0

Papa pas à pas

Lumière sur un album tendre et lumineux mettant à l’honneur la relation naissante papa-enfant, écrit par Philip Waechter, adapté en français par Bernard Friot et publié chez Milan Jeunesse en 2009 :

Papa pas à pas

papa-pas-a-pas-waechter

– Tu n’as pas l’impression de trouver tous les bébés mignons ?
– Non, seulement le mien. 

Ou comment un père — la mère apparaît quelquefois aussi, mais ici, c’est la figure aimante du père qui est au cœur du propos — fait connaissance avec ce nouveau petit être grandissant qu’est son enfant : la naissance du bébé — et de manière concomitante celle du parent —, le retour à la maison, le rituel du dimanche (lire les journaux), la gestion du mal de ventre, les balades les mauvais jours comme les bons, la relaxation, les casse-croûtes, les premières conversations — « bbbllleuuubbbllleuuu » vs « bbbllleuuubbbllleuuu »…—, la maladie et la guérison, les matchs de foot à la radio, la séquence purée à la betterave ou la sortie chaotique au restaurant, les bébés nageurs, le bac à sable, la sieste à l’ombre de l’arbre…

Succession de scènes de cette nouvelle vie quotidienne, portée par des illustrations épurées et des mots tout simples : pour chaque page, le titre éventuel de la saynète virant parfois au sketch, le dessin la représentant, un dialogue, une description… comme un récit illustré tendant vers la bande dessinée, un peu à la Sempé.

Or donc…

Elle est pas belle la vie ? 

conclut le jeune père en s’adressant à son enfant souriant, déjà un peu plus grand, qu’il prend dans ses bras tout en continuant de marcher, poursuivant pas à pas son devenir de papa.

 

 

0

Quand l’art nous transporte !

On connaît tous le peu ragoûtant rat d’égout… mais quid du rat des goûts ? Il y avait Ratatouille côté fourneaux, côté arts plastiques il y a désormais aussi la collection Rat des goûts proposée par la maison d’édition Eliart, spécialisée dans les livres d’art pour petits et grands… ! Avec au menu aujourd’hui ici, en matière d’éveil artistique pour les tout-petits, l’un des titres de cette formidable série :

Des tableaux et des transports

des-tableaux-et-des-transports-rat-des-gouts-eliart

Un livre tout cartonné de petit format carré, très agréable à manipuler, et qui renouvelle le principe des imagiers : ici, sous les plumes d’Eliane Reynol de Sérésin et Marine Fauvel, le bébé lecteur se voit présenter divers moyens de locomotion (le camion, le tracteur, le train, l’autobus, la voiture, le fiacre, le vélo, la moto, le bateau, la montgolfière, l’hélicoptère, l’avion et la fusée) de diverses façons… Chaque double page consacre ainsi un mode de transport :

  • sur ma gauche,
    • un court texte poético-descriptif : en bref, une définition, en cadence et en rimes s’il-vous-plaît !
    • accompagné d’une petite icône, ou symbole, afin d’introduire une première correspondance visuelle aisément identifiable par tous
  • sur ma droite,
    • la reproduction d’un tableau de grand maître du XIXe ou XXe siècle (Claude Monet, Edward Hopper, Vincent Van Gogh, Francisco de Goya, Sonia Delaunay, Jean-Michel Basquiat, René Magritte, Le Douanier Rousseau…) mettant en scène ledit mot
    • ledit tableau étant commenté avec humour par un drôle de guide / commentateur, qui ronge l’image pour mieux l’éclairer de toute sa contemporanéïté !

Un extrait pour vous faire une idée du voyage dans lequel vous embarquez :
extrait

En bref, un imagier bien pensé, dont la force et l’originalité est de réussir à mettre en résonance, par le jeu et la médiation, le quotidien des enfants avec l’art. A mettre entre les mains de tous les petits curieux…

0

Miru Miru

Place à une bande dessinée très jeune public pour les plus grands des bébés, issu, une fois n’est pas coutume sur ce blog, d’une série d’animation produite par Folimage, et créée par Haruna Kishi, Mathilde Maraninchie et Guillaume Lorin.

On y découvre un univers graphique japonais, celui d’Haruna Kishi, dont le dessin est épuré et rond ; les récits*, situés au pays nippon, narrent le quotidien facétieux du héros, cette petite loutre de mer avide de mille découvertes et qui ne semble jamais en reste… dans la mesure où elle a toujours un tour dans son sac !

