0

Vivons les aventures des trois gibbons…

« Voici Ibbon, Nibbon et Sabbon.

Ce sont les Trois Gibbons. »

Les Trois Gibbons de Kenji Abe, auteur-illustrateur japonais installé à Paris, publié par les éditions MeMo. Non pas un, non pas deux, mais trois, trois petits êtres de papier tout en vivacité, tonicité, le sourire aux lèvres et le poil lustré…

Ces trois petits personnages-là, doux, souples, agiles, tant dans le trait que par l’esprit, partagent avec nous leur petite journée ou parcours du jour : leur promenade, sur un chemin qui descend, roulades au programme, têtes en bas puis de nouveau têtes en haut, grimpette sur le tronc d’un palmier, puis se tenir la main pour, à trois, sauter par dessus la rivière et éviter le crocodile fort intéressé, danser de joie, manger… des bananes, chanter une fois rassasiés, puis rentrer chez soi se reposer.

En bref…

  • Un propos épuré, décrivant une aventure positive et solidaire, à portée des tout-petits, le temps d’une journée.
  • Un graphisme au top, tout en sobriété : des traits légers pour dessiner les corps en mouvements, des visages ronds dont on lit l’expression comme des émoticons (initiant le tout-petit au langage des émotions), le tout en noir et blanc agrémenté de touches de vert (les feuilles des arbres, le crocodile) et de jaune (les bananes !).

Et voici que les trois gibbons… mais aussi le crocodile… reviennent : la suite !

Une autre journée en compagnie des Trois Gibbons, qui cette fois, rencontrent un bébé crocodile en difficulté… et décident, malgré leur peur de cette petite-grosse bête, de le sauver ! Motricité, ingéniosité, générosité, les trois compères sont enchantés d’avoir libéré cette créature tierce… Et la maman ou le papa de l’enfant crocodile l’est tout autant : voici les ennemis devenus amis… ou comment coopérer et ainsi composer au mieux avec autrui  !

Ces premiers récits, jolis, jolis, à découvrir en images sur le site de l’éditeur : ici et .

Publicités
0

Oncle Teddy

L’atelier Saje fait son entrée dans la BBthèque, avec Oncle Teddy, grand livre tout cartonné publié aux éditions Marcel & Joachim :

IMG_0078.JPG

Un album qui joue la carte du muet : tout se lit dans les images, design, mettant en scène les activités d’un petit ours avec son grand baby-sitter, l’oncle Teddy (oui da, un homme, que dis-je… un mâle), tel un inventaire de jeux et loisirs à partager régulièrement ensemble, adulte et jeune enfant.

Chaque double-page représente ainsi une activité : jeux d’eau, sports d’hiver, patin à glace, équipée sous la pluie, fête foraine, arts martiaux, balade en deux roues (tricycle pour le petit, moto pour le grand), activité cuisine & dégustation, bain moussant et brossage de dents, et même, la nuit tombée, quand les rêves les plus fous prenant le relais d’une dense journée, la transformation du duo en paire de super-héros ! Avec, toujours, sur la page de gauche, le petit ours auquel s’identifiera le bébé lecteur… et, sur la page de droite, l’oncle Teddy qui veille sur lui.

Un livre bien pensé pour les bébés, avec ses répétitions et ses variantes, le jeu d’observation auquel il invite son public, la familiarité et la diversité des sujets abordés, le graphisme simple qui sait montrer la différence de taille entre le petit et le grand mais aussi leur complémentarité, et enfin les couleurs choisies par les auteurs qui, par leur douceur rejouant la rondeur des personnages, enveloppent le tout d’une opportune et agréable tendresse.

