0

Nouveaux livres à gogo #10 : dans les jardins

Depuis le 11 mai, la BBthèque met en lumière des albums récents que vous pouvez vous procurer dans vos librairies indépendantes préférées. Aujourd’hui, la BBthèque vous invite à une virée livresque dans les jardins, oui au soleil ou au frais ! Au menu de cette chronique, trois ouvrages pour jardiniers en herbe ou autres promeneurs en extérieur :

  • Dans mon petit jardin, de Lenia Major et Clémence Pollet aux éditions du Ricochet
  • Les bêtes minuscules de Tatsu Nagata au Seuil Jeunesse
  • Les P’tites coccinelles de Fleur Daugey et Chloé du Colombier aux éditions du Ricochet

Dans mon petit jardin - Lenia Major et Clémence Pollet

Mon premier est l’histoire d’une petite fille à qui ses proches préparent une surprise dans le jardin de la maison : « Je t’ai préparé un carré dans mon potager. Fais-y pousser ce qu’il te plaît. » La petite fille investit à fond ce qu’elle appelle « mon petit jardin », et les jeunes lecteurs suivent dans le temps cette activité tout à la fois bêcheuse, joyeuse, gourmande… au travers d’illustrations grand format souvent vues d’en haut. Chaque double page commence par l’énoncé du lieu investi « Dans mon petit jardin… », et partage avec les jeunes lecteurs une nouvelle découverte ! Un livre entre documentaire et fiction qui donne très envie de jardiner et éveille l’attention à la nature.

Les bêtes minuscules de Tatsu Nagata - Seuil Jeunesse

Mon deuxième est issu de la collections très savante d’ouvrages du célèbre savant de papier, Tatsu Nagata : il s’agit d’une anthologie de ses observations scientifiques sur les bêtes minuscules, bref une encyclopédie des toutes petites bêtes pour les tout-petits enfants ! Réunis dans ce volume somme : la coccinelle, le pou, la fourmi, la libellule, le moustique, le gendarme et le ver de terre. Les illustrations sont à la fois réalistes et humoristiques, elles visent à dire la dynamique – la vie – et l’essentiel. Les petites bêtes ne sont pas si petites sur le papier, ce qui permet de mieux les appréhender… mieux les admirer ou… mieux les éloigner quand elles nous embêtent !? Une anthologie pour apprendre en riant et rire en apprenant.

Les P'tites coccinelles - Flaure Daugey et Chloé du Colombier

Mon troisième s’intéresse à une petite bête en particulier, celle qu’on dit parfois être du bon (ah bon ?) dieu : la coccinelle… et plus précisément la coccinelle à sept points. Les coccinelles sont souvent rouges quand elles sont adultes, mais comment sont-elles à leur naissance ? Ce premier documentaire décrit la genèse de la coccinelle (que de transformations avant de devenir la coccinelle qu’on connaît !), son alimentation, ses pérégrinations, son truc pour tromper l’ennemi et assurer sa survie, et son sommeil quand les saisons froides prennent le relais. Un album à la portée des plus jeunes pour découvrir ce coléoptère et son cycle de vie.

0

Portrait vivant d’une autrice-illustratrice : Elis Wilk

La BBthèque vous propose aujourd’hui de découvrir un nouveau portrait vivant d’une autrice illustratrice ! Aujourd’hui, c’est Elis Wilk qui se livre à nous :

Elis Wilk

Elis Wilk photo 2 - portrait vivant - BBthèque


Pour ce portrait vivant, Elis Wilk a accepté de répondre à ces quelques questions :

Qui suis-je ?

Je suis une femme, une artiste et une jeune maman de 40 ans. J’aime danser, réfléchir, rire, lire, dessiner, discuter avec mes amis pendant des heures, la nature et aussi m’amuser en général. 

Comment et pourquoi j’ai choisi de faire ce métier ?

J’ai toujours aimé lire depuis toute petite. On avait beaucoup d’albums et d’autres livres à la maison et quand j’ai su lire, j’ai dévoré les bandes dessinées et les romans que je trouvais chez moi, chez les amis de mes parents, à la bibliothèque ou ailleurs. 

