0

Oh zanimo : comptines & bêbêtes

Eveil musical, bonjour : les bébés braques sont de retour dans la BBthèque, avec un petit nouveau, with Steve Waring itou également, comme ses plus proches grands-frères :

Oh ! Zanimo

On ne change pas une formule qui marche, le concept de la collection demeure très pratique et aisé à prendre en main : un livre carré, format tout cartonné, avec paroles et illustrations signées Maud Legrand ; un CD, avec des plages chantées en l’occurrence par Steve Waring, et puis des versions karaoke ; des vidéos postées sur Youtube, toutes douces, reprenant les illustrations de Maud Legrand, l’interprétation dansante et joyeuse de Steve Waring, le tout s’interconnectant de plus avec la lecture du livre par un système de reconnaissance d’images via une application, pour permettre d’accéder directement à la chanson choisie en fonction de la page où on se situe. Et dans cet album multimédias, ce sont les animaux de tous les jours qui sont mis à l’honneur !

Quelques extraits de ces vidéos ici :




Pour retrouver tous les titres sortis dans la collection Bébés Braques, c’est par ici ! De quoi constituer une mini médiathèque d’éveil musical, avec les titres indispensables pour les tout-petits enfants…

Publicités
0

Mini contes pour mini maxi lecteurs

Il y a quelques mois, je publiais un post par ici qui traduisait une quête de premiers contes pour tout-petits… Quelle nouvelle bonne surprise, depuis, que la toute nouvelle collection « Mini Contes » conçue par Attilio et éditée chez Gallimard Jeunesse en 2018… qui permet d’introduire les contes presque dès le berceau ! Elle s’ouvre avec quatre des contes les plus célèbres au monde :

Les couvertures de ces albums tout-cartonnés, petit format carré, représentent très bien les livres eux-mêmes : des dessins simples et modernes, sur un fond blanc, et qui vont raconter, avec des phrases simples et modernes, les contes les plus classiques, le tout servi par un ton joyeux et dynamique.

On retrouve complètement l’esprit originel de ses contes dans ce travail, effectué avec brio par Attilio Cassinelli, d’adaptation de leurs contenus à l’environnement actuel des tout-petits. Ou comment partager avec les plus jeunes la substantifique moelle du patrimoine ancestral en respectant l’esprit mais pas la lettre, réussir sobrement et dans la bonne humeur à faire passer aux enfants présents les messages d’hier et de demain… par l’entremise de petites histoires, mini contes, mine de rien.

Exemple avec Le vilain petit canard :

C’était l’été, le soleil resplendissait.

Maman cane regardait ses petits à peine nés. L’œuf le plus gros n’avait pas encore éclos.

Finalement, l’œuf se brisa. Le dernier petit canard sortit et tous se mirent à marcher à la queue leu leu.

Le petit dernier, qu’on désigne comme le vilain petit canard, est tant et tant rejeté qu’il s’isole jusqu’à s’endormir dans une tanière l’hiver. Quand il se réveille au printemps, il s’est réconcilié avec lui-même et a trouvé ses pareils : laissons le temps au temps, ce vilain petit canard là n’était ni vilain ni canard, mais cygne en devenir, bel oiseau parmi les siens.

Je ne peux que vous conseiller de prendre en main et de partager avec vos mini bambins ces mini contes qui concentrent en eux un maximum de qualités !

0

Chat noir chat blanc

Ceci n’est pas une chronique consacrée à une adaptation pour les bébés d’un film d’Emir Kusturica ! Pourtant, le titre du livre présenté aujourd’hui ici est bien chat noir chat blanc (OK d’accord, sans virgule entres les deux et sans majuscule). C’est un album format carré, en noir et blanc, c’est dit dans le titre, essentiellement, il est signé Claire Garralon aux éditions MeMo, qui met les canards de côté (ceux-ci et puis aussi ceux-là) pour s’intéresser aux chats :

C’est l’histoire d’un chat, noir, qui habite une maison blanche ; d’un autre chat, blanc, qui habite une maison noire ; c’est l’histoire de la rencontre de ces deux chats, pas si évidente que ça.

Le choix du noir et blanc traduit visuellement (quelle esthétique, rencontrant une remarquable efficacité narrative) les ressorts de la relation à l’autre, par essence différent de soi : comment faire connaissance, comment se lier, comment devenir amis ? L’envie semble un pré-requis ; ici pas de souci. L’envie est d’ailleurs tellement forte que tout semble possible… sauf qu’elle se heurte, semble-t-il en premier lieu, à un certain nombre d’obstacles : comment approcher ce chat noir qui vit dans un monde blanc alors que je suis tout blanc dans un monde tout noir… et inversement ?

Comme dans sa parabole à becs (coin-coin C’est ma mare oui oui je l’ai déjà dit mais je le répète, un livre génial chroniqué ici), Claire Garralon parvient ici encore à mettre la philosophie & l’éducation civique à portée des tout-petits, comme un B-A-ba du vivre-ensemble, tout simplement. Une histoire des plus félines qui dit l’essence-même de la socialisation : l’art de se rencontrer pour jouer à deux et plus encore.

Au départ donc, il faut une envie, si possible partagée, et cette envie, ici, survient tout à fait naturellement, comme chez le jeune enfant : et si on se rencontrait ? Cette idée, cette volonté se met à influencer, à faire évoluer notre état d’esprit et notre vision du monde, et faire tomber les obstacles qu’on s’imaginait voir ici et là. Claire Garralon dit en effet aux tout-petits, ici, la possibilité, que dis-je, la nécessité, et in fine, combien il est en réalité aisé, de trouver un terrain d’entente afin de vivre à la fois individuellement et collectivement, un facteur commun au-delà des spécificités de chacun — un tiers-lieu où presque tout devient possible, où 1+1 =2 voire 3 et plus encore si on veut.

En substance, l’album dit : tout n’est pas noir ou blanc ! Si les chats blancs ne peuvent rencontrer les chats noirs dans leur univers tout blanc, et réciproquement, qu’à cela ne tienne, pourquoi toujours tout voir en noir et blanc ? Où est la nuance là-dedans ? Le monde est, en fait, à y regarder de nouveau et de plus près, constitué de tant et tant de couleurs, pourvu qu’on sorte d’une relation on/off ô combien limitante… Les couleurs que l’on construit ensemble, chat noir, chat blanc, gris, jaune ou encore rouge — chacun peut y mettre son empreinte, sa patte —, une fois qu’on a compris qu’il est essentiel d’avoir un esprit ouvert et donc libre… autres pré-requis pour inventer, communiquer, construire une société nourrie d’échanges et d’interactions.

Ainsi l’album, essentiellement en noir et blanc, revêt sur sa double-page finale toutes les couleurs de l’existence, magistrale leçon de vie pour les jeunes enfants, qui, de fait, font aussi pour partie leurs premiers apprentissages du vivre ensemble par le jeu collectif : et si on jouait à chat ?

0

Le petit questionneur

Chouette, un premier documentaire qui se met à la hauteur des bébés lecteurs alias… les petits questionneurs ! J’ai nommé :

¿?

Le Petit Questionneur

de Constance Verluca, Julien Hirsinger & Jeanne Boyer

le-petit-questionneur

¿?

Ce livre tout cartonné est construit comme un « chat » ou dialogue entre l’adulte (l’auteur, le lecteur) et l’enfant (l’autre lecteur, petit ou grand questionneur itou également), le premier s’adressant au second à la deuxième personne du singulier avec une série d’improbables questions :

Tu préfères Noël ou ton anniversaire ?

Si tu devais ne garder qu’un seul jouet, lequel choisirais-tu ?

Si tu étais le roi ou la reine, que ferais-tu en premier ?

De double page en double page, pléthore de sujets — la vie en société, amis et événements, les émotions, l’alimentation, le présent, le passé et l’avenir… — sont abordés sous l’angle de l’interrogation, invitant le tout-petit à s’exprimer, avec ses phrases balbutiantes, ses premiers mots, et à affirmer ses choix… pour poser, à son tour, des questions.

Un petit aperçu ici : http://www.ecoledesloisirs.fr/livre/petit-questionneur !

1

Pause lecture, pause goûter

Lumière aujourd’hui sur un trio d’albums réjouissants, signés Anaïs Vaugelade à l’Ecole des Loisirs : Canards, Chatons et Mouche, qui ont (au moins !) quatre points communs

  • leur petit format, aisé à prendre un main
  • leur héros, Amir, petit blond auquel le bébé lecteur s’identifie facilement, et qui interagit avec…
  • des acolytes animaux : maman cane et ses canetons, maman chat et ses chatons, ou la mouche qui fait mouche !
  • une fin gourmande correspondant au moment réconfortant du goûter des bébés protagonistes voire des bébés lecteurs…

Amir est un jeune enfant très attentif à son environnement, avide de découvertes et d’échanges :

Canards

Dans cette adaptation à la sauce Vaugelade d’une comptine anglaise (psst dont il a déjà été question en son et images dans la BBthèque ici !), Amir ajoute son grain de sel : au bord d’une mare, une maman cane ; sur la mare nagent ses cinq petits canards. Le décompte commence :

Un jour, 5 petits canards allèrent nageant, jusque de l’autre côté de la mare, et encore un peu plus loin.

Kwack ! Kwack ! Kwack ! Kwack ! dit maman cane.

4 revinrent.

L’étape d’après, 3 reviennent, puis 2, puis 1… La maman cane ouvre plus large son bec au fil de ces allers-venues décroissantes, haussant le ton à mesure que sa progéniture disparaît. Pendant ce temps, sans un son, un papillon voltige par moments et une grenouille joue à cache-cache parmi les roseaux ; pendant ce temps itou également, sans un mot, Amir apporte à ses amis bipèdes de quoi se ressourcer : des petits biscuits pour le goûter, l’occasion d’une grande réunion familiale de tous les bébés autour de la maman cane !

Chatons

Quand deux bébés chats naissent dans la grange, Amir leur apporte ses jouets pour les partager… avant de constater que les chatons ont d’autres jeux à lui proposer, comme monter sur des escaliers improvisés avec les balles de paille… mais aïe aïe aïe, comment descendre quand l’escalier s’est effondré ? Ouf, les mamans accourent et savent comment consoler leurs bébés : « d’abord, on leur fait un bon câlin… puis, on leur donne un bon goûter ! »

Mouche

Place à un album plus onirique (mais « d’après une histoire vraie » !) : ici, Amir, à l’heure de la sieste à la crèche, dort… ou ne dort pas… ! Toute son attention est concentrée sur les mouvements d’une petite mouche… tant et tant qu’il lui apparaît clairement qu’elle l’interpelle et l’invite à jouer avec elle :

« Bzzt, Bzzt, Amir ! » dit la petite mouche.

« Bzzt, Amir, tu vienz ! »

« Impossible », chuchote Amir, « je ne sais pas marcher au plafond ! »

« NORMALEMENT tu ne zais paz », dit la mouche

« Mais MAINTENANT, tu saiz ! »

Pour Amir, c’est le début d’une aventure… PARANORMALE : le temps d’une sieste sans témoin (autre que nous), le voici exceptionnellement et extraordinairement, et pourtant tout à fait naturellement, doté de toutes les capacités de cet insecte, marcher au plafond, voler, prendre de la hauteur voire la clé des champs… jusqu’à l’arrivée des dames de la crèche, du réveil collectif des enfants, à « l’heure du goûtezzz…. » !

0

Triangle + Carré = amitié ?

Un nouveau livre sur les formes dans la BBthèque, qui fait rimer amis et géométrie ! Il nous vient du Canada et des Etats-Unis, fruit d’une collaboration de Mac Barnett au texte, Jon Klassen aux illustrations, il a été traduit et adapté en français par Alain Gnaedic et édité cette année aux éditions l’Ecole des loisirs… il s’appelle Triangle, et il a une très jolie bouille montée sur deux petites pattes :

Dans cette histoire aux illustrations très épurées, avec de belles couleurs sur une gamme clair/foncé très nuancée, les deux personnages principaux sont un TRIANGLE et un CARRE qui se cherchent un tantinet dans leur relation d’amitié.

Triangle habite une maison triangulaire, dans une contrée de logis triangulaires itou également. Carré réside dans une demeure carrée, à l’instar de ses voisins logeant également dans des habitations carrées. Quand Triangle veut rendre visite Carré, il lui faut faire un pas vers une autre forme que soi ; quand Carré veut aller voir Triangle, il doit également faire ce chemin-là. Sans pour autant, l’un comme l’autre, devenir à leur tour, Triangle carré ou Carré triangle ! Tout en conservant, donc, leur intégrité. Et non seulement ils conservent leur propre forme, leur propre identité, dans cette relation à l’autre, mais ils apprennent aussi, au passage, à connaître et à comprendre leur différence.

C’est un album qui parle de l’amitié, avec des personnages qui se sentent suffisamment à l’aise ensemble pour vouloir se faire des blagues, se jouer des tours, et finalement (se) faire un peu peur parfois. C’est un album qui parle des limites de l’amitié, grâce à une narration qui raconte deux aventures, l’une de Triangle avec Carré, l’autre de Carré avec Triangle, deux aventures qui se succèdent, deux aventures en miroir, vécues de deux points de vue différents. C’est un album qui traite, in fine, de respect et réciprocité. C’est un album qui met en scène le vivre ensemble, et qui donnera certainement de quoi réfléchir aux plus grands des bébés à l’heure de leurs premières socialisations, en crèche par exemple ou en petite section d’école maternelle…

0

Des premiers livres aux premiers jeux… et vice-versa !

Lumière aujourd’hui sur une nouvelle et heureuse tendance ludique (ré ?) apparue dans l’édition jeunesse ces dernières années : en complément de l’édition d’albums de qualité, voici que les créateurs de livres éditent aussi des jeux, inspirés de ces albums et souvent d’ailleurs conçus avec leurs auteurs ! Plusieurs éditeurs s’y sont mis… : l’école des loisirs dont je m’apprête à vous présenter plus avant quelques jeux, les éditions MeMo (qui ont conçu… un memo, hihi, Raymond joue, à partir de l’univers d’Anne Crausaz… ou encore ce premier puzzle pour les 2-3 ans Raymond s’habille tout en colimaçon… ou encore ces cubes à empiler signés Janik Coat), sans parler des jeux signés Hervé Tullet et édités par Bayard Jeunesse il y a quelques années (les géniaux un jeu et un memo)…

Je vous présente aujourd’hui, à l’occasion des vacances d’hiver où il fait bon rester au chaud et se retrouver ensemble autour de la table, quelques premiers jeux de société pour les plus grands des bébés… à partir de 2 ans et demi voire 3 ans selon les enfants !

 

Le domino des bruits

Echo du Livre des bruits de Soledad Bravi, le domino des bruits est un jeu de domino où les joueurs s’amusent à coupler les images (objets et êtres vivants issus de notre quotidien) tout en émettant les bruits correspondants ! Deux niveaux de jeu, avec des sets de carte distincts : un premier set pour une première approche, puis un deuxième avec des images et sons plus complexes, qu’on peut coupler au premier set pour cumuler les difficultés… A jouer seul ou à plusieurs, selon son envie, et sans qu’il n’y ait de perdant. Hi Han. Plus d’infos ici : https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/domino-bruits !

Elmer, le jeu des couleurs

Qui ne connaît pas Elmer & ses mille et une couleurs, l’éléphant « comme Paul Klee » de David McKee (le mieux c’est de l’en entendre parler… par ici) ? L’école des loisirs a eu l’idée éclairée d’en faire un jeu d’apprentissage des couleurs, fondé sur l’observation et le hasard… avec l’utilisation d’un dé dont les faces sont des couleurs ! Un jeu à jouer à 2, 3 ou 4 joueurs : chaque joueur lance les deux dés à tour de rôle et complète, selon la couleur affichée par la face du dé, une case de son éléphant avec le jeton de la même couleur. Pour complexifier le jeu si l’enfant est prêt, on trouve sur les deux dés quelques faces dites spéciales… qui relancent le jeu : un pinceau magique grâce auquel le joueur prend dans la pioche un jeton de la couleur de son choix (sympa), une baguette magique où il prend à un autre joueur un jeton de la couleur de son choix (moins sympa) et un jour de fête où tout le monde a le droit de prendre un jeton de la couleur du choix de celui qui a lancé les dés cette fois-là (super sympa). Un graphisme au top, pour un jeu où le premier à avoir attribué à son éléphant toutes ses couleurs emporte la partie. Plus d’infos ici : https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/elmer-jeu-couleurs !

Le loto de la famille Souris

Et le petit dernier pour aujourd’hui, c’est le non moins formidable loto mettant en scène tous les membres de la très grande famille Souris, inspiré de la série d’albums éponymes de Kazuo Iwamura si poétiques et doux, disant la vie en communauté et en harmonie avec la nature. Un jeu à jouer, si on le veut, par (presque) autant de joueurs qu’il y a de souris… et, aussi, un jeu dans lequel on crie beaucoup « souris ! ». Chaque joueur se voit attribuer une grille (ou plusieurs, si on aime les défis), sur laquelle figurent quatre souris différentes, chacune prise dans un moment de sa vie (c’est une petite souris en train de laver son linge par beau temps ; c’est une petite souris en train de faire de la luge l’hiver ; c’est une mamie souris qui….). Au milieu de la table, un tas de cartes « souris », faces cachées. Chacun leur tour, les joueurs retournent une carte et la montrent à l’assemblée ; le premier qui reconnaît une souris figurant sur sa grille crie « SOURIS ! ». Le plus rapide obtient ladite souris ; mais s’il se trompe… il doit rendre une autre souris ! Surprises… quelques cartes spéciales viennent pimenter la partie, si l’enfant se sent prêt : la très pratique « feuille magique », aka joker ; la carte « champignons » qui oblige le joueur piocheur à se défausser d’une de ses souris… Plus d’infos ici : https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/loto-famille-souris !