3

Couleurs primaires et + encore, avec Janik Coat

Janik Coat débarque dans la collection Tout-petits cartons des éditions MeMo, avec une série de tout-cartonnés à la ligne graphique et haute en couleurs : pour démarrer la série, quatre livres format paysage, mettant chacun en scène un animal associé à une couleur qu’il fait découvrir au bébé lecteur…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Couleurs primaires pour ouvrir le bal : rouge hippopotame, jaune chameau, bleu éléphant ; puis la voie est ouverte aux couleurs secondaires : vert tamanoir… et bientôt d’autres couleurs, d’autres animaux…

mon hippopotame est rouge comme… les fraises et les cerises

rouge comme… le coucher du soleil

rouge comme… les maisons en briques

rouge comme… les coquelicots

popov est rouge

rouge-hippopotame-janik-coatA l’image du protagoniste bestial fait sien par l’enfant — « mon hippopotame », « mon chameau », etc.—, observation et exploration de l’environnement par le filtre de la couleur : dans Rouge hippopotame, couverture rouge oblige, avec mon hippopotame, Popov*, je vois ce que la vie recèle de rouge, de double page en double page — fraises, cerises, coucher de soleil…— et je suis à même, au terme de ce voyage monochrome, de distinguer le rouge des autres couleurs, soit, en pratique, de parvenir à retrouver Popov*, l’hippopotame rouge, parmi les hippopotames de toutes les couleurs que me donne à voir la dernière double page de l’album. Idem avec Shafick*, le chameau jaune ; Hégésippe*, l’éléphant bleu ; et Maurice*, le tamanoir vert !

Un graphisme ludique pour appréhender une à une, et dès le plus jeune âge, les couleurs de la vie. A paraître par la suite : Rose poulpe, Marron mammouth, Orange sanglier, Violet chat, Blanc chouette et Noir rhinocéros…

*Oui, dans ses différents livres, Janik Coat s’attache à attribuer des prénoms rares et marquants à chaque membre de son bestiaire imaginaire…

 

 

2

Sous les étoiles…

Sous les étoiles… 

la terre…

Et sur la terre… ?

Au gré du vent…

vole…

un papillon.

Lumière aujourd’hui sur la réédition récente d’un très beau livre, tout cartonné, célébrant la vie en mouvement et les organismes vivants : Sous les étoiles… — du rôle fondamental des points de suspension —, signé Martine Perrin aux éditions Les Grandes Personnes :

Livre-objet, livre-jeu à manipuler… le concept à l’œuvre, c’est un imagier à dévoiler, par un jeu de découpes où le motif rond est roi, accompagné de couleurs vives annonciatrices de l’élément à trouver aux pages suivantes :

  • sous le cercle de la couverture, ciel empli d’étoiles… la Terre, multicolore ;
  • le feuillage, vert, de l’arbre émergera des courbes de la colline ;
  • le soleil, jaune, révélera ses rayons tout là-haut…

De page en page, le bébé lecteur découvre, toujours en quatre temps aka quatre pages — 1 : une image : un complément circonstanciel ; 2 : un cache, rond : un verbe ; 3. un trou, rond : suspens… quel sera l’être derrière la page ? 4. une image : l’être en action, soit le sujet de la phrase ! le tout exprimé via un duo de couleurs complémentaires propre à chaque séquence, mais qu’on retrouvera plus tard… sous une forme un peu différente… car l’existence est faite de résonances — l’essence éternellement renouvelée de la vie sur la planète Terre : le soleil, la pluie et le vent, les animaux volant et nageant, les végétaux fleurissant, et, bien sûr, pour parachever ce tableau, comme un cadeau à l’homme, le bébé naissant du ventre de sa maman :

Et sur la terre…

vient…

un enfant.

Une lecture poétique, graphique, symbolique et magnifique, accessible à tout âge pour les petits enfants… et les futurs ou déjà parents, donnant à voir ce qui ne se voit pas encore…, du moins à première vue.

0

Dans tous les sens…

Après Ab & Cé, voici que de nouveaux livres en accordéon (aparté culture G : le saviez-vous ? on dit aussi : leporello !) intègrent la BBthèque, issus d’une même collection des éditions Hélium dont l’intitulé, « Dans tous les sens », fait sens, puisqu’il s’agit d’une série de 5 livres sur les 5 sens… à lire dans tous les sens ! Le tout signé par la créatrice et illustratrice Pepillo.

