1

Des poules et des oeufs

Des poules et des œufs : c’est le titre d’un livre tout cartonné écrit et illustré par Pauline Kalioujny, publié en 2019 aux éditions Thierry Magnier. Un premier documentaire qui dit et met brillamment en scène cette question, éternelle en ce que la réponse apportée engendre une nouvelle question qui trouve la même réponse que la question initiale, et ainsi de suite sans qu’il ne semble y avoir de fin et, si bien qu’au final on ne sait plus très bien quelle était la première question et on la reformule ainsi : diantre, qui de l’œuf ou de la poule est apparu le premier ?

Sans doute le noterez vous en observant la couverture du livre ci-dessus : cet album est un livre avec un trou… c’est même un livre à trous, comme le lecteur le découvre en feuilletant ce livre-objet à lire, écouter, regarder et manipuler.

Le narrateur est un poussin (représenté par un un tout petit trou en forme de poussin) qui pose une question à sa maman : « Dis, Maman, je suis né comment ? ». Et la maman de répondre : « D’un œuf » (représenté par un petit trou ovale évoquant la forme de l’œuf) ;  « Et d’une poule, et d’un coq ».

L’explication pourrait s’arrêter là, sauf que le petit poussin est curieux et intelligent : maintenant qu’il sait d’où il vient, il demande à sa maman d’où elle vient. L’histoire se répète ainsi, mais plus loin dans le temps, et avec des trous plus grands. A la fin du livre, le bébé lecteur découvre des poules et des œufs (en creux) emboîtés les uns dans les autres, du plus petit au plus grand, comme des matriochka, poupées russes déclinant le thème de la parentalité (lire et relire à ce propos ces deux autres tout cartonnés géniaux De maman en maman et De papa en papa d’Emilie Vast, chroniqués ici).

Une lecture toute en jeux et volumes, jaune poussin, coquille d’or, variantes-répétitions à gogo qui, l’un dans l’autre, dit et échange beaucoup avec le jeune enfant sur la question des origines tout particulièrement.

1

Manger & jouer

Les tout-petits (comme les plus grands) aiment jouer… tout est jeu pour eux, pour leurs mains, leurs oreilles, leurs yeux… y compris, yum yum et miam miam… le manger ! Voici aujourd’hui dans la BBthèque deux livres-jeux qui font la part belle aux fruits, légumes et autres aliments : 

  • Les intrus : aliments de Bastien Contraire (parution août 2018 Albin Michel Jeunesse)
  • Qui suis-je ? de Claire Dé (parution septembre 2018 Editions des Grandes Personnes)

Les intrus : aliments de Bastien Contraire

Où l’on retrouve ou découvre l’univers graphique et ludique de Bastien Contraire, auteur-illustrateur du livre d’éveil artistique Bleu Sourire paru récemment aux éditions du Centre Pompidou : adepte de la technique du pochoir, il propose ici aux tout-petits de participer à un petit jeu :

Parmi ces aliments se cache un intrus

Jeux de formes, jeux de couleurs & pièges à la clé, le jeune enfant observe, nomme, catégorise, cherche le sens, de double-page en double-page toutes cartonnées — 11 planches de 8 éléments chacune. De l’art de la série & de la liste pour tout- petits… !Un premier documentaire résolument drôle sur l’univers de la cuisine… et plus encore (un livre qui donne par exemple bien envie d’alimenter les séries de nutriments ou objets présentés… à vos feutres, crayons, pinceaux, prêts, partez… !)

Qui suis-je ? de Claire Dé

Claire Dé aime aussi jouer, et son média préféré, c’est la photo : photographe-plasticienne chroniquée à plusieurs reprises dans la BBthèque — Devine à quoi on joue ?, Compte sur tes doigts ! —, elle propose avec Qui suis-je ? un livre-jeu accordéon aux facettes multiples.

Dans le livre lui-même qui se déplie entièrement, côté recto, une galerie de natures mortes portraits versions fruits et légumes, clin d’œil sans doute à Arcimboldo, ou comment avec des photos d’un fruit ou un légume (ça me fait penser aussi au land art de Marc Pouyet…), composer un drôle de visage ! De la personnification du potager en 34 portraits 🙂

Côté verso, le fruit ou le légume est accompagné d’un enfant : la galerie de portraits se poursuit, humaine cette fois-ci, facétieuse, active, joueuse, gourmande… alliant plaisir du partage et joie de l’identification. Pour la petite histoire, au départ, c’est l’inverse : en résidence en 2017 pendant plusieurs mois dans des crèches, Claire Dé dit avoir « installé un studio photographique dans la salle de vie des bébés, tout un en leur apportant à chacune de mes visites, de beaux fruits du monde entier. De ces séances de jeux gourmands est né cet album où fruits et enfants ne semblent former qu’une seule et même famille. La couleur de peau, de cheveux et de vêtements des enfants entrent joyeusement en dialogue avec celle des fruits, questionnant ainsi, à travers ce jeu de miroir, l’identité des uns et des autres. « Qui suis-je ? » semblent-ils tous nous demander en renvoyant le petit lecteur à sa propre personne. »

Le bébé lecteur, joueur et mangeur découvre ainsi ces aliments nombreux et variés sous toutes leurs coutures… mais aussi son corps, ses sensations, ses émotions.

Au livre-accordéon s’ajoutent, en outre, des cartes-devinettes, imagier ludique pour deviner quel fruit ou légume se cache derrière la devinette. Par exemple… allez… une difficile :

Ma peau est rose et toute poilue, et j’ai le goût du litchi… 

Qui suis-je ?

Bonne lecture… et bon appétit !

