0

Nouveaux livres à gogo #1 : ruée vers l’art

Dans la BBthèque à partir d’aujourd’hui, lumière sur des albums récents que vous pourrez vous procurer dans vos librairies indépendantes préférées si elles ont redémarré leur activité. La BBthèque vous invite à vous enquérir auprès de votre libraire de proximité de ses modalités éventuelles d’ouverture ; certaines librairies pratiquent par exemple des formules de type « drive » où vous réservez par mail, en ligne ou téléphone vos ouvrages, puis venez retirer votre commande sur un créneau dédié.

Et nous démarrons aujourd’hui cette plongée dans les nouveautés avec une ruée vers l’art, car l’art, tout comme le livre, c’est de l’or en barre, même quand on ne peut pas aller dans les grands musées par mesure de sécurité ! Au menu de cette chronique, deux livres d’éveil artistique :

  • Une histoire vraie, biographie d’artiste : Yayoi Kusama, l’artiste qui mettait des pois partout, de Fausto Gilberti aux éditions Phaidon
  • Un livre d’images qui disent tout et son contraire, bref un imagier artistique des contraires : Les contraires, conçu par Andy Guérif aux éditions Palette

Yayoi Kusama

l’artiste qui mettait des pois partout

Mon premier est une femme avec des lunettes en forme de pois, qui porte et conçoit des robes à pois et dessine des pois tout le temps, partout, y compris sur des gens et sur des citrouilles.

C’est… Yayoi Kusama, qui, sous la plume de Fausto Gilberti, se raconte à la première personne. Une façon simple, directe, attachante de s’adresser aux jeunes lecteurs et de leur présenter la vie et la démarche de cette artiste contemporaine japonaise, qui a commencé sa carrière aux Etats-Unis avant de retourner vivre au Japon où elle continue de créer au jour d’aujourd’hui.

Une découverte riche en pois et au-delà, servie par des illustrations pleines d’humour et de respect pour l’œuvre originale de Yayoi Kusama.

Les contraires

Après ce focus sur une artiste contemporaine, mon second propose un parcours d’histoire de l’art placé sous le thème des contraires.

Le jour peint par Claude Monet entre ainsi en résonance avec la nuit de Vincent Van Gogh, la ville d’aujourd’hui (Paris, par Alain Bublex) versus la campagne d’hier (de Jan Brueghel l’Ancien et Joos de Momper le Jeune) ; rire (à gorge déployée, comme dans cette peinture Hats-06 de Yue Minjun) ou pleurer (comme sur cette photo de Vivian Maier) ? Monter / descendre, sucré / salé, chaud / froid, gros / mince, couché / debout, vieux / jeune, ensemble / seul, net / flou, à l’endroit / à l’envers, devant / derrière… Andy Guérif, l’auteur de ces confrontations d’œuvres du passé et du présent, fait preuve d’humour, d’imagination, de savoir et savoir-faire tout à la fois pour trouver le tableau qui illustre à merveille le contraire de son vis-à-vis !

Le parcours artistique proposé aux tout-petits est d’une richesse inouïe, et rencontre de manière très créative cette notion fondamentale de l’apprentissage que sont les contraires. Si vous le parcourez, vous ne me pourrez pas dire le contraire… 

**

La BBthèque vous souhaite d’excellentes lectures artistiques, à prolonger le cas échéant avec d’autres ouvrages tip top d’éveil artistique pour les tout-petits : vous trouverez la sélection BBthèque idoine ici !

 

2

Les imagiers de Jane Foster

Les éditions Kimane ont sorti cette année, sous la forme de livres carrés tout cartonnés, quatre imagiers complémentaires signés Jane Foster : une même patte, aka une même vision, s’attèle ainsi à quatre thèmes classiques, abordés avec des mots simples & illustrés par un graphisme de type « design » à la fois tendre, coloré et sympathique, qui constitue le fil rouge de ces divers titres et s’amuse à s’auto-citer d’un album à l’autre, pour contribuer à dresser l’inventaire de l’univers familier de son ou ses bébé(s) lecteur(s) :

Premiers mots

premiers mots jane fosterLe plus classique des quatre albums, façon « mon premier imagier, mes premiers mots », avec des jeux de correspondances pour chaque double page :

un chat, un chien / un arbre, une pomme / une fleur, un oiseau / une chaussure, une chaussette / une tasse, un bol / un œuf, un gâteau / une voiture, une maison / un cerf-volant, un ballon / un train, un avion / un bateau, un poisson / un ours, un lion,

le tout servi par des illustrations bienveillantes, modernes et ludiques.

1 2 3

123 jane foster1 renard rieur (le rire gît ici dans les cils mutins),  2 mouettes endormies (l’une sur l’autre, en mode tête bêche), 3 belles fleurs (représentées par des icônes aux antipodes de la photographie), 4 chiens rigolos (robe à pois, à rayures, à nuages…), 5 petits bateaux (agités), 6 crocodiles heureux (multicolores et mordants), 8 parapluies à pois (ça, c’est dit), 9 petits cerfs-volants (attention, l’un va à contrevent…) et 10 jolis poissons (écailles à pois ou à rayures, au choix encore une fois).

Et puis, quand on a fini de compter jusqu’à 10, et bien on lance le décompte, pour lancer la fusée, pardi !

Les couleurs

les couleurs jane fosterUne double page par couleur, avec à la clé quelques surprises… Vert comme notre ami le crocodile mais aussi ce perroquet, jaune comme le lion et le bec du toucan, gris comme le généreux éléphant et les nuages volumineux, bleu comme les poissons et les bateaux qui auraient absorbé le ciel et l’eau…, rouge comme la coccinelle et la fraise, marron comme l’ours et le hibou itou, orange comme le tigre et ce bol tigré, turquoise comme la méduse mais aussi cet oiseau, rose comme le flamant du même nom et ce sac très genré genre madame aime beaucoup le rose, violet comme ce papillon mais aussi ce téléphone (avis à ceux qui voient la vie en violet), noir comme un chat noir & blanc comme le corps d’une chauve-souris !

Noir et blanc

noir et blanc jane fosterPlace enfin au noir et blanc, les couleurs les plus distinguées par les plus petits :

ici défilent les animaux représentés en noir et blanc, tels le panda (rigolo), la vache (heureuse), le tatou (timide), le hibou (curieux ; au fait n’était-il pas brun la dernière fois que je l’ai vu ?), le léopard (joyeux), la chenille (belle…), les fleurs (très jolies… idem, n’étaient-elles pas tantôt de toutes les couleurs quand j’apprenais à dire le mot « fleur » ?), le pingouin (malicieux), la baleine (endormie, elle rejoint ses amies les mouettes qui avaient succombé au sommeil quand j’apprenais à compter), la chauve-souris (souriante, et toujours blanche) et le serpent (grand, tout simplement).

 


the-light-bulb-363064_640Pour découvrir plus avant l’univers de Jane Foster, RDV sur son site internet : http://janefoster.co.uk/.

Et pour retrouver aisément ces ouvrages en librairie ou en médiathèque, en voici les références complètes !

Premiers mots  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-318-5 : 7,95 EUR.

1, 2, 3  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm. ISBN 978-2-36808-321-5 : 7,95 EUR.

Les couleurs  [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-320-8 : 7,95 EUR.

Noir et blanc [Texte imprimé] / Jane Foster. – Paris : Kimane éditions, 2016. – 1 vol. (24 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 18 cm.
ISBN 978-2-36808-319-2 : 7,95 EUR.