0

Les contraires de Pittau & Gervais

Pittau & Gervais sont de retour dans la BBthèque au Seuil Jeunesse avec un premier documentaire, anthologie des contraires (72 pages s’il-vous-plaît) sobrement intitulée Les contraires, où ils déclinent pour illustrer cette notion… toute une troupe d’éléphants :

L’éléphant en creux d’abord sur la couverture du livre, qui constitue un excellent pochoir éléphantesque à qui pourrait en avoir besoin. Et puis le dessin d’éléphant qui est contenu dedans. Grand. Petit. C’est d’ailleurs avec ces deux mots que démarre la série des contraires, et le défilé de trompes… avec tout un tas de variations fantastiques autour du dessin d’éléphant.

Large/Etroit, Long/Court, Devant/Derrière… le duo d’auteurs s’amuse avec le duo d’éléphants, et tout ce que cette donnée permet de réaliser conceptuellement et graphiquement : oppositions entre les notions, points de rencontre, lignes de séparation, positions, volumes, formes, ajout, retrait, habillage, transformation…

L’humour comme le jeu lient les double-pages entre elles (une double page : un mot et son contraire), donnant lieu à une lecture riche, à plusieurs niveaux : l’enfant découvre des mots, des notions, des oppositions qu’il peut dire et redire et qui s’appliquent à l’occasion parfaitement au modèle pris, soit des éléphants dans la vraie vie, mais le plus souvent n’ont rien à voir (mais alors rien du tout) avec les éléphants (vous avez déjà vu un éléphant bouché ? ou un éléphant débouché ?). Et pourtant ce sont des éléphants qui vont donner l’exemple… parce que des éléphants, c’est connