou êtres vivants en résonance les uns avec les autres, et invitant l’enfant à reconnaître les figures, leurs significations mais aussi les formes à partir desquelles elles ont été créées.

Ou comment passer de la forme élémentaire aux formes complexes, comment représenter le monde qui nous entoure… et faire fonctionner à plein tube notre imagination. A partir d’une figure unique, créer le multiple, se jouer des répétitions et des variations. Un livre d’activité riche et élaboré, pour les vacances d’été et puis aussi tout le long de l’année.

 

0

Qui veut jouer avec moi ?

Un livre-jeu pour bien démarrer les vacances !! Le titre c’est : Qui veut jouer avec moi, l’auteur Davide Calli, et les éditions… Sarbacane :

qui veut jouer avec moi davide cali

Un livre-jeu à la première personne, comme l’indique le titre, et c’est même l’histoire d’un petit bout de chou qui s’auto-déclare le capitaine de l’équipe qu’il va constituer :

C’est moi le CAPITAINE !

C’est moi qui choisis mon équipe !

Sauf que le petit narrateur est plutôt en mode « Non, non, non », je ne veux pas X, je veux pas Y, et puis ni V, W, X, Y ou Z, en fait personne n’est à mon goût… mais flûte à force de rejeter tous mes camarades, je me retrouve avec une équipe réduite à 1 seule et même petite personne… moi-même. En bref, cet album apprend, de manière ludique, la vie en collectivité vs… l’approche individuelle, ou comment, en tant que personne, on est amené à faire des choix raisonnables et des compromis pour continuer d’avoir des amis et construire un projet à plusieurs.

Ce contenu est servi par un graphisme au top : sur la page de gauche, des phylactères, ou bulles de bande dessinée, indiquant à voix haute les intentions du capitaine : « d’abord pas de roses », tandis que sur la page de droite le bébé lecteur peut visualiser l’ensemble des candidats (au départ très nombreux, ils remplissent la page) pour entrer dans l’équipe dudit capitaine ; le phylactère épouse la forme et/ou la couleur des candidats que le capitaine en herbe, représenté par un petit carré vert, rejette. A la page de droite suivante, voici que tous les candidats roses ont vidé les lieux, tandis que le capitaine continue d’écumer son auditoire, page après page : exit les violets, les bleus, les triangles, les ronds, les bizarres, les gribouillis, les trop petits et les trop gros… et même ceux dont la nuance de vert diffère du vert du capitaine ! A trop exiger, à trop chipoter, le cap’ se retrouve face à une page blanche… Na !

Pssst… et si on relisait le livre dans l’autre sens pour faire la pêche aux copains et revoir son choix d’équipe ? A nous, cher bébé lecteur, le plaisir de trier au passage les formes et les couleurs, de compter les sortants ou entrants, et de tolérer, voire d’apprécier, le caractère unique de chacun et la complémentarité de tous !