0

Chat alors !

Un des avantages du livre, c’est de pouvoir voyager à travers les mots, les images, le sens ou le non sens d’un récit, d’une poésie & cie, quel que soit l’endroit où l’on lit. Une mine d’or pour se ressourcer dans le contexte sanitaire actuel impliquant une réduction de nos interactions sociales et déplacements. D’autant que si les librairies et bibliothèques sont fermées à l’heure actuelle, nombre d’entre elles proposent un service de type « retrait sur réservation » 🙂

Une ressource ne vient jamais seule : ajoutons au livre un autre facteur réconfortant… le chat ! Oui, aujourd’hui, la BBthèque propose aux lecteurs dès le plus jeune âge une sélection de livres à chats ! Miaou ? On y va ?

Chat noir de Mathilde Arnaud

On commence avec un chat en volume : un superbe chat noir, conçu par Mathilde Arnaud aux éditions Les Grandes Personnes, qui se déploie et se re-déploie splendidement dans ce livre pop-up de toute beauté : Chat noir.

Pelage noir, iris jaune, museau blanc. Ces trois couleurs fondent l’esthétique de ce livre-objet très réussi qui met en scène les différentes étapes d’une journée standard d’héros à moustaches : se réveiller, manger, jouer, euh jouer, se laver, procrastiner, rejoindre sa maîtresse ou son maître, rrrrronronner.

C’est le tout premier livre de Mathilde Arnaud, et quelle merveille ! Pour vous faire une première idée, la BBthèque vous invite à visionner cette alléchante vidéo. Mais honnêtement, rien de mieux que de manipuler soi-même les pages de ce livre et d’ainsi donner vie à ce fabuleux chat de papier !

UN OISEAU UN CHAT DE CORINNE DREYFUSS

Mon second est un tout cartonné, écrit et illustré par Corinne Dreyfuss, publié aux éditions Thierry Magnier, et peut être partagé avec les plus jeunes des bébés !

C’est l’histoire d’une rencontre entre un tout petit oiseau, Zozo, et un gros gras chat gris, Chacha. Sur la page de gauche, on retrouve Zozo ; sur la page de droite, Chacha. Zozo fait plein de choses, et chacune de ces activités, traduite par des onomatopées, est observée par Chacha quand il ne dort pas. Jusqu’à ce que Zozo se mette à faire du toboggan sur la queue de Chacha ! Chacha se met alors à bailler et avale Zozo.

Fin de l’histoire ? Que nenni ! Zozo n’a pas fini de faire le foufou, dans le ventre de Chacha. Ca ne lui fait ni chaud ni froid. Il continue à faire ploing, zioup, plouf ! Jusqu’à ce que Chacha hoquette. Hic ! Zozo peut s’envoler : flap, flap, flap !

Un livre drôle & dynamique pour les tout-petits.

MIAOU ! CUI ! PONK ! DE MICHAEL ESCOFFIER ET MATHIEU MAUDET

En parlant d’onomatopées… Voici un livre, de Michaël Escoffier et Mathieu Maudet aux éditions l’Ecole des loisirs, dont le titre, Miaou ! Cui ! Ponk !, traduit en sons une chaîne d’événements dont l’héroïne, apprentie super héroïne, prend connaissance et auquel elle choisit d’apporter une solution. Normal, c’est bien le travail des super héros.

Qu’on se le dise, Super Lulu a décidé de sauver le monde aujourd’hui. Bon elle a un petit loupé : elle a oublié son pantalon. Mais ça se corrige facilement. Et c’est reparti !!! Quand tout à coup elle entend : « Miaou ! Cui ! Ponk ! » sans voir pour autant de quoi il retourne. Il s’agit de mener l’enquête. Cui ! Un oiseau tombé au sol… hum autant le remettre dans son nid, sur la branche. Fiou, ça c’est fait. Miaou ! Un chat tout en haut de l’arbre. C’est sûr, il n’arrive plus à redescendre, il faut l’aider, et que l’on ne l’y reprenne plus. Ponk ? Une tortue retournée, tout en bas, la remettre tout droit.

Tout est bien qui finit bien grâce à Super Lulu qui quitte la scène de tous les problèmes en s’exclamant « Ah là là ! Je me demande vraiment comment tournerait le monde sans moi ! »

Bonne question mademoiselle ! A la seconde qui suit, et à son insu car la donzelle est partie, la chaîne événementielle Miaou ! Cui ! Ponk ! se reproduit, et cette fois-ci le lecteur voit de ses yeux vus l’enchaînement très rapide des événements : une tortue renversée après avoir servie de marchepied à un chat cherchant à attaquer un oisillon ne sachant point encore voler !

Moralité : il peut être utile d’intervenir, mais il est impossible de tout contrôler ! Surtout quand on a affaire à un chat très déterminé 😉 Un tout cartonné qui apprend dès le plus jeune âge, et avec beaucoup d’humour, tout à la fois le sens des responsabilités et la nécessité de relativiser, afin, compétence fondamentale, de savoir aussi et toujours dédramatiser.

