0

Cru / Cuit

L’assiette et la bibliothèque font bon ménage, notamment dans la littérature jeunesse, et les auteurs écrivant pour les tout-petits peuvent créer des merveilles de livres sur le manger pour les bébés, comme nous avons pu le voir ensemble à maintes reprises dans la BBthèque : Fruits de saison & Légumes de saison et autres livres-jeux autour des aliments et du corps humain, virées n°1, n°2 et n°3 au marché, avant d’intégrer l’assiette des bébés (ici et ) et de découvrir les bienfaits que les nutriments font au corps humain dans A dévorer des yeux par exemple…

La preuve encore aujourd’hui de ce mariage fécond avec ce petit tout cartonné, format carré, signé Matthieu Saintier et publié aux éditions Le diplodocus cette année :

Cru cuit

Cet imagier et premier documentaire utilise avec bonheur le média photo pour donner à voir, en lecture miroir, les deux versions d’un même aliment, la version crue à gauche, la version cuite à droite.

De double page en double page, le bébé lecteur explore ainsi la pomme, la châtaigne, le fromage, le chocolat, la tomate, le maïs, la fraise, le sucre, les pâtes, la carotte, le poisson et la pomme de terre… dans plusieurs de leurs états, dans la mesure où ils se transforment par l’opération de cuisson. Sur chaque photo, prise de manière rapprochée, l’enfant est présent, et toujours, acteur de l’image, en interaction avec l’aliment : on voit le plus souvent une ou deux petites mains désignant ou touchant l’aliment, si ce n’est un regard observateur ou des bouches gourmandes tant le mets semble appétissant…

Ou comment, dès le plus jeune âge, par une démarche réaliste et sensorielle, mettre la main à la pâte… et l’eau à la bouche tout à la fois. Direction la cuisine, chers bébés lecteurs !

0

Baby design box

Aujourd’hui, une nouvelle idée-cadeau pour des bébés nouveaux-nés… En effet, Marcel & Joachim éditent une « baby box », coffret conçu pour être offert à l’occasion d’une naissance :

baby-box-arrhenius

Signée Ingela Peterson Arrhenius, illustratrice suédoise, qui avait imaginé le concept pour ses propres enfants, cette valisette comprend 4 petits livres carrés accordéons, leporellos vifs, colorés et muets, à déplier à loisir par les tout-petits marmots, ainsi qu’un mobile dans le même esprit :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque petit livre met à l’honneur une forme simple — le cercle, le triangle, le carré et, attention chaud devant, le parallélépipède — déclinée en divers motifs et personnages ludiques et bienveillants : quand la simplicité se complexifie quelque peu par la magie de la géométrie… histoire d’émerveiller et stimuler les bébés. Répétitions et variations sont au rendez-vous de cette première partie de cache-cache avec les images… qui invite à un jeu libre et infini d’interprétations de son environnement par le tout petit enfant.

Photos de ce diaporama : © Ingela Peterson Arrhenius [http://www.ingelaparrhenius.com/archives/11905] 

4

Vu d’en haut

Beaucoup de livres pour tout-petits se mettent à hauteur d’enfant pour décrire leur environnement. L’album que je vous présente aujourd’hui non seulement se met à hauteur d’enfants… mais les embarque également dans un voyage visuel inédit des plus palpitants : dans Vu d’en haut de Marie Poirier, édité chez les Grandes Personnes, voici le bébé lecteur monté d’un cran ; le voilà presque devenu, par le fruit d’une drôle de magie fondée sur l’élévation & la lévitation, plus grand que les grands, tant il a pris de hauteur pour pouvoir observer le monde depuis là-haut, tout là-haut !

vu-d-en-haut-marie-poirierUn album tout cartonné, facile à manier, et dont les bords arrondis rejouent la forme circulaire de la couverture comme du propos tout en plénitude et rondeur.

Un livre jaune comme le soleil et le sable, bleu comme l’eau de la piscine, rouge comme les toits des maisons, les chapeaux de ces enfants & les pommes, et vert comme les feuilles, les arbres ou encore d’autres chapeaux. Une palette de couleurs sobre, efficace et chaleureuse pour situer la saison dans lequel cette aventure s’inscrit : un été chaud, où il faut beau et bon se plonger dans l’eau !

Or donc quel est ce récit, vu d’en haut ? D’abord, une vue panoramique offre aux regards le village, ses axes routes et habitations. Puis l’on amorce une descente : zoom sur une propriété : maison, arbres fruitiers, piscine, table, parasol… et deux personnes à vélo portant des chapeaux. Suivons ces deux personnages à travers les feuillages… leurs bicyclettes les ont menés au bac à sable, où ils vont pouvoir jouer : tamis, pelle, râteau, sans oublier, hop, le ballon ! Un moment de fatigue ? A la sieste ! Une petite faim ? Ne serait-ce pas un plateau repas que cette grande personne apporte ? Miam, bon appétit… et maintenant, à l’eau !! Grâce aux bouées, flottons, légers, dans la piscine et dessinons des cercles dans l’eau ; grâce aux bouées, nageons… mais, mais, mais, ce farceur de chat a rapproché l’arrosoir et voici que le bain se transforme en douche ! Allez ouste, c’est l’heure de se sécher au soleil et de montrer nos jolis visages à celle ou celui qui nous regarde d’en haut, qu’on salue au bien au passage ! Et c’est reparti pour un tour à vélo et à pied, pour explorer la forêt… et le ciel… !

