0

Bouh, c’est dégoûtant ! Ou pas !

Voici deux cochons :

bouh-c-est-degoutant-megan-wall

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils sont très différents. L’un, ou plutôt l’une, Patricia, « aime s’étendre de tout son long dans la boue ». L’autre, Edouard, pense « Bouh ! c’est dégoûtant », lui-même préférant « plonger museau en amont dans la boue », ce que, bien évidemment Patricia trouve tout aussi « dégoûtant ».

L’album Bouh ! c’est dégoûtant, signé Megan Rose Wall (textes et illustrations à la peinture à l’eau) chez Hélium, met ainsi en scène, de page en page, deux façons d’être mais aussi deux regards portés sur l’autre par chacun de ces jeunes et fougueux cochons, qui semblent n’être d’accord sur rien… sauf, au final, l’essentiel : leur amour de la boue qui fonde leur amitié !

Jusqu’à ce qu’un troisième larron, sans doute plus adepte de la propreté, s’en mêle, et pense en les regardant : « Bouh, c’est DEGOUTANT ! »

Un album rigolo à lire avec les jeunes lecteurs, qui s’amuseront à trouver également dégoûtant cet amour de la boue quelle que soit la forme qu’il prend, et liront entre les lignes l’apprentissage de la singularité individuelle, des échanges et partages dans une communauté, allant du respect d’autrui à l’amitié.

bouh-c-est-degoutant-megan-wall-2

PS : l’éditeur, Hélium, n’ayant pas encore publié d’images de ce livre, les illustrations de cet article sont empruntées du tumblr de l’auteur, anglophone : http://meganroseillustration.tumblr.com

1

Betty voit rouge

Gros coup de cœur pour cet album qui parle si bien de la colère :

Betty voit rouge

de Steve Antony

aux éditions Milan
collection Les histoires des tout-petits

betty-voit-rouge-colère-antony

Où l’on suit Betty, un tout jeune singe au féminin, qui a faim mais ne cesse de rencontrer de menues difficultés l’empêchant de se rassasier tout de suite – maintenant – toute seule comme elle voudrait ! Obstacles = déconvenues = frustration = colère = pleurs, sanglots, hurlements, roulades par terre !

Qui aurait cru qu’essayer de manger par soi-même une banane pouvait déclencher de telles émotions pour un(e) tout(e) petit(e) ? Et pourtant… que de gestes à comprendre puis réussir à effectuer : éplucher le fruit… en autonomie ; le manger sans le « casser » et en faire tomber la moitié, etc. ! C’est l’expérience de l’impasse qui met Betty dans tous ses états ; puis, au bout d’un moment, la crise prend naturellement fin dans l’esprit et le corps du petit être tourmenté : une accalmie… prolongée grâce à un précieux adjuvant, en l’occurrence un certain Monsieur Toucan (soit vous et moi dans dans la vraie vie), qui guide la jeune Betty dans la maîtrise de ses émotions et dans la résolution du problème ayant causé la colère de la demoiselle. Avec lui, la jeune Betty achève de surmonter sa colère intense mais passagère, retrouve le calme et thésaurise sur son apprentissage… afin de parvenir à manger par elle-même cette satanée banane (ou si ce n’est-elle, l’une de ses sœurs) tout en confiance et bonne humeur, une prochaine fois.

Tout est bon à prendre dans cet album tout cartonné : le choix universel de la banane comme objet de convoitise, le sens du récit à suspens avec de multiples rebondissements (alias répétitions de crises… et sorties de crise), l’efficacité graphique (succession de situations illustrées comme de mini bandes dessinées, code couleur rouge colère / jaune repos, etc.), les mots, l’état d’esprit à la fois humoristique et bienveillant… En bref, la formule parfaite pour aborder, avec tact et psychologie, la question de la colère, mais aussi celle, plus large, de l’école de la vie, avec les tout petits.

Le début de l’album à feuilleter en ligne (clic sur l’image ci-dessous) pour vous faire une idée :

Betty voit rouge - feuilleter

1

Cuisine du monde pour les bébés

Une petite pause au milieu des premières histoires et premiers documentaires présentés ça et là dans la bébéthèque, pour aborder le sujet primordial de l’alimentation sous un angle original et passionnant : des recettes du monde entier dans l’assiette des bébés !!

une-cuisine-du-monde-pour-les-bebes

« 60 recettes pour initier les tout petits aux saveurs d’ailleurs » : tel est le voyage gourmand proposé par l’album-documentaire Une cuisine du monde pour les bébés, co-signé Anne Kerloc’h, Judith Gueyfier et Zaü et édité par Rue du monde (nécessairement) en format géant. En guise de préface, le pourquoi du comment de cette démarche :

Si l’on trouve tout naturel d’éveiller un nouveau-né aux formes, aux couleurs et aux musiques, on hésite davantage à l’initier à la fabuleuse variété des saveurs. Pourtant, les recherches pédiatriques nous encouragent aujourd’hui à oser cette grande aventure du goût.