Au début j’ai fait des études plutôt classiques (scientifiques puis sciences po) qui n’avaient rien à voir avec l’illustration et les livres et je me suis pas mal ennuyée. Je n’étais pas à ma place. 

Mais je ne savais pas que l’on pouvait étudier l’art et que, moi aussi, je pouvais un jour devenir artiste. Après mes études, j’ai travaillé dans un théâtre dans l’éducation artistique. J’ai rencontré beaucoup de gens et vu beaucoup de spectacles avant de partir en Italie et de tout lâcher pour me convertir à l’illustration. J’avais 30 ans, je n’étais plus toute jeune et ce n’était pas simple. Mais j’étais tellement curieuse et passionnée que j’ai réussi à m’améliorer, à apprendre puis à prendre confiance et à devenir enfin une vraie artiste. 

Le livre c’est l’endroit où j’ai trouvé un équilibre entre le dessin, l’histoire et le mystère et aussi la rencontre avec les lecteurs. Je ne voulais pas faire de l’art qui soit juste dans les galeries ou les musées. 

J’aime le fait que les livres soient accessibles et puissent se retrouver chez tout le monde, petits et grands.  

Comment je travaille pour écrire un livre ?

Quand je crée un livre, je me mets à ma table devant une feuille blanche. J’écris les idées qui me viennent pour ne pas les oublier. Souvent les idées s’inspirent du réel et des thèmes que j’aime ou qui me parlent au moment de créer le livre : les inuits pour Dans mon ours, l’amour pour Le loup et la poulette, la relation mère & fils pour Maman?!, la nature et la peur des bruits que vivait mon fils de 3 ans pour L’appel de la lune, la relation entre un enfant et son petit chat pour Que fais-tu petit chat ?, la fragilité de la vie et la poésie du quotidien pour mon prochain album Je suis, etc. 

En général j’écris beaucoup et je ne garde pas tout. Il y a plusieurs histoires possibles, comme des chemins qui bifurquent puis on en choisit un que l’on suit : on développe ainsi une idée et si on voit qu’elle peut tenir sur l’ensemble d’un livre on s’y accroche et on y mêle parfois les idées trouvées dans les autres morceaux d’histoires. C’est un mélange de choses qui prend du temps, comme une ballade où l’on ne peut pas prévoir le paysage suivant, montagne ou forêt à venir, mais on reste confiant, on avance et quand on les aperçoit, on les découvre sereinement, parfois avec surprise et alors on sait qu’on est heureux d’être là. Ensuite, une fois le texte créé, je commence à réfléchir à la technique que j’utiliserai, ceci en dessinant. Je change souvent de technique d’un livre à l’autre. Je fais des essais, pas toujours heureux mais, là encore, j’essaie d’avancer tranquillement dans l’inconnu.

Quand j’ai trouvé la technique adaptée à l’histoire et au livre que je veux faire alors je fais un story-board (petits rectangles – les pages- et dessins rapides au crayon) pour trouver des idées de composition, de rythme etc. et, enfin, je crée chaque illustration qui, là encore, évoluent pas mal avant d’être finalisées. 

Comment j’imagine mes jeunes lecteurs quand j’écris ?

Je ne les imagine pas vraiment. Disons que j’essaie de m’amuser, de me surprendre – on est son premier lecteur – et que le fait d’avoir un enfant m’aide à mieux comprendre les choses qui font vibrer le petit lecteur.

Un livre c’est comme une maison, il faut une solide base et des pièces bien pensées. Ensuite on affine, on décore et on rend cette maison originale et accueillante. 

Est-ce qu’il m’arrive de discuter avec les enfants autour de mes livres ?

Oui je rencontre beaucoup d’enfants. J’adore expliquer comment je travaille, le étapes, les questionnements, etc. Mais ce que j’aime le plus c’est quand les enfants ou les adultes créent à leur tour. 