0

Haïkus d’automne

L’automne est arrivé… La collection « Bon pour les bébés », au Seuil jeunesse, a la bonne idée d’accompagner ce changement de saison avec une forme très adaptée de poésie pour les bébés : des haïkus, dits en l’occurrence d’automne ! Voici donc le nouveau venu de cette collection dont tous les titres sont écrits et illustrés par Thierry Dedieu :

Poèmes pour bébés : 

Haïkus d’automne

Vous souvenez-vous des principes de cette collection ? Des livres tout cartonné en très grand format, des illustrations en noir et blanc & une attention portée à la qualité des mots et des contenus. Dedieu cette fois-ci emmène les tout-petits en voyage vers le pays du soleil levant, ou du moins vers l’esprit, présent et évanescent, de sa poésie. L’arrivée d’une nouvelle saison, automnale, est ainsi décrite sous la forme de brefs poèmes imagés d’inspiration japonaise, les haïkus.

Chaque double page décrit l’arrivée puis la progression de l’automne au travers d’un poème :

Début d’automne – Elles font leur valise – Les grandes grues grises

Face à la bise – Toutes plumes mêlées – Les oiseaux se rassemblent

Les feuilles tombent – Mais si on leur demande – Elles disent : « Nous volons ! »

L’attention portée au détail se rejoue dans les illustrations noir et blanc : des animaux et des végétaux en mouvements, réagissant au refroidissement et au vent, les évolutions liées à la nouvelle saison. Jusqu’à exprimer les couleurs de l’automne :

Le rouge monte aux arbres – Un champignon, puis deux… dix – L’automne.

Vous pouvez découvrir des extraits de ce premier livre de poésie par ici ; pour connaître les autres titres de la collection Bon pour les bébés, la BBthèque vous donne rendez-vous par là ; et enfin vous trouverez à ce lien une sélection de livres de haïkus pour les tout-petits !

0

Portrait vivant d’une auteure & illustratrice : Isabelle Simler

La BBthèque a la grande joie aujourd’hui de vous présenter un nouveau portrait vivant d’une auteure illustratrice, au travers d’un entretien exclusif avec… Isabelle Simler !

Isabelle Simler


L’auteure et l’illustratrice de Doux rêveurs, D’après nature, Heure bleue, Plume et de bien d’autres livres se prête ainsi à l’exercice du portrait vivant en nous proposant ses réponses à ces quelques questions :
*

Qui suis-je ?

Je m’appelle Isabelle Simler, je suis auteure et illustratrice. 
Je passe la plupart de mon temps à observer, dessiner, chercher des idées, trouver les mots qui résonnent avec mes illustrations, imaginer des livres.
*

Comment et pourquoi j’ai choisi de faire ce métier ?

Je suis illustratrice depuis très longtemps mais je n’ai pas toujours fait des livres. Avant cela, je faisais des dessins pour la presse, des images pour la publicité et des dessins animés pour la télévision.
En 2011, j’ai publié mon premier album Plume et rencontré mon éditeur, Jean Poderos aux Editions courtes et longues. Une rencontre déterminante et le début d’une belle aventure. Depuis je ne fais plus que des livres.
J’ai choisi ce métier car j’avais envie de mener mes projets en toute liberté, c’est aussi pour cette raison que je suis auteure et illustratrice de mes albums. Ainsi je peux suivre les envies et lubies qui me passent par la tête, creuser les sujets qui m’intéressent et naviguer à un rythme qui est le mien. Comme pour beaucoup d’illustrateurs, le dessin est venu tôt et m’a toujours accompagné. Assez vite, j’ai eu le sentiment qu’il m’était précieux, comme un écart, une alcôve, un moyen de se singulariser.

*

Comment je travaille pour écrire un livre ? 

Le point de départ de mon travail est la plupart du temps l’observation. Si l’on se penche sur n’importe quel objet vivant, même commun et qu’on le regarde avec attention, il recèle un trésor de curiosités. Et ce qu’il nous révèle devient une matière fascinante à interpréter. Le dessin est pour moi un prétexte à observer les choses de plus près. J’ai besoin de me documenter, d’observer dans le détail, de fouiller pour mieux comprendre. Et de cette part documentaire va naître la narration, la fiction.
Ce qui m’intéresse, c’est la liberté d’interprétation, le point de vue, plus sensible que didactique. J’aime l’idée que la réalité et l’imaginaire soient perméables l’un à l’autre et que l’imaginaire se nourrit de détails scientifiques. Ce mouvement de bascule entre l’observation et la rêverie est au cœur de mon travail.
Dans les grandes lignes, les étapes de création d’un album sont : 
  • Des dessins et croquis de recherche aux crayons de couleurs
  • Une documentation fouillée sur le sujet
  • La réalisation du « chemin de fer », c’est à dire le déroulé du livre dessiné en petit sur une grande feuille
  • La création des illustrations, sur une tablette graphique la plupart du temps.

