0

Chat alors !

Un des avantages du livre, c’est de pouvoir voyager à travers les mots, les images, le sens ou le non sens d’un récit, d’une poésie & cie, quel que soit l’endroit où l’on lit. Une mine d’or pour se ressourcer dans le contexte sanitaire actuel impliquant une réduction de nos interactions sociales et déplacements. D’autant que si les librairies et bibliothèques sont fermées à l’heure actuelle, nombre d’entre elles proposent un service de type « retrait sur réservation » 🙂

Une ressource ne vient jamais seule : ajoutons au livre un autre facteur réconfortant… le chat ! Oui, aujourd’hui, la BBthèque propose aux lecteurs dès le plus jeune âge une sélection de livres à chats ! Miaou ? On y va ?

Chat noir de Mathilde Arnaud

On commence avec un chat en volume : un superbe chat noir, conçu par Mathilde Arnaud aux éditions Les Grandes Personnes, qui se déploie et se re-déploie splendidement dans ce livre pop-up de toute beauté : Chat noir.

Pelage noir, iris jaune, museau blanc. Ces trois couleurs fondent l’esthétique de ce livre-objet très réussi qui met en scène les différentes étapes d’une journée standard d’héros à moustaches : se réveiller, manger, jouer, euh jouer, se laver, procrastiner, rejoindre sa maîtresse ou son maître, rrrrronronner.

C’est le tout premier livre de Mathilde Arnaud, et quelle merveille ! Pour vous faire une première idée, la BBthèque vous invite à visionner cette alléchante vidéo. Mais honnêtement, rien de mieux que de manipuler soi-même les pages de ce livre et d’ainsi donner vie à ce fabuleux chat de papier !

UN OISEAU UN CHAT DE CORINNE DREYFUSS

Mon second est un tout cartonné, écrit et illustré par Corinne Dreyfuss, publié aux éditions Thierry Magnier, et peut être partagé avec les plus jeunes des bébés !

C’est l’histoire d’une rencontre entre un tout petit oiseau, Zozo, et un gros gras chat gris, Chacha. Sur la page de gauche, on retrouve Zozo ; sur la page de droite, Chacha. Zozo fait plein de choses, et chacune de ces activités, traduite par des onomatopées, est observée par Chacha quand il ne dort pas. Jusqu’à ce que Zozo se mette à faire du toboggan sur la queue de Chacha ! Chacha se met alors à bailler et avale Zozo.

Fin de l’histoire ? Que nenni ! Zozo n’a pas fini de faire le foufou, dans le ventre de Chacha. Ca ne lui fait ni chaud ni froid. Il continue à faire ploing, zioup, plouf ! Jusqu’à ce que Chacha hoquette. Hic ! Zozo peut s’envoler : flap, flap, flap !

Un livre drôle & dynamique pour les tout-petits.

MIAOU ! CUI ! PONK ! DE MICHAEL ESCOFFIER ET MATHIEU MAUDET

En parlant d’onomatopées… Voici un livre, de Michaël Escoffier et Mathieu Maudet aux éditions l’Ecole des loisirs, dont le titre, Miaou ! Cui ! Ponk !, traduit en sons une chaîne d’événements dont l’héroïne, apprentie super héroïne, prend connaissance et auquel elle choisit d’apporter une solution. Normal, c’est bien le travail des super héros.

Qu’on se le dise, Super Lulu a décidé de sauver le monde aujourd’hui. Bon elle a un petit loupé : elle a oublié son pantalon. Mais ça se corrige facilement. Et c’est reparti !!! Quand tout à coup elle entend : « Miaou ! Cui ! Ponk ! » sans voir pour autant de quoi il retourne. Il s’agit de mener l’enquête. Cui ! Un oiseau tombé au sol… hum autant le remettre dans son nid, sur la branche. Fiou, ça c’est fait. Miaou ! Un chat tout en haut de l’arbre. C’est sûr, il n’arrive plus à redescendre, il faut l’aider, et que l’on ne l’y reprenne plus. Ponk ? Une tortue retournée, tout en bas, la remettre tout droit.