Je propose souvent des ateliers de création de mini-livres et là c’est génial, après avoir expliqué comment je crée un album, chacun rentre totalement dans la création et construit son propre livre avec passion et originalité quel que soit son âge. 

A chaque fois c’est beau et surprenant cette diversité et cette capacité que les gens ont à créer eux aussi. Petits et grands se connectent à leur créativité, cette part d’enfance inventive, libre et brute qui existe en chacun et là c’est gagné…


Allez, une dernière photo d’Elis Wilk ? La revoici, prenant un bol d’air en dehors de son atelier :

Elis Wilk photo 4 - portrait vivant - BBthèque

Un grand merci à Elis Wilk pour sa participation à l’aventure du portrait vivant. La BBthèque vous invite à vous plonger dans son œuvre qui donne la part belle à l’imagination et la création, le tout avec amour et humour ! Pourquoi ne pas commencer par ses deux livres chroniqués par la BBthèque ? Les voici les voilà :

 

1

Nouveaux livres à gogo #7 : rions avec Mathieu Maudet

Depuis le 11 mai, top départ du dé-déconfinement progressif, la BBthèque met en lumière des albums récents que vous pouvez vous procurer dans vos librairies indépendantes préférées. Aujourd’hui, la BBthèque vous propose de rire un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… en bonne compagnie, soit avec deux nouveaux albums de M. Mathieu Maudet aux éditions l’Ecole des loisirs.

Nous commençons, avec Occupé, par une envie pressante qui rencontre un problème bien connu : la place est déjà prise, il va donc falloir patienter pour se soulager… Et celui ou celle qui est sur le siège semble bel et bien faire le siège des WC… Il occupe tant et tant les toilettes qu’une file vient à se former : une petit fille ressemblant fort à un petit chaperon rouge pour commencer, suivie d’1, puis de 2, puis de 3 petits cochons… Tout le monde attend son tour en se dandinant. Enfin la voix de celui ou celle qui était sur le trône au milieu des bois annonce le début de la fin du supplice : j’ai fini, je remonte mon pantalon, je me lave les mains et… j’arrive ! La porte s’ouvre, qui est là : le loup !!! L’envie est passée, la peur l’a supplantée : tous ceux qui ne pensaient qu’à faire faire pipi ont fui. Le loup, lui, ne se démonte pas : bon, si plus personne ne veut aller aux toilettes, dit-il, j’y retourne : j’ai pas fini mon livre ! Un album hilarant, mariant au poil trivialité et conte de fées.

Dédé - Mathieu MaudetNous poursuivons, en cette période de dé-déconfinement, avec Dédé, ce drôle de personnage qui a un truc avec les mots en « dé » qu’il aime dé-dédoubler. Dédé a un dada : il aime dé-démonter par ci par là, et il se dé-débrouille terriblement bien, Dédé, pour tout dé-démonter. Mais comment faire après avoir absolument tout dé-démonté ??? C’est la dé-déconfiture, la dé-démoralisation. Heureusement Dédé a le dé-déclic. C’est parti pour un nouveau dé-départ : Dédé va se dé-débrouiller et mettre en œuvre le système D, le système Dédé, pour dé-dépanner et dé-défaire ce qui avait été dé-défait ! Un album qui dé-dépote et qui montre que savoir défaire peut aussi se transformer en savoir faire.

Vous avez encore envie de lire/rire à gorge dé-déployée ? La BBthèque vous invite à retrouver ici toutes les chroniques BBthèque d’albums de Mathieu Maudet.