Alors, hop, c’est parti ! Direction…

les Amériques !

Escales prévues :

  • au Brésil, où l’on apprend à concocter des beijjos glacés à l’avocat et au citron vert, des pão de queijo et des natilla piñacolada…
  • au Mexique, avec un guacamole doux pour les petits loups, une cremita de maíz et un bœuf au maïs et parfum d’épices…
  • en Argentine et au Pérou en vue de déguster une dinde au maïs et des petits flans pâtissiers au dulce de leche…
  • en Amérique du Nord pour une purée de courge butternut au sirop d’érable ou encore un baby cheesecake !
  • aux Antilles et Caraïbes où l’on servira au jeune enfant rien de moins qu’une compote aux étoiles (de badiane) ou des pancakes à la patate douce

l’Europe…

en plusieurs étapes :

  • la Grande-Bretagne et l’Irlande, avec, au menu, purée de petits pois à la menthe, little porridge et crumble aux pommes
  • la Scandinavie avec, s’il-vous-plaît, des bouchées de saumon en dilli-dilli et une petite verrine de pommes en crème et chapelure d’épices
  • l’Espagne et le Portugal : du gazpachito bien sûr, de l’arroz doce et de la brandade, non mais !
  • l’Italie : place au pâtisotto au citron, à la picata de veau à l’orange ou à un premier tiramisu au fruits…

l’Afrique… 

  • le Maghreb : pour les s aussi, tajine d’agneau à l’abricot et au boulgour, autrement premier couscous avec un brin de menthe sèche, ou caviar de fenouil aux agrumes
  • l’Afrique de l’Ouest : à table avec une compote de mangue poivrée, un tapioca à l’orange ou encore un gâteau à la banane et au cacao
  • l’île de la Réunion et l’Océan indien : délices fondants à la patate douce et mousse de chouchous !

et du Proche-Orient à l’Asie

  • au Proche-Orient, mini-kebbés, yaourt « en bouboules » et trio de messés ;
  • en Grèce ou Bulgarie, régalons-nous d’un caviar d’aubergine blanche, d’une crème kataïfi ou d’un mishmash bulgare…
  • en Turquie, un mix-max de courgettes farcies, une compote aux deux abricots et aux fleurs et une köfte de lentilles rouges
  • en Iran où nous mangerons des crêpes de jade (aux épinards), un poulet mariné au safran et à l’orange et, en guise de dessert, une compote de pommes et cerises à la grenade
  • en Russie et dans les pays baltes : un bœuf stroganov du rebenok transformé en purée, un bortsch d’été à la lituanienne, un kissel à la faisselle… !
  • au Vietnam et en Thaïlande : une omelette vapeur ou un poulet à la mangue
  • en Chine : des boulettes de poulet vapeur et un canard cinq parfums accompagné de son riz au jasmin ;
  • au Japon : un flan de tofu au potiron, une bouillie de riz « okayu » ou une mousse de nashis !
  • en Inde, goûtons le shrikland à la mangue et le baby dhal ;
  • en Polynésie : poe à la banane, soupe de potiron au safran et rillettes de poisson saveur des îles !

Cet exceptionnel guide culinaire ne se contente pas d’aiguiser notre appétit et de mettre à notre portée des cuisines plus ou moins exotiques pour nos tout petits. Il nous plonge aussi dans les cultures locales, grâce aux illustrations alternées de Zaü & Judith Gueyfrier, et la présentation, pour chaque pays visité, d’une coutume accompagnant la naissance et les premiers moments de la vie d’un enfant ! Par exemple, la sieste à l’air frais en Scandinavie, les présents d’argent (silvering the baby !) en Ecosse & Irlande, les pluies de cadeaux (baby shower) en fin de grossesse aux Etats-Unis versus la présentation au monde du bébé à son septième jour de vie (Aqiqa) au Maghreb…

Last but not least : si chaque recette fait mention de l’âge minimum requis pour pouvoir manger la préparation… vous ne lirez aucun âge maximum, chers lecteurs et cuisiniers dont les papilles ont sans doute été, par (la chronique de) cet album, bien éveillées… Aux fourneaux, donc, puis à table tout le monde, et, surtout, régalez-vous bien !