Tout est bien qui finit bien grâce à Super Lulu qui quitte la scène de tous les problèmes en s’exclamant « Ah là là ! Je me demande vraiment comment tournerait le monde sans moi ! »

Bonne question mademoiselle ! A la seconde qui suit, et à son insu car la donzelle est partie, la chaîne événementielle Miaou ! Cui ! Ponk ! se reproduit, et cette fois-ci le lecteur voit de ses yeux vus l’enchaînement très rapide des événements : une tortue renversée après avoir servie de marchepied à un chat cherchant à attaquer un oisillon ne sachant point encore voler !

Moralité : il peut être utile d’intervenir, mais il est impossible de tout contrôler ! Surtout quand on a affaire à un chat très déterminé 😉 Un tout cartonné qui apprend dès le plus jeune âge, et avec beaucoup d’humour, tout à la fois le sens des responsabilités et la nécessité de relativiser, afin, compétence fondamentale, de savoir aussi et toujours dédramatiser.

0

Papa, maman, quel talent !

Les parents à l’honneur dans la BBthèque aujourd’hui, avec un très bel album polonais de Malgorzata Swedrowska (textes) et Joanna Bartosik (illustrations), publié aux éditions Thierry Magnier :

Papa, maman, quel talent !

Cet album en papier épais de qualité, format carré, dit au bébé lecteur en 48 pages la palette de talents de son papa et sa maman, et au-delà, chante pour tous les jeunes enfants les qualités des parents, le tout comme dit par le tout-petit :

Ma maman sait faire beaucoup de choses. […]

Mon papa sait faire beaucoup de choses.

Le fond de la page, toujours blanc, se voit enrichi à chaque page d’un exemple de talent du papa ou de la maman, en phrases et en images. Le propos est profondément paritaire : à tour de rôle, on commence par la maman puis on parle du papa, puis on commence par le papa puis on parle de la maman ; les activités traduisent une réalité s’affranchissant d’un discours « genré » : parfois, ma maman plante des clous ; parfois, mon papa prépare la soupe ; mon papa concocte des projets ; ma maman construit des histoires, mon papa leur donne vie, etc. Aucun rôle ou mission pré-établi.e ici, tant l’enfant restitue leurs rôles à travers les instants vécus.

C’est un livre non seulement à l’intérieur duquel les parents sont très présents, c’est même au-delà un livre dont les parents sont les héros. Les héros des enfants, en toute simplicité et… ensemble ; ils sont complémentaires entre eux et dans leurs relations à l’enfant. Ainsi, chaque double page incarne ce mariage de compétences, permettant au bébé lecteur d’apprécier les liens entre les activités et actions : ma maman allume le feu, mon papa étanche ma soif ; ma maman cligne de l’œil, mon papa tend l’oreille…

Une magnifique et émouvante déclaration d’amour d’un enfant à ses parents.

Ma maman et mon papa sont tout pour moi.

1

Livres sur les émotions… et + encore

La BBthèque vous propose aujourd’hui un focus sur de nouveaux livres tip top qui parlent aux tout-petits de leurs premières émotions :

Mes premières émotions dans l’art

Mes premières émotions dans l'art - palette

Mon premier combine apprentissage de l’émotion et éveil artistique : chaque émotion ou sensation est illustrée, incarnée, représentée par une œuvre d’art. Chaque tableau reproduit sert en effet de prétexte pour évoquer et partager avec le tout jeune lecteur une situation imaginée liée à une émotion, un sentiment ou un état physique, exprimés également par des onomatopées et un court texte les décrivant :

  • la joie qu’on lit dans Les Rieuses (Charles Emile Auguste Carolis-Duran) — hi hi hi
  • la tristesse du Vieil homme dans la douleur (Vincent Van Gogh) — snif ! snif !
  • la surprise illustrée dans Time to play (Charles Burton Barber) — OH !!!
  • le dégoût transparaissant dans Gorgée amère (Adriaen Brouwer) — BEURK !!!!!

mais aussi la peur, la colère, la honte, la jalousie, l’amour, la sérénité, la douleur, la faim, la chaleur et la fatigue mis en sons, mots et images, dans une approche qui privilégie le dialogue, entre l’enfant et l’oeuvre d’art d’une part, entre l’enfant et l’adulte d’autre part : « et toi, qu’inventes-tu pour faire rire tes amis ? est-ce que tu sais que tu es un rayon de soleil pour eux lorsque tu leur apportes de la joie » ?

Pas de panique, petit crabe 

Pas de panique, petit crabe - Chris Haughton

Mon second est l’histoire d’une première fois, et de toutes les craintes qu’une première fois peut susciter : l’aventure d’un bébé (Petit Crabe), qui va passer un cap, en compagnie d’un adulte (Très Grand Crabe) qui va l’encourager et l’accompagner. « Petit Crabe et Très Grand Crabe vivent dans une simple mare. Aujourd’hui, ils ont décidé d’aller voire L’OCÉAN ! ». Perspective ô combien excitante. Le chemin est long (double page fournie et agrémentée de moult onomatopées), éprouvant mais aussi enthousiasmant : « Je peux aller où je veux » dit Petit Crabe. Quand les deux protagonistes arrivent au bord de la falaise, à deux pas de l’Océan… Vient l’heure de se jeter à l’eau. Panique à bord pour le jeune crabe, refroidi dans son élan, tentant de faire marche arrière. Son aîné le rassure tout en l’encourageant à surmonter sa peur : « Pas de panique, Petit Crabe, descendons juste un peu plus loin. Je pense que tu vas adorer. » A petits pas, calmement, doucement mais sûrement, les deux crabes trouvent le chemin adéquat pour pénétrer le grand océan… plonger et baigner dans le monde aquatique que le jeune crabe découvre complètement. La peur est maîtrisée, et même oubliée, vive la liberté !

Un album initiatique aux textes et illustrations magnifiques, à lire et relire avec les jeunes enfants.

Bienvenue Tristesse

bienvenue tristesse eva eland

Toucher la couverture du livre, pour commencer : ce monstre doux et vert-bleu matérialisant la tristesse, le tout jeune lecteur peut d’emblée le palper. Dans cet album sobre, pudique et poétique, un tout jeune enfant voit arriver à la porte de chez lui un (mal-)être qu’il n’avait pas anticipé : Tristesse. « Parfois, Tristesse arrive sans prévenir ». Tristesse pénètre dans la maison avec sa valise, l’enfant reste muet.. « Elle te tourne autour », Tristesse s’approche de l’enfant. « Elle s’assied à côté de toi », tout tout près, trop près. Tu veux la cacher, t’en séparer, mais elle est là, parfois même elle se confond avec toi. Si c’est comme ça, autant lui reconnaître son identité, lui parler, et l’écouter, vous pourrez mieux cohabiter… et vous séparer, le moment venu.

Un album touchant et marquant, à partager avec les tout-petits lecteurs quelle que soit leur humeur.

***

Vous retrouverez **ici** la sélection « BBthèque » de livres sur les émotions à destination des 0-3 ans !

0

Bébé B-A-ba : bébé dictionnaire ou dictionnaire pour bébé

Après un tout premier roman pour les bébés (souvenez-vous… il s’appelle Caché et il est chroniqué ici), Corinne Dreyfuss relève un nouveau défi : avec l’illustratrice Kei Lam, elle écrit un tout premier dictionnaire pour les tout-petits publié en 2019 aux éditions Thierry Magnier… La BBthèque vous présente ainsi aujourd’hui :

Bébé Béaba : le tout premier dico

Corinne Dreyfuss & Kei Lam

Ce premier documentaire, présentant globalement le même aspect matériel que le premier roman pour bébés (dimensions du livre, format portrait… serait-ce le début d’une nouvelle collection !??), mélange et réunit en un seul objet des caractéristiques standard des livres pour bébés — c’est un tout cartonné, qui marie texte et images en donnant la part belle à des illustrations colorées — et des attributs des livres pour public plus âgé voire adulte — c’est un dictionnaire, liste de mots avec définition classés par ordre alphabétique.