0

Nouveaux livres à gogo #6 : changer de point de vue

Depuis le 11 mai, top départ du déconfinement progressif, la BBthèque met en lumière des albums récents que vous pouvez vous procurer dans vos librairies indépendantes préférées. Aujourd’hui, la BBthèque vous propose, par ces temps versatiles, d’explorer dès le plus jeune âge la loi de la relativité… enfin, tout est question de point de vue ^^ Les deux ouvrages présentés aujourd’hui constituent à dire vrai surtout des petites leçons de re-la-ti-vi-sa-tion… Bonne idée, non !?

je suis le roi - marco vialeMon premier pense qu’il est le roi, mais l’est-il vraiment tout le temps pleinement ? Le narrateur de Je suis le roi ! de Marco Viale aux éditions A2mimo est en convaincu : c’est moi le roi, aka c’est moi le plus… avec tous les adjectifs qui vont bien. Il est le roi et il le dit à quelqu’un (à qui ? pour le moment on ne sait pas). Il pérore à tout va : « moi je suis le plus… », « moi j’ai le plus… » et il se montre un tant soit peu condescendant avec celle ou celui qui l’écoute pérorer : « et toi ? » Et son interlocutrice ou interlocuteur répond invariablement : « moi, non ». Jusqu’à ce que… la nuit tombe et que ce roi de papier, qui avait jusqu’ici la grosse tête et donc une large couronne l’écrasant de tout son poids, admette une faille : j’ai peut-être un peu beaucoup peur du noir en fait ; et de s’enquérir auprès de son acolyte : « et toi ? » « Moi, non ». Eh oui : le narrateur est peut être parfois roi, mais la reine de la nuit, ç’en est une autre, en l’occurrence celle ou celui auprès de qui il se vantait à tort et à travers jusqu’ici : la luciole, qui brille dans la nuit. Tout pouvoir a ses limites non ? Un album graphique dont vous pouvez découvrir quelques extraits ici.

le bon cote du mur jon ageeDans une autre histoire, Le bon côté du mur de Jon Agee aux éditions Gallimard Jeunesse, un autre enfant, preux chevalier, est convaincu d’être localisé du bon côté du mur en briques érigé juste à côté. De l’autre côté, il en sûr et certain, il n’y a que des êtres vils et de terribles dangers. Jusqu’à ce que… le narrateur ne doive réviser son opinion, en constatant que derrière lui, de son côté du mur qu’il croyait si bon, il est menacé. Ouf, il est accueilli à bras ouvert de l’autre côté, qui finalement a lui aussi ses bons côtés… Faire tomber le mur des préjugés… quelle excellente idée ! Un album ludique dont vous pouvez feuilleter quelques extraits .

La BBthèque vous invite à découvrir aussi à ce lien d’autres ouvrages où l’on apprend à relativiser quel que soit notre âge !

0

Portrait vivant d’une autrice-illustratrice : Julia Chausson

La BBthèque vous propose aujourd’hui de découvrir un nouveau portrait vivant d’une autrice illustratrice ! Lumière aujourd’hui sur :

Julia Chausson

photo - Julia Chausson - portrait vivant BBthèque


Pour ce portrait vivant, Julia Chausson a accepté de répondre à ces quelques questions :

Qui suis-je ?

Je suis autrice-illustratrice et graveure. Je créé des livres. Il m’arrive aussi de concevoir des jeux pour les tout-petits et de mettre en scène des spectacles jeunesse avec la Compagnie La Sensible.

Comment et pourquoi j’ai choisi de faire ce métier ?

Vers 10 ans, j’ai été éblouie par les maquettes d’Alexandre Trauner, grand décorateur de cinéma. J’avais trouvé ma voie !

Plus tard, j’ai suivi des études de scénographie à l’école des Arts décoratifs de Paris, où je me suis régalée. En sortant de l’école, j’ai découvert que le travail collectif ne correspondait pas tout à fait à mon tempérament. J’avais besoin de faire tourner mon petit moteur personnel, sans trop de contraintes extérieures.

Très vite, le livre m’est apparu comme un cousin germain du théâtre, mêlant texte et image. Il est comme un spectacle de poche ; la couverture c’est l’affiche. Ouvrir un livre, c’est un rideau qui s’écarte. Puis la narration se déploie dans un temps défini, page après page. Le spectacle s’achève enfin avec la tourne de la 4ème de couverture. Le livre, c’est un espace de création très libre.