Le travail sur le texte est mêlé à celui des images, suivant les albums, il peut se faire en amont, en parallèle ou à la fin.

*

Comment j’imagine mes jeunes lecteurs quand j’écris ?

Je ne crois pas que j’imagine un lecteur au moment ou je fais un livre mais si c’était le cas, je ne suis pas sûre qu’il serait jeune, je l’imaginerais plutôt sans âge.
*

Est-ce qu’il m’arrive de discuter avec les enfants autour de mes livres ?

Oui très souvent, lors des rencontres scolaires ou des ateliers. Le regard que les enfants portent sur mes albums est très précieux et leurs remarques sont souvent pertinentes et surprenantes. Ce retour direct et spontané sur mon travail est très stimulant, il me donne l’énergie et l’envie de poursuivre. 

Un vif merci à Isabelle Simler pour sa disponibilité et cet éclairage sur son univers !

La BBthèque invite toutes et tous à plonger dans les albums riches et sensibles d’Isabelle Simler, qui constituent autant de voyages précieux et merveilleux dans la nature si diverse et variée :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous retrouverez notamment à ces liens les beaux livres suivants d’Isabelle chroniqués dans la BBthèque :

1

Alors on danse !

Saviez-vous que les ours aiment danser ? Et qu’il fait bon danser avec eux le nez plongé dans des livres qui les mettent en scène en bonne compagnie ? Maintenant, oui. La preuve avec Danse avec Bernie, de Janik Coat aux éditions Hélium :


Danse avec Bernie

Bernie est de retour dans les librairies, les bibliothèques et la BBthèque ! Souvenez-vous, nous avions fait sa connaissance dans un coffret de six livres tout cartonnés (chroniqué ici) où, assemblés les uns avec les autres au niveau de leur quatrième de couverture, ils formaient un seul Bernie géant !

Ici… nous retrouvons Bernie en version géante mais cette fois-ci dans un seul et unique livre lui aussi géant : 51 cm de hauteur ! Dans cet ouvrage tout cartonné au format hors norme signé Janik Coat aux éditions Hélium, le grand ours marron est, comme toujours, présenté en compagnie de ses amis : le lutin (qui fait deux fois la taille d’un farfadet) et les farfadets (dont Bernie fait 4,5 fois la taille). Le livre explore le corps humain (les parties du corps de ces différents personnages), les actions ou activités courantes (monter, rouler, marcher, glisser, porter, courir…) ainsi que leur déroulé au sein d’une journée, avant d’arriver à l’essentiel, « ce que l’on préfère », avec chorégraphie s’il-vous-plaît : danser comme des fous, et au son de la musique bien sûr ! Le corps des jeunes lecteurs se met littéralement en mouvement tout en lisant !

Un album riche et festif, qui donne complètement envie de danser en cette période de rentrée. Quelques extraits à découvrir sur le site de l’éditeur : https://helium-editions.fr/livre/danse-avec-bernie/.

0

Tous super héros !

La BBthèque reprend du service après une coupure estivale bienvenue ! Et pour ce faire, rien de moins qu’un retour qui révèle et célèbre les super héros sommeillant en chacun de nous 😉 Lumière aujourd’hui sur le nouvel album d’Emilie Vast aux éditions MeMo :

Je veux un super pouvoir !

Où nous retrouvons les deux lapins complices d’un autre album d’Emilie Vast, Moi, j’ai peur du loup (album extra soit dit en passant, et chroniqué ici sur la BBthèque)…

Deux paires d’oreille affûtées et des compères qui refont le monde.. en conversant. Le lapin brun ne confesse plus ses peurs cette fois-ci mais il émet comme un souhait et se lance, à cet effet, dans une singulière quête en compagnie de son ami : « je veux un super pouvoir » dit l’un, oui mais lequel, répond l’autre ? Le lapin brun émet toutes sortes de propositions, mais le lapin beige trouve toujours quelqu’un d’autre disposant déjà de ce pouvoir. Mince alors se dit le lapin brun !

Chemin faisant, il fait, avec les jeunes lecteurs, un bel apprentissage. A chacun ses capacités, son super pouvoir, adapté à ses besoins… Toutes les merveilles sont dans la nature : chaque animal présenté dispose d’une fantastique ressource naturelle clé, tel un super héros (représenté masqué bien sûr pour le bénéfice de la démonstration) qui aurait sa signature, sa spécialité… son identité !

Et les lapins ? Eh bien les lapins… voient à 360 degrés ! Un super pouvoir qui leur appartient… foi de lapin !

Et les humains ? Lapin beige et Emilie Vast ont pensé à tout : les humains ont le… super… extra… formidable… incomparable… pouvoir de… lire des histoires… pardi ! de les comprendre, retenir, apprécier, habiter, interpréter…

Un album tout en humour et finesse où l’on apprend à connaître et apprécier les capacités de chacun, celle des autres comme les siennes !