Or donc, il s’agit d’un dictionnaire pour tout-petit, qui référence une trentaine de mots qui fondent les premiers échanges entre les bébés et les adultes, à commencer par les parents. Ces mots sont sélectionnés pour ce qu’ils désignent dans l’environnement familier et quotidien du jeune enfant (miam miam : manger, joujoux : tes jouets ; mamma : maman ; papa : papa), comme pour leurs sonorités (miam miam : onomatopée, tout comme à dada, blabla, cuicui, glagla) ou encore pour ce qu’ils ne manqueront pas d’évoquer comme sensation (caca : ça pue / cracra : c’est sale / guili guili : ça chatouille) ; ils ont une valeur éducative, aussi, parfois (pipi : c’est dans la couche ou dans le pot). Ces premiers mots, constitution d’un vocabulaire et d’une vocalisation balbutiant.e.s, figurent rarement dans un dictionnaire pour adulte, ni pour enfant : ce sont des vrai-faux mots dont l’usage est restreint aux parents, encadrants et enfants qui pourraient les utiliser pendant cette période spécifique de premier apprentissage intuitif du langage qu’est la petite enfance. Ils sont illustrés avec force humour, par des dessins sobres et expressifs, sur fonds de couleurs alternées ; à chaque page, on retrouve une image du bébé parleur / bébé lecteur, qui tour à tour, en fonction des termes qu’il incarne, prend des airs ravi, coquin, triste, conspirateur, observateur, serein, aventureux, etc. Tout ce que les mots nous permettent de vivre et d’exprimer…

Une démarche originale qui permet d’aborder avec le bébé lecteur de nombreuses notions, parmi lesquelles et de manière privilégiée : la parole, et de l’amener pas à pas vers la lecture et l’écriture, jusqu’à un jour, au sortir de la petite enfance, reconnaître et distinguer des lettres, par ordre alphabétique s’il-vous-plaît… l’heure sera alors venue d’écrire ou de consulter un nouveau dictionnaire, sans doute. Celui qui complétera le B-A-ba par de nouvelles images, de nouvelles expressions, de nouveaux mots.

Quelques images pour vous faire une idée :

1

Des poules et des oeufs

Des poules et des œufs : c’est le titre d’un livre tout cartonné écrit et illustré par Pauline Kalioujny, publié en 2019 aux éditions Thierry Magnier. Un premier documentaire qui dit et met brillamment en scène cette question, éternelle en ce que la réponse apportée engendre une nouvelle question qui trouve la même réponse que la question initiale, et ainsi de suite sans qu’il ne semble y avoir de fin et, si bien qu’au final on ne sait plus très bien quelle était la première question et on la reformule ainsi : diantre, qui de l’œuf ou de la poule est apparu le premier ?

Sans doute le noterez vous en observant la couverture du livre ci-dessus : cet album est un livre avec un trou… c’est même un livre à trous, comme le lecteur le découvre en feuilletant ce livre-objet à lire, écouter, regarder et manipuler.

Le narrateur est un poussin (représenté par un un tout petit trou en forme de poussin) qui pose une question à sa maman : « Dis, Maman, je suis né comment ? ». Et la maman de répondre : « D’un œuf » (représenté par un petit trou ovale évoquant la forme de l’œuf) ;  « Et d’une poule, et d’un coq ».

L’explication pourrait s’arrêter là, sauf que le petit poussin est curieux et intelligent : maintenant qu’il sait d’où il vient, il demande à sa maman d’où elle vient. L’histoire se répète ainsi, mais plus loin dans le temps, et avec des trous plus grands. A la fin du livre, le bébé lecteur découvre des poules et des œufs (en creux) emboîtés les uns dans les autres, du plus petit au plus grand, comme des matriochka, poupées russes déclinant le thème de la parentalité (lire et relire à ce propos ces deux autres tout cartonnés géniaux De maman en maman et De papa en papa d’Emilie Vast, chroniqués ici).

Une lecture toute en jeux et volumes, jaune poussin, coquille d’or, variantes-répétitions à gogo qui, l’un dans l’autre, dit et échange beaucoup avec le jeune enfant sur la question des origines tout particulièrement.