Aucun texte, sinon sur la quatrième de couverture que l’on découvre a posteriori lorsque l’on referme le livre : ici, le bébé lecteur est invité à rentrer dans le récit par les images. L’occasion pour lui de se raconter sa propre histoire… en interprétant et réinterprétant à sa manière ces illustrations, au gré de ses différentes lectures — à l’instar de la proposition de lecture que je viens de vous faire, et qui m’est propre et éphémère. Quelles seront les vôtres, les leurs, les siennes ?

En bref…

  • Une vue aérienne d’un monde vivant, tout en ronds et en couleurs, évoquant des vacances heureuses… parenthèse ludique et insouciante, qui permet aux jeunes esprits de s’évader d’un quotidien terre-à-terre, lever le pied pour aérer leurs pensées & renouveler leurs regards !
  • Une démarche originale et bienvenue pour inviter le jeune enfant à voir le monde autrement : élargir ses points de vue et continuer d’éveiller son sens de l’observation.
  • Sans compter qu’on s’amuse beaucoup, en tant que lecteur « perché » et un brin « voyeur », à deviner qui fait quoi, qui est qui, et qu’est-ce qu’il se passe ici et là !

Pour vous aider à trouver ce livre lumineux en bibliothèque ou librairie, en voici les références complètes :

Vu d’en haut [Texte imprimé] / Marie Poirier. – Paris : Ed. des Grandes Personnes, 2016. – 1 vol. (38 p.) ; illustrations en couleur ; 16 x 16 cm.
ISBN  978-2-36193-423-1 : 12 EUR

3

Contraires canins, contraires malins

Dans une veine graphique et design, voici un imagier dédié à l’apprentissage des contraires par le jeu, conçu la créatrice franco-suédoise Élo avec la complicité des éditions Sarbacane :

Les chiens (contraires)

les chiens contraires elo

Un petit livre animé tout cartonné et de forme carrée, qui invite le tout petit à appréhender un mot et son contraire en manipulant les différents pliages & rabats (accordéon, fenêtre, etc. !), entamant par la même occasion une partie de cache-cache avec une galerie de chiens surprenants et amusants. Le fil rouge de cette aventure ? l’univers canin, oui, mais aussi les variations de point de vue et le mouvement à l’origine de ces changements :

  • Un chien COURT et ramassé sur lui-même (note de fantaisie : qu’on se le dise, ce chien au pelage vert a des oreilles et des pattes tigrées rose & noir) s’allllllloooooonge et se transforme en LONG chien quand on soulève son corps constitué d’un rabat-accordéon ;
  • Un GROS chien (rouge à petits traits noirs), opposé à un chien FIN (et rose, à l’exception des oreilles et pattes alternant le jaune et le noir en mode spirale), devient carrément TRÈS GROS une fois ouvert son ventre faisant office de volet ;
  • DESSOUS le rabat, il y a un autre chien bleu (sauf les oreilles & pattes orange à taches noires… bien sûr). En rabattant ce rabat… surprise, un chien orange à taches noires (et oreilles bleues !) DESSUS ;
  • DEVANT le gros chien (rouge à pois noir, museau prune, oreilles grises pendantes) allongé, un chien fin (couleur vert amande, oreilles et pattes prune, et long museau jaune moutarde avec, en guise de piercing, un clou) se tient debout ; tourner le rabat (correspondant à la partie inférieure du gros chien) sur sa partie supérieure, et voilà désormais le chien fin DERRIÈRE le gros chien.
  • Un chien bleu ciel (dont je tairai la couleur des oreilles, des pattes et et du museau) se tient, selon la façon de manipuler le rabat qui le constitue, DEBOUT ou ASSIS ;
  • De même, d’autres chiens très originaux se retrouvent selon le bon vouloir manipulateur du jeune lecteur :
    • A POIS ou SANS POIS
    • DROIT ou TORDU
    • DEHORS ou DEDANS
    • DE FACE ou DE DOS
    • A L’ENDROIT ou A l’ENVERS !

Un album-documentaire astucieux et facétieux, pour que les bébés jouent en toute liberté tout en se familiarisant avec le vocabulaire décrivant comment ces drôles de chiens mais aussi ces farceurs d’humains — bref, comment tout un chacun — se situe(nt) dans l’espace, nom d’un chien !


Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque, en voici les références complètes :

Les chiens : contraires [Texte imprimé] / Elo. – Paris : Ed. Sarbacane, 2016. – 1 vol. (20 p.) ; illustrations en couleur ; 17 x 17 cm.
ISBN 978-2-84865-854-4 : 12 EUR