Pour les jeunes lecteurs, c’est l’occasion de faire connaissance avec des traditions, comme les raviolis japonais dans lesquels le cuisinier glisse un ingrédient surprise (secret professionnel !)…ou encore avec le menu quotidien des grands, comme la visite chez l’esthéticien(ne). Miru Miru dans les deux cas ouvre grand ses yeux voire ses oreilles, observe méticuleusement la scène, puis, imitation oblige, se lance à son tour dans la réalisation… de raviolis « surprises », donc, ou encore de « travestissements » entre amis… à la nuance près qu’il réinvente ce qu’il a saisi avec sa touche fantaisie, dans une logique de partage puisqu’il y associe ses amis. Le voici invitant ainsi ses proches à un repas convivial de raviolis avec des surprises plus improbables les unes que les autres, ou encore se maquillant puis peinturlurant la compagnie, opération camouflage réussie !

En bref, une première BD qui fait sourire et voyager, avec un protagoniste rusé, jovial et social. Une petite série sympa, qui sort de l’auto-centrisme et des chemins battus…

*adaptation : Sophie Furlaud et Samir Senoussi

0

Léon… l’étron

Un tout cartonné à l’humour mordant, 100% scato pour les petits marmots : Killoffer, illustrateur, scénariste et dessinateur de bandes dessinées fondateur de la maison d’édition indépendante L’Association, signe, chez Thierry Magnier, un livre « très marron en cacamaïeu » à destination des tout-petits en plein apprentissage du pipi-caca, et de leurs parents qui ont encore, bien souvent tant qu’ils n’ont pas trois ans ces petits anges, le nez dans leur caca.

Le titre et le héros de l’album ? Léon, étron de son état ! Oui, c’est le caca en personne qui vous parle, et en rimes, messieurs dames ! Mais je vois que vous ne me croyez pas… Pourtant, le voici le voilà, ce malheureux caca :

leon-l-etron-killoffer

Oui, Léon est un étron, mais non un joyeux luron : car de fait… le caca, c’est plutôt dégoûtant. Léon a en effet la larme à l’œil : c’est qu’en raison de sa pestilentielle odeur, il attire uniquement les mouches… tous les autres le fuient comme la peste, pas touche ! Le parcours de Léon est semé d’embûches : fuir les rouleaux de papier-toilette, affronter les multiples rejets dont il fait l’objet… jusqu’à, en proie à ses pires tourments, se lover enfin dans sa couche (eh oui bien sûr, Killofer présente son héros caca en train de piquer un somme dans la couche d’un bébé… sans le bébé ! de l’art de redéfinir le mot « couche » !)… Pourtant, Léon prend de bonnes résolutions : se muscler pour sculpter son corps en mode tablette de chocolat, se garnir de noisettes, de cacahuètes, se recouvrir même d’alu pour emballer peser le tout, mais… rien n’à faire, l’odeur le trahit ! Un caca, ce n’est pas du tout du tout du chocolat. Une seule solution alors pour Léon l’étron : admettre sa terrible condition d’étron, et finir… dans la lunette des toilettes !!

Un pari audacieux et astucieux : crotte alors, enfin un album original sur l’apprentissage de la continence, et avec quelle impertinence ! Qu’on se le dise, Léon pourra « trôner » en bonne place dans votre cabinet de lecture…

0

Petit manuel pour aller au lit

La BD ça rime avec bébé, c’est pourquoi je vous présente aujourd’hui un livre tout cartonné où on sent très fortement l’influence de la bande dessinée… rien d’étonnant, puisqu’il est signé Anouk Ricard (http://anoukricard.blogspot.fr), scénariste et dessinatrice associée pour l’occasion à la journaliste Paule Battault. L’occasion étant : accompagner le coucher des petits… par un Petit manuel pour aller au lit, destiné aux grands bébés qui savent marcher & dormir dans un lit sans barreau :

petit manuel pour aller au lit battault ricard

Aucune étape de ce rituel quotidien ne passera à l’attrape…

  • la règle aka le top départ des parents : c’est l’heure !
  • direction la chambre
  • brossage de dents
  • lavage de mains
  • pipi-caca dans le pot
  • adieu les habits de jour & les chaussons
  • fermeture des volets
  • souhaiter bonne nuit à la terre entière
  • recevoir (et donner ?) moult bisous
  • l’histoire du soir
  • puis l’extinction des feux
  • et Zzzz Zzzz Zzzz Zzzz Zzzz
  • place aux rêves : « la  nuit, tout est permis » !

le tout avec humour et fantaisie, la question du dodo abordée avec enthousiasme et légèreté pour que les bébés lecteurs fassent fi de toute peur et gagnent en autonomie.