1

Dessiner le monde avec 6 formes

1 gabarit de 3 x 2 = 6 formes et le monde s’ouvre à toi : voici en substance et en pratique ce que Bastien Contraire dit et montre au bébé lecteur dans son livre d’éveil artistique Bleu sourire, paru aux éditions du Centre Pompidou :

bleu sourire bastien contraire.jpg

La page de couverture ainsi que la quatrième de couverture sont des pages toute cartonnée à trous, pour permettre au jeune lecteur d’explorer, y compris avec les doigts, ces trois-fois-deux-font-six formes originelles/originales & monochromes (rose, rouge, bleu, vert, jaune et encore rose) :

  • au recto : un rond, un arc & un demi-ovale
  • au verso : un chapeau, un triangle et deux ronds superposés

que l’ouvrage, tout cartonné, va décliner, comme un imagier improvisé, un imagier à continuer.

« Qu’est-ce que c’est ? » Ce que l’auteur-artiste veut, ce que le bébé lecteur voit, ce que le bébé lecteur dessine et représente à son tour ! Par exemple, un rond peut se faire soleil, montgolfière, glace, fleur, pomme, planète, tête ou ballon ! La forme de l’arc, quant à elle, servir de point de départ au dessin d’un pont, d’un pantalon, d’un éléphant, d’une route, d’un serpent, d’une coquillette ou encore d’un arc-en-ciel…

De double-pages en double-pages, les images ainsi constituées à partir des gabarits ou pochoirs regorgent de couleurs et sont accompagnées du lexique adéquat : une image = un mot. En outre, chaque double-page propose ainsi une scène plus ou moins cohérente (image A + image B + image C…), plus ou moins farfelue (B et C se correspondent oui, mais A, que vient-il faire là ?), mettant des objets ou êtres vivants en résonance les uns avec les autres, et invitant l’enfant à reconnaître les figures, leurs significations mais aussi les formes à partir desquelles elles ont été créées.

Ou comment passer de la forme élémentaire aux formes complexes, comment représenter le monde qui nous entoure… et faire fonctionner à plein tube notre imagination. A partir d’une figure unique, créer le multiple, se jouer des répétitions et des variations. Un livre d’activité riche et élaboré, pour les vacances d’été et puis aussi tout le long de l’année.

 

0

Aleph

Janik Coat, auteur-illustrateur jeunesse chroniquée dans la BBthèque pour sa très belle série de tout-cartonnés sur les couleurs publiée aux éditions MeMo, publie chez Albin Michel Jeunesse un livre-concept très graphique, personnel et pourtant universel, livre de naissance joliment intitulé Aleph, complété d’un sous-titre s’adressant au bébé devant par la même occasion bébé lecteur, « ton premier livre » :

Un premier livre des plus originaux dans le paysage des livres pour les tout-tout-petits, ne serait-ce qu’en matière d’objet :

  • par sa texture.. et son odeur : un album non tout cartonné, mais en papier épais, dont le bébé prend plaisir à entendre le bruit si particulier des pages tournées et sentir l’odeur du papier
  • par son volume : 104 pages… un vraie petite encyclopédie pour tout-tout-petit
  • par son (grand) format, approchant du carré (28 x 27 cm)
  • par sa couverture et sa quatrième de couverture (cartonnées) muettes et rosées, représentant un éléphant (somme de savoirs, l’éléphant)
  • par le primat qu’il accorde à la lecture de l’image, le texte étant absent de 100 pages du livre et présent seulement pour le titre, quelques personnages et la légende, finale, des images. Un imagier, donc, 99% muet, réalisé avec des pochoirs délimitant à merveille l’image même.

Le contenu n’est pas en reste… Pourquoi ce titre ? Aleph : c’est la première lettre, dans les alphabets hébreux et arabe ; par extension, elle signifie le début, le commencement… En intitulant son imagier pour tout-tout-petit Aleph, Janik Coat programme et accompagne, par son livre, les premiers pas du bébé dans sa lecture du livre mais aussi du monde. Chaque page va offrir au regard du bébé lecteur une illustration d’un sujet ou objet plus ou moins familier, avec un temps de respiration (parfois, l’image n’est présente que sur une page, l’autre reste vierge, pour la mettre en valeur).

  • Au départ, ce sont des formes élémentaires : un rond, un carré, un triangle, et d’autres formes simples, parfois sans nom…
  • Puis viennent les formes plus complexes décrivant des objets, des aliments et même des êtres vivants… : un arbre, une pomme, une maison… puis des couverts, deux personnes en train de s’enlacer, un ciel bleu et nuageux, un doudou, un robot…
  • Ces formes décrivent, pour certaines, d’abord, la réalité : l’arbre, la pomme, etc.
  • Ces formes décrivent, pour d’autres, ensuite, la fiction : personnages de contes (un roi, une sorcière, une princesse) et même personnages de l’auteur-illustrateur issus de cet album ou d’autres albums (Aleph l’éléphant, déjà présent sur la couverture et la quatrième de couverture, revient vers la fin de l’album ; on découvre aussi Popov, Cyrus et Romi…) dont Janik Coat fait le choix d’écrire leur nom à côté de leur représentation.

Les dernières pages montrent à l’enfant un arc-en-ciel puis un cœur, symbolisant l’amour du livre, l’amour du monde, l’amour de l’adulte ou grand enfant accompagnant le tout petit dans cette lecture. Puis vient la clé de l’ouvrage, sur la toute dernière page : la légende de chacune de ses grandes images, réduites chacune à un petit symbole, une toute petite icône, et associées à un mot ou expression, si l’adulte ou le grand enfant accompagnant le tout-petit dans cette lecture souhaite mettre en mots ce voyage dans les images.

Je ne peux que vous inciter à prendre en main ce (méga, méta, alpha) livre riche et étonnant, et à en partager la lecture avec un tout petit n’enfant.