Le « spectacle » peut prendre toutes sortes de formes. Il peut être statique, dynamique, ambigu, absurde, agile… Le dialogue entre le texte et l’image est un point d’articulation, auquel il faut être attentif. Car c’est dans les zones d’ombre que se joue l’essentiel.

Ce qui me plait aussi, c’est la légèreté dans la création. Tout est possible avec peu de moyens : une feuille de papier, quelques crayons, des mots…

Comment je travaille pour écrire un livre ?

La conception d’un livre est assez longue. Les premières idées sont souvent banales, mais je les dessine car elles me permettent d’avancer. Très vite elles sont ensevelies sous de nouvelles idées. Dans ces moments de recherche, j’ai besoin de me nourrir. Littérature, peinture, images… Je regarde tout. Cela va entrer en collision avec ma recherche, faire rebondir le projet dans de nouvelles directions.

C’est comme des strates qu’il faut creuser. J’ai toujours l’impression que si je me contentais des premières idées, je resterais à la surface. J’ai besoin de temps pour chaque livre. Après le temps de la recherche et des croquis, il y a un temps « d’infusion » pendant lequel je me consacre à un autre projet. Y revenir avec un œil neuf est très efficace !

Du coup, j’ai toujours quantité de livres sur le feu. Certains même mijotent pendant des années !

Comment est née la collection de comptines « les petits chaussons » ?

La collection « Les petits chaussons » est née grâce à un livre d’artiste intitulé « Noire du berry », où on voyait une poule noire disparaître sous la neige. Ces livres d’artistes, entièrement réalisés à l’atelier depuis la conception jusqu’à la reliure, n’ont d’autres contraintes que les miennes. Aussi, j’expérimente en toute liberté. Avec ce livre, j’explorais le principe du « bois perdu ». Il s’agit de créer plusieurs images avec une seule plaque de bois, qui est progressivement gravée et imprimée.

En découvrant ce livre, que je ne destinais pas particulièrement aux enfants, Christine Beigel alors éditrice, m’a proposée de l’associer à la comptine « Une poule sur un mur » et de l’adapter (format, couleur, nombre de pages…). Enfin d’ajouter une « chute » amusante.

Chaque titre de la collection décline le principe d’une même image qui progresse par accumulation, suppression, disparition, déplacement, transformation… Principe qui découle de la technique de la gravure sur bois.

Nous avons fait quelques pas de côté, notamment avec le titre « dans la forêt lointaine », qui est un dialogue s’inscrivant dans l’espace du livre : les coucous sont en page de gauche, le hibou est à droite. Ils s’entendent mais ne se voient pas. Tandis que « la petite bête qui monte » est un déplacement vertical dans l’espace d’une grande image.

4 nouveaux titres, toujours aux éditions Rue de monde, sont en préparation pour le printemps 2021 !

Comment j’imagine mes jeunes lecteurs quand j’écris ?

Chaque enfant est différent et je ne peux pas les considérer comme une globalité. D’ailleurs, je crois que je travaille autant pour les adultes que pour les enfants. Je lisais beaucoup de livres à mes enfants quand ils étaient petits et j’appréciais quand leurs formes étaient assez ouvertes pour ne pas s’épuiser.

Est-ce qu’il m’arrive de discuter avec les enfants autour de mes livres ?

Je rencontre souvent les enfants dans leurs classes. Il m’arrive parfois de « tester » un livre en cours de fabrication avec eux !


La BBthèque remercie infiniment Julia Chausson d’avoir participé à cette aventure du portrait vivant, et vous invite, adultes et enfants, à vous plonger dans l’œuvre fine, belle, originale de Julie Chausson… Vous pouvez par exemple commencer par la collection Les petits chaussons, puis poursuivre avec les autres livres & livres d’artistes de Julia Chausson, ses gravures et images, mais aussi les jeux qu’elle conçoit et spectacles qu’elle met en scène ! La BBthèque vous donne rendez-vous pour découvrir plus avant l’ensemble de ces créations sur https://www.juliachausson.com

Site web Julia Chausson