Pour vous aider à trouver ce livre de cuisine en bibliothèque ou librairie, en voici les références complètes :

Une cuisine du monde pour les bébés : 60 recettes pour initier les tout-petits aux saveurs d’ailleurs [Texte imprimé] / recettes et textes Anne Kerloc’h ; images de Judith Gueyfier et Zaü. – Paris : Rue du monde, 2015. – 1 vol. (59 p.) ; illustrations en couleur ; 36 x 29 cm.
ISBN 978-2-35504-400-7 : 24,5 EUR

2

Les imagiers de Jane Foster

Les éditions Kimane ont sorti cette année, sous la forme de livres carrés tout cartonnés, quatre imagiers complémentaires signés Jane Foster : une même patte, aka une même vision, s’attèle ainsi à quatre thèmes classiques, abordés avec des mots simples & illustrés par un graphisme de type « design » à la fois tendre, coloré et sympathique, qui constitue le fil rouge de ces divers titres et s’amuse à s’auto-citer d’un album à l’autre, pour contribuer à dresser l’inventaire de l’univers familier de son ou ses bébé(s) lecteur(s) :

Premiers mots

premiers mots jane fosterLe plus classique des quatre albums, façon « mon premier imagier, mes premiers mots », avec des jeux de correspondances pour chaque double page :

un chat, un chien / un arbre, une pomme / une fleur, un oiseau / une chaussure, une chaussette / une tasse, un bol / un œuf, un gâteau / une voiture, une maison / un cerf-volant, un ballon / un train, un avion / un bateau, un poisson / un ours, un lion,

le tout servi par des illustrations bienveillantes, modernes et ludiques.

1 2 3

123 jane foster1 renard rieur (le rire gît ici dans les cils mutins),  2 mouettes endormies (l’une sur l’autre, en mode tête bêche), 3 belles fleurs (représentées par des icônes aux antipodes de la photographie), 4 chiens rigolos (robe à pois, à rayures, à nuages…), 5 petits bateaux (agités), 6 crocodiles heureux (multicolores et mordants), 8 parapluies à pois (ça, c’est dit), 9 petits cerfs-volants (attention, l’un va à contrevent…) et 10 jolis poissons (écailles à pois ou à rayures, au choix encore une fois).

Et puis, quand on a fini de compter jusqu’à 10, et bien on lance le décompte, pour lancer la fusée, pardi !

Les couleurs

les couleurs jane fosterUne double page par couleur, avec à la clé quelques surprises… Vert comme notre ami le crocodile mais aussi ce perroquet, jaune comme le lion et le bec du toucan, gris comme le généreux éléphant et les nuages volumineux, bleu comme les poissons et les bateaux qui auraient absorbé le ciel et l’eau…, rouge comme la coccinelle et la fraise, marron comme l’ours et le hibou itou, orange comme le tigre et ce bol tigré, turquoise comme la méduse mais aussi cet oiseau, rose comme le flamant du même nom et ce sac très genré genre madame aime beaucoup le rose, violet comme ce papillon mais aussi ce téléphone (avis à ceux qui voient la vie en violet), noir comme un chat noir & blanc comme le corps d’une chauve-souris !

Noir et blanc

noir et blanc jane fosterPlace enfin au noir et blanc, les couleurs les plus distinguées par les plus petits :

ici défilent les animaux représentés en noir et blanc, tels le panda (rigolo), la vache (heureuse), le tatou (timide), le hibou (curieux ; au fait n’était-il pas brun la dernière fois que je l’ai vu ?), le léopard (joyeux), la chenille (belle…), les fleurs (très jolies… idem, n’étaient-elles pas tantôt de toutes les couleurs quand j’apprenais à dire le mot « fleur » ?), le pingouin (malicieux), la baleine (endormie, elle rejoint ses amies les mouettes qui avaient succombé au sommeil quand j’apprenais à compter), la chauve-souris (souriante, et toujours blanche) et le serpent (grand, tout simplement).

 


the-light-bulb-363064_640Pour découvrir plus avant l’univers de Jane Foster, RDV sur son site internet : http://janefoster.co.uk/.

Et pour retrouver aisément ces ouvrages en librairie ou en médiathèque, en voici les références complètes !

Premiers mots  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-318-5 : 7,95 EUR.

1, 2, 3  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm. ISBN 978-2-36808-321-5 : 7,95 EUR.

Les couleurs  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-320-8 : 7,95 EUR.

Noir et blanc [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-319-2 : 7,95 EUR.