1

Conte, conte, contera

Les contes traditionnels : un réservoir formidable d’histoires à transmettre aux enfants oralement, et tant de belles éditions pour partager ce patrimoine entre générations ! Pour les tout-petits, ce répertoire, riche, dense, occidental mais aussi international… est toutefois dans un premier temps un peu difficile d’accès… aussi ai-je envie de vous présenter aujourd’hui quelques démarches originales à même de parler aux plus jeunes dès l’âge de deux ou trois ans :

A petits petons

A petits petons : une collection incontournable, chez Didier Jeunesse, qui s’appuie sur le savoir-faire des conteurs pour notre plus grand bonheur ! De l’humour, des illustrations originales (dont certaines avec des papiers découpés) et une narration tonique, qui joue 100% le jeu de l’oralité… répétitions, formules-clés, onomatopées, tout un langage parlant tout particulièrement aux bébés. Au menu… :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les petits contes du tapis

Les petits contes du tapis, c’est, comme son nom ne l’indique pas, une collection, éditée au Seuil Jeunesse, d’albums tout-cartonnés très grand format, muets pour l’enfant, parlants pour l’adulte, à lire par ce dernier comme un kamishibai, ce théâtre d’images japonais. Explication : la dernière page du livre concentre sur elle tout le texte, tout le récit, de l’histoire à conter… elle est toujours à portée d’yeux de l’adulte lecteur-conteur, qui narre donc le conte, tandis qu’il tourne, au fur et à mesure, les pages où l’enfant, placé en face, lit les images en toute autonomie et boit ces mots. Un joli répertoire pour cette entrée visuelle et orale dans l’univers des contes… :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Raconte à ta façon…

Et, pour finir, lumière sur une nouvelle piste pour conter non plus aux jeunes enfants, mais avec eux, une piste proposée récemment par les éditions Flammarion jeunesse : et si c’était le jeune lecteur lui-même qui nous contait l’histoire ? A son tour de construire et déconstruire le propos, soit à partir de son imaginaire pur s’il ne connaît pas encore l’histoire, soit en inventant sa variante du conte qu’il a déjà entendu de-ci de-là… mais jamais à sa sauce, jamais comme ça ! Sonia Chaine et Adrien Pichelin ont imaginé cette collection, « Raconte à ta façon« , qui achève de transformer le bébé lecteur en bébé conteur, entrée dans le monde de la parole et du récit. Le concept : aucun texte, un album entièrement muet mettant en scène les contes les plus célèbres avec un graphisme épuré, minimaliste car fondé sur des pictogrammes… !

Dans le cas par exemple de Boucle d’Or : un triangle bleu pour la maman de la fillette, un triangle doré pour Boucle d’or elle-même, trois ronds marron de tailles différentes pour chacun des ours, une maison pour la maison, etc. Au début du livre et sur le recto du marque-pages fourni, vous trouverez la légende des pictogrammes, qui peut être communiquée à l’enfant ; au verso du même marque-pages, le texte du conte, pour une lecture classique par l’adulte à l’enfant… ou alors, autres niveaux de lectures démultipliables à l’infini, une interprétation libre, par le tout-petit, de ce monde de pictogrammes : en feuilletant les pages, l’enfant lit, dit, assemble ces symboles simples, qui expriment les protagonistes, le temps, le lieu, l’action, élabore ses propres récits… quand l’enfant devient, à son tour, producteur de contes… la boucle est bouclée… n’est-ce pas, Boucle d’or ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
1

Caché… premier roman pour bébé

Voici un album sans texte

non au contraire, une fois n’est pas coutume,

un album sans image… autrement dit…

UN PREMIER ROMAN POUR LES BÉBÉS !

Si ! Intitulé Caché et signé Corinne Dreyfuss aux éditions Thierry Magnier :

Mention spéciale pour la couverture très pop de ce tout-cartonné, presque orange fluo avec une typo qui s’efface et joue elle-aussi, comme le titre du livre, à cache-cache ! Caché, dit le titre ; trouvé, dit la couleur vive vive vive ! Et puis on ouvre le livre, et là, place — typique du tip top livre pour tout-petit — au noir (de l’écriture) sur blanc (de la page). Dans ce livre d’un genre inédit, roman jusqu’au format (13*22 cm)  — avec, qui-plus-est, chapitres, numéro et titres, ainsi que rappel des titres et pagination dans l’en-tête de chaque double-page —, point d’illustrateur mais un(e) auteur-typographe de talent : ici, c’est le texte seul, qui tient lieu d’image(s), par la mise en page et la typographie. Place aux mots, donc, au langage… à portée des bébés. Comment ?

  • par la scénographie de l’écrit : le récit se fait théâtre
  • par les choix de sujet et d’objet du récit : le jeu se fait langage

L’objet, c’est une partie de cache-cache… dont le bébé est le héros. Car celui qui est caché… il ne le sait pas encore, il le saura seulement à la toute fin… c’est le bébé lecteur, avec qui l’adulte lit cette histoire.