Au menu de ces livres tout cartonnés qui se déplient & se lisent recto verso, l’exploration de nos différents sens — en tout, douze mini tableaux pour appréhender chacun d’entre eux —, à travers une approche de tout premier documentaire où l’image occupe une place centrale, de même que, sur les pages de couverture, les acteurs des sens sollicités, représentés par de charmantes petites têtes, avides de découvertes, auxquelles les bébés s’identifient aisément, d’autant que les titres des albums se déclinent à la première personne.

Chaque page est consacrée à l’expression d’une sensation, décrite tant par une illustration (épurée & tout en rondeurs) que par une brève phrase, parfois agrémentée d’onomatopées, énonçant cette sensation et la reliant à une expérience concrète inspirée du quotidien. Ainsi, dans Je touche tout :

Une coccinelle me chatouille la main.

Un bonnet en laine, ça gratte !

[…]

La brise rafraîchit mon visage.

Je touche la neige : elle est glacée.

En bref, des lectures pratiques et dynamiques pour aider l’enfant à mettre des mots sur ses sensations.


Pour disposer des références de ces ouvrages, RDV sur le blog de l’éditeur : http://nouvelles-des-livres-helium.blogspot.fr/2016/04/desleporellos-recto-verso-cartonnes.html

Pour en savoir plus sur l’univers design de Pepillo, RDV sur son site internet : http://www.pepillo.fr

2

Contraires canins, contraires malins

Dans une veine graphique et design, voici un imagier dédié à l’apprentissage des contraires par le jeu, conçu la créatrice franco-suédoise Élo avec la complicité des éditions Sarbacane :

Les chiens (contraires)

les chiens contraires elo

Un petit livre animé tout cartonné et de forme carrée, qui invite le tout petit à appréhender un mot et son contraire en manipulant les différents pliages & rabats (accordéon, fenêtre, etc. !), entamant par la même occasion une partie de cache-cache avec une galerie de chiens surprenants et amusants. Le fil rouge de cette aventure ? l’univers canin, oui, mais aussi les variations de point de vue et le mouvement à l’origine de ces changements :

  • Un chien COURT et ramassé sur lui-même (note de fantaisie : qu’on se le dise, ce chien au pelage vert a des oreilles et des pattes tigrées rose & noir) s’allllllloooooonge et se transforme en LONG chien quand on soulève son corps constitué d’un rabat-accordéon ;
  • Un GROS chien (rouge à petits traits noirs), opposé à un chien FIN (et rose, à l’exception des oreilles et pattes alternant le jaune et le noir en mode spirale), devient carrément TRÈS GROS une fois ouvert son ventre faisant office de volet ;
  • DESSOUS le rabat, il y a un autre chien bleu (sauf les oreilles & pattes orange à taches noires… bien sûr). En rabattant ce rabat… surprise, un chien orange à taches noires (et oreilles bleues !) DESSUS ;
  • DEVANT le gros chien (rouge à pois noir, museau prune, oreilles grises pendantes) allongé, un chien fin (couleur vert amande, oreilles et pattes prune, et long museau jaune moutarde avec, en guise de piercing, un clou) se tient debout ; tourner le rabat (correspondant à la partie inférieure du gros chien) sur sa partie supérieure, et voilà désormais le chien fin DERRIÈRE le gros chien.
  • Un chien bleu ciel (dont je tairai la couleur des oreilles, des pattes et et du museau) se tient, selon la façon de manipuler le rabat qui le constitue, DEBOUT ou ASSIS ;
  • De même, d’autres chiens très originaux se retrouvent selon le bon vouloir manipulateur du jeune lecteur :
    • A POIS ou SANS POIS
    • DROIT ou TORDU
    • DEHORS ou DEDANS
    • DE FACE ou DE DOS
    • A L’ENDROIT ou A l’ENVERS !

Un album-documentaire astucieux et facétieux, pour que les bébés jouent en toute liberté tout en se familiarisant avec le vocabulaire décrivant comment ces drôles de chiens mais aussi ces farceurs d’humains — bref, comment tout un chacun — se situe(nt) dans l’espace, nom d’un chien !


Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque, en voici les références complètes :

Les chiens : contraires [Texte imprimé] / Elo. – Paris : Ed. Sarbacane, 2016. – 1 vol. (20 p.) ; illustrations en couleur ; 17 x 17 cm.
ISBN 978-2-84865-854-4 : 12 EUR

2

Les imagiers de Jane Foster

Les éditions Kimane ont sorti cette année, sous la forme de livres carrés tout cartonnés, quatre imagiers complémentaires signés Jane Foster : une même patte, aka une même vision, s’attèle ainsi à quatre thèmes classiques, abordés avec des mots simples & illustrés par un graphisme de type « design » à la fois tendre, coloré et sympathique, qui constitue le fil rouge de ces divers titres et s’amuse à s’auto-citer d’un album à l’autre, pour contribuer à dresser l’inventaire de l’univers familier de son ou ses bébé(s) lecteur(s) :

Premiers mots

premiers mots jane fosterLe plus classique des quatre albums, façon « mon premier imagier, mes premiers mots », avec des jeux de correspondances pour chaque double page :

un chat, un chien / un arbre, une pomme / une fleur, un oiseau / une chaussure, une chaussette / une tasse, un bol / un œuf, un gâteau / une voiture, une maison / un cerf-volant, un ballon / un train, un avion / un bateau, un poisson / un ours, un lion,

le tout servi par des illustrations bienveillantes, modernes et ludiques.

1 2 3

123 jane foster1 renard rieur (le rire gît ici dans les cils mutins),  2 mouettes endormies (l’une sur l’autre, en mode tête bêche), 3 belles fleurs (représentées par des icônes aux antipodes de la photographie), 4 chiens rigolos (robe à pois, à rayures, à nuages…), 5 petits bateaux (agités), 6 crocodiles heureux (multicolores et mordants), 8 parapluies à pois (ça, c’est dit), 9 petits cerfs-volants (attention, l’un va à contrevent…) et 10 jolis poissons (écailles à pois ou à rayures, au choix encore une fois).

Et puis, quand on a fini de compter jusqu’à 10, et bien on lance le décompte, pour lancer la fusée, pardi !

Les couleurs

les couleurs jane fosterUne double page par couleur, avec à la clé quelques surprises… Vert comme notre ami le crocodile mais aussi ce perroquet, jaune comme le lion et le bec du toucan, gris comme le généreux éléphant et les nuages volumineux, bleu comme les poissons et les bateaux qui auraient absorbé le ciel et l’eau…, rouge comme la coccinelle et la fraise, marron comme l’ours et le hibou itou, orange comme le tigre et ce bol tigré, turquoise comme la méduse mais aussi cet oiseau, rose comme le flamant du même nom et ce sac très genré genre madame aime beaucoup le rose, violet comme ce papillon mais aussi ce téléphone (avis à ceux qui voient la vie en violet), noir comme un chat noir & blanc comme le corps d’une chauve-souris !

Noir et blanc

noir et blanc jane fosterPlace enfin au noir et blanc, les couleurs les plus distinguées par les plus petits :

ici défilent les animaux représentés en noir et blanc, tels le panda (rigolo), la vache (heureuse), le tatou (timide), le hibou (curieux ; au fait n’était-il pas brun la dernière fois que je l’ai vu ?), le léopard (joyeux), la chenille (belle…), les fleurs (très jolies… idem, n’étaient-elles pas tantôt de toutes les couleurs quand j’apprenais à dire le mot « fleur » ?), le pingouin (malicieux), la baleine (endormie, elle rejoint ses amies les mouettes qui avaient succombé au sommeil quand j’apprenais à compter), la chauve-souris (souriante, et toujours blanche) et le serpent (grand, tout simplement).

 


the-light-bulb-363064_640Pour découvrir plus avant l’univers de Jane Foster, RDV sur son site internet : http://janefoster.co.uk/.

Et pour retrouver aisément ces ouvrages en librairie ou en médiathèque, en voici les références complètes !

Premiers mots  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-318-5 : 7,95 EUR.

1, 2, 3  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm. ISBN 978-2-36808-321-5 : 7,95 EUR.

Les couleurs  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-320-8 : 7,95 EUR.

Noir et blanc [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-319-2 : 7,95 EUR.