0

Naître et devenir

Lumière aujourd’hui sur deux beaux, très beaux livres de naissance, l’un et l’autre prouesses graphiques, donc visuelles, au service de récits initiatiques :

Le premier, Le visiteur, est un album muet illustré par Iching Hung aux éditions HongFei Cultures, réalisé avec du papier argenté, de l’aquarelle et de la peinture acrylique. L’auteur, originaire de Taipei et héritière de l’art traditionnel de décoration des temples et spectacles de plein air mêlant toutes sortes d’êtres mythologiques, imaginaires, propose, dans ce livre originel et original, une aussi douce qu’incroyable épopée. Dès les premières planches, un drôle d’être, petit, surpris, radieux, éclot d’une non moins étrange masse sombre, c’est le visiteur sans doute, qui est-il, où est-il, où va-t-il ? Il visite, vadrouille d’un environnement à un autre, de matières en matières, une couleur après l’autre, que de découvertes, parcours dans le temps et l’espace, avant de se retrouver, un peu plus grandi, face à tous les éléments qu’il a croisés enfin réunis, et vus d’un peu plus loin… Métaphore de la gestation ? La visitée serait-elle la maman ? Quelques extraits ici !

Le second, Tu vas voir, est un album peu bavard qui se fonde sur des jeux de regard : signé Frédérique Bertrand aux éditions du Rouergue, il s’adresse au jeune lecteur à la deuxième personne, en lui demandant, d’emblée, d’ouvrir grand ses yeux ; et de fait, c’est un livre qui s’amuse à mettre en scène une paire d’yeux, et ce que cette paire d’yeux est amenée à voir. Une histoire qui parle, au présent, de l’avenir qui s’ouvre et s’offre à l’enfant naissant, avec force humour, tendresse, jeux d’images et de mots.

ouvre grand tes yeux [paire d’yeux]

tu vas voir [paire d’yeux étonnés]

on ne marche pas toujours à quatre pattes, on peut aussi voyager comme ça [image d’un œil compris dans un bateau naviguant sur l’eau sur la page de gauche], ou comme ça [image d’un œil compris dans un bateau et marchant sur le sable, page de droite],

c’est à toi de voir…

Chaque séquence est annoncée, telle une ritournelle, par l’affectueuse et espiègle affirmation « Tu vas voir », pour accompagner ensuite le petit dans ses premiers pas, ses premières fois, et puis ceux et celles qui suivent, aussi.

tu vas voir

il y a des musiques qui nous enchantent, d’autres que ne nous parlent pas

et d’autres que tu inventeras… « Ah, tu verras tu verras !… »

Dans cet ouvrage créé avec le concours du département de l’Ardèche et offert dans ce département à tous les enfants nés en 2018 et 2019 (quelle chance !), de double page en double page, la paire d’yeux est toujours là, seule d’abord, ou presque, on devine l’objet du regard, puis la page suivante son champ de vision l’entoure littéralement, voire la grignote à défaut de la dévorer des yeux ! Une lecture complice entre l’adulte et l’enfant, qui dit les apprentissages dans le temps, mais aussi la liberté, la curiosité, les choix, l’envie et la joie de vivre, fondamentalement.

A lire, au moins une fois, et à relire, au moins cent fois !

4

Vu d’en haut

Beaucoup de livres pour tout-petits se mettent à hauteur d’enfant pour décrire leur environnement. L’album que je vous présente aujourd’hui non seulement se met à hauteur d’enfants… mais les embarque également dans un voyage visuel inédit des plus palpitants : dans Vu d’en haut de Marie Poirier, édité chez les Grandes Personnes, voici le bébé lecteur monté d’un cran ; le voilà presque devenu, par le fruit d’une drôle de magie fondée sur l’élévation & la lévitation, plus grand que les grands, tant il a pris de hauteur pour pouvoir observer le monde depuis là-haut, tout là-haut !

vu-d-en-haut-marie-poirierUn album tout cartonné, facile à manier, et dont les bords arrondis rejouent la forme circulaire de la couverture comme du propos tout en plénitude et rondeur.

Un livre jaune comme le soleil et le sable, bleu comme l’eau de la piscine, rouge comme les toits des maisons, les chapeaux de ces enfants & les pommes, et vert comme les feuilles, les arbres ou encore d’autres chapeaux. Une palette de couleurs sobre, efficace et chaleureuse pour situer la saison dans lequel cette aventure s’inscrit : un été chaud, où il faut beau et bon se plonger dans l’eau !

Or donc quel est ce récit, vu d’en haut ? D’abord, une vue panoramique offre aux regards le village, ses axes routes et habitations. Puis l’on amorce une descente : zoom sur une propriété : maison, arbres fruitiers, piscine, table, parasol… et deux personnes à vélo portant des chapeaux. Suivons ces deux personnages à travers les feuillages… leurs bicyclettes les ont menés au bac à sable, où ils vont pouvoir jouer : tamis, pelle, râteau, sans oublier, hop, le ballon ! Un moment de fatigue ? A la sieste ! Une petite faim ? Ne serait-ce pas un plateau repas que cette grande personne apporte ? Miam, bon appétit… et maintenant, à l’eau !! Grâce aux bouées, flottons, légers, dans la piscine et dessinons des cercles dans l’eau ; grâce aux bouées, nageons… mais, mais, mais, ce farceur de chat a rapproché l’arrosoir et voici que le bain se transforme en douche ! Allez ouste, c’est l’heure de se sécher au soleil et de montrer nos jolis visages à celle ou celui qui nous regarde d’en haut, qu’on salue au bien au passage ! Et c’est reparti pour un tour à vélo et à pied, pour explorer la forêt… et le ciel… !

Aucun texte, sinon sur la quatrième de couverture que l’on découvre a posteriori lorsque l’on referme le livre : ici, le bébé lecteur est invité à rentrer dans le récit par les images. L’occasion pour lui de se raconter sa propre histoire… en interprétant et réinterprétant à sa manière ces illustrations, au gré de ses différentes lectures — à l’instar de la proposition de lecture que je viens de vous faire, et qui m’est propre et éphémère. Quelles seront les vôtres, les leurs, les siennes ?

En bref…

  • Une vue aérienne d’un monde vivant, tout en ronds et en couleurs, évoquant des vacances heureuses… parenthèse ludique et insouciante, qui permet aux jeunes esprits de s’évader d’un quotidien terre-à-terre, lever le pied pour aérer leurs pensées & renouveler leurs regards !
  • Une démarche originale et bienvenue pour inviter le jeune enfant à voir le monde autrement : élargir ses points de vue et continuer d’éveiller son sens de l’observation.
  • Sans compter qu’on s’amuse beaucoup, en tant que lecteur « perché » et un brin « voyeur », à deviner qui fait quoi, qui est qui, et qu’est-ce qu’il se passe ici et là !

Pour vous aider à trouver ce livre lumineux en bibliothèque ou librairie, en voici les références complètes :

Vu d’en haut [Texte imprimé] / Marie Poirier. – Paris : Ed. des Grandes Personnes, 2016. – 1 vol. (38 p.) ; illustrations en couleur ; 16 x 16 cm.
ISBN  978-2-36193-423-1 : 12 EUR