  • Chapitre 1 : dedans ; je finis de compter jusqu’à 10 et je vais te chercher, petit caché ! je t’appelle, je t’écoute, mais je ne te trouve pas. Je sors donc et j’atteins le…
  • Chapitre 2 : dehors ! oh des animaux, je les entends (onomatopées cui-cui * x, bzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz…), je les salue, mais toi où es-tu ? je regarde un peu partout, de près et de loin, rien. Alors je rentre.
  • Chapitre 3 : toc toc toc. Probablement je ne suis pas loin de te trouver… je te cherche de manière plus approfondie. Assis, à quatre pattes… je monte et je descends… mais on dirait que tu es vraiment bien caché. Alors je profite sans le vouloir d’une petite distraction pour que, sans le vouloir non plus, tu me révèles ta cachette ! Et là… littéralement… je te vois ! Oui ! Car le fond de la dernière double page n’est plus blanc, mais, comme une matière aluminium, un miroir où tu te reflètes : oui, c’est donc bien toi… et moi… que je vois… que tu vois ! Nous sommes de nouveau réunis.
  • Alors… si on recommençait… ? Chacun son tour ? Cette fois, tu tiens le livre et c’est moi qui me cache… 1, 2, 3, 4, 5… c’est parti !

Beaucoup, beaucoup de choses à dire et à vivre avec ce livre qui dit tout l’amour des mots en partage avec les petits minots : d’abord qu’il est, contrairement à ce qu’il paraît, extrêmement facile et plaisant à lire avec un tout-petit ; ensuite qu’il appelle à jouer avec l’enfant, avec les mots, avec le sens ; enfin qu’il éveille et éveille et éveille le bébé lecteur, pour qui le texte prend toute une nouvelle dimension.

A ce propos je vous recommande aussi, et vivement, la lecture de l’avant-propos du livre (oui car dans les grands romans, il y a aussi toujours un avant-propos), préface signée du pédopsychiatre Patrick Ben Soussan dont voici quelques extraits :

Ouvrez Caché ! Sans que vous en preniez conscience, le cerveau de votre bébé accomplit d’incroyables prouesses : ses yeux parcourent l’espace — vous appelez cela une page mais lui n’en sait rien encore — en de rapides et précis petits mouvements, de haut en bas et de gauche à droite —  très vite, dans sa première année, votre enfant a compris qu’il y a un sens à la lecture. […]

Il lit Caché ! Pas à pas, il refait le chemin, reconnaît visuellement les lettres, analyse leur séquence, découpe les mots en sons — la conscience phonologique, disent les pros —, s’adonne à la découverte du principe alphabétique — qui dit la correspondance entre l’oral et l’écrit — , déchiffre puis analyse le sens du mot formé, de la phrase, de la page. […]

Corinne Dreyfuss a écrit Caché ! en se souvenant sûrement qu’à l’origine, l’écriture était le langage de l’absence. Et que le livre convie aux retrouvailles. […]

Difficile de se représenter cet OVNI ? Quelques extraits à découvrir sur le site de l’éditeur… avant de filer en bibliothèque ou librairie se procurer ce livre de génie.

 

 

2

Ronde indienne

Arrêt sur images, un très très beau livre que je vous présente aujourd’hui :

La ronde 

de Louise-Marie Cumont

éditions MeMo

la ronde louise-marie cumont.jpg

Inspirée par l’art populaire des kanthas, broderies d’anciennes pièces de tissus réalisées par des femmes bengalis à Delhi en Inde, savoir-faire transmis de mère en fille, de génération en génération, et donc aussi vecteurs de transmission de récits & mythologies, Louise-Marie Cumont met en scène l’enfant convoquant des kanthas et les comptant pour s’endormir, comme par chez nous on compte les moutons.

1, un kantha : un escargot…

2, deux kanthas… + un moustique ?

3, trois kanthas… + un félin !

4, quatre kanthas… + un animal-à-trois-pattes-et-des-ailes…

5, cinq kanthas… + un éléphant !

… 6, 7, 8 et 9 kanthas !

L’enfant ouvre la main et la créature fantastique d’inspiration animale apparaît, puis rejoint le décor, constituant l’environnement immédiat de l’enfant créateur de contenus. Au fur et à mesure de ce peuplement, de sa main libre puis de ses dix doigts, l’enfant compte ces conceptions : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9… et change de position — précédemment assis, le voici désormais couché, sur le ventre puis sur le dos pour mieux observer cet univers mêlant rêve et réalité, pour enfin le chevaucher, une fois embarqué, vraisemblablement, dans les bras de Morphée !

Une comptine muette, rituel d’endormissement possible et souhaité de l’enfant. Un premier récit doublé d’un bestiaire réduits graphiquement à leur plus simple appareil pour un symbolisme très évocateur : l’enfant, ses kanthas, son énumération — tout est dit. Bonne nuit… et bonnes épousailles avec les mille et unes créatures de la nuit !

…Pour en savoir plus sur l’univers artistique de Louise-Marie Cumont : http://www.editions-memo.fr/Cumont

2

Bonne nuit… tout le monde

Gros coup de cœur pour le nouvel album de Chris Haughton publié en cette rentrée aux éditions Thierry Magnier :

Bonne nuit

tout le monde

bonne-nuit-tout-le-monde-chris-haughton

D’abord pour ses illustrations : tant de couleurs vives et rares, tant de couleurs calmes ; les personnages, nos amis les animaux, sont croqués justement… avec un accent, mis, nécessairement, sur les yeux de ces dames et messieurs : ouverts, mi-clos, paupières, cernes, ou fermeture complète du magasin.

Ensuite pour son texte :

Le soleil se couche et tout le monde a sommeil.

Les souris ont sommeil : « Hhhaaaaaa »

Les lièvres ont sommeil. Ils baillent : « Ha…………………….hhhaaaaaa »

Les biches ont sommeil. Elles prennent une longue inspiration : « Haa…………………….hhhaaaaaa »

Même Maman Ours a sommeil. Elle s’étire de tout son long… « Haaaaa………………………………………………hhhaaaaaa »

qui joue si merveilleusement bien la carte de la contagion (je baille, tu bailles, nous baillons) et de l’imitation ! D’autant que ce récit, ami de l’onomatopée ensomeillée, est fantastiquement mis en page : une mini-page pour la souris, une demi-page pour les lapins, un trois-quart de pages pour les biches et voilà que Maman Ours dispose d’une page, que dis-je d’une double-page, pour s’étirer de tout son long. Tout le monde a sommeil donc… hormis Petit Ours, qui résiste, bien entendu ! Jusqu’à ce qu’il sente, peu à peu, la fatigue de ses camarades alentour l’envahir à son tour, accompagnée de l’explication tendre et posée de sa maman, avec qui il souhaite bonne nuit aux souris… lièvres…biches… et ours, le tout en contre-faisant, gaiement, leurs divers ronflements !

Enfin pour sa dédicace : « à ma sœur Jan, enseignante Montessori, qui m’a inspiré l’idée de ce livre ».

Or donc, une lecture géniale pour endormir les plus petits… et les plus grands.

 

2

La Promenade de Petit Bonhomme

Comment emmener un bébé vers l’idée de récit ? Susciter l’intérêt des tout petits pour une petite histoire ? Lucie Félix, déjà auteur d’un album génial, Prendre et donner, qui ne saurait trop tarder à intégrer la BBthèque, s’attelle à cette question avec un brio singulier, en proposant, aux éditions des Grandes Personnes, tenez-vous bien, un livre dont votre doigt est le héros ! Soit : une historiette à jouer avec la main, se promenant dans le décor et donnant corps à une aventure en or et sans prétention :

la promenade de petit bonhomme lucie félix

Ami lecteur doté de vos dix doigts, votre mission est de serrer le poing et de tendre deux doigts : comme par magie, vous voilà devenu personnage, que vous baladez, sur ses deux jambes perché, dans le paysage défilant sur les pages, tout en lisant à haute voix le texte accompagnant la mini randonnée. Vos gestes et votre voix achèveront de mettre en scène la scène et le scénario proposés : l’histoire d’un enfant gazouillant, sautillant, toboggan, trébuchant, allant à la rencontre des animaux et des gens… et bien évidemment… peut-être le plus important… mangeant, avant de tomber… dans les bras de Morphée, épuisé par cette journée-épopée ! Les mots qui guideront vos pas sont empruntés aux registres du conte — « Alors fermons ce livre ⌈ Marche sur mon bras ⌈ Et viens jusqu’à demain ⌈ Dans le creux de ma main » — et de la comptine via les onomatopées.

Un concept inédit, misant sur une interaction riche entre l’objet et le sujet d’une part, l’adulte et l’enfant d’autre part. Quand un livre, par essence inanimé, sollicite pour l’animer la forte implication de son lecteur jusqu’à mobiliser une bonne partie de son corps : au-delà de ses yeux, au-delà de sa voix, il fallait y penser… ses doigts ! Les images relèvent à la fois de la peinture à l’eau, paysage se diluant dans la page, et du collage créateur de volumes : le toucher, par une main rencontrant des aspérités, vient ainsi compléter les sens de l’ouïe et de la vue, tant du lecteur adulte que du lecteur enfant qui, grandissant, ne manquera pas de vouloir tâter à son tour l’ouvrage… le terrain. Un album qui ne prend sens qu’avec cet acte de présence, cet investissement dans l’espace et le temps partagé avec l’enfant : par la lecture, l’album se transforme en spectacle, une représentation donnée à tel instant, un numéro unique qui différera toujours un peu de la séance d’avant comme de celle d’après. Pour quel public ? Le tout petit, bien sûr, seul ou accompagné de ses pairs : cet ouvrage cartonné est aussi pensé pour être lu en collectivité ; ainsi, le texte est écrit à l’endroit mais aussi à l’envers pour en faciliter la lecture auprès d’un groupe de bébés.


 

the-light-bulb-363064_640Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque municipale, en voici les références complètes :

Félix, Lucie
La Promenade de Petit Bonhomme [Texte imprimé]. – Paris : Editions des Grandes Personnes, 2015. – 30 cm.
ISBN 978-2-36193-425-5 (rel.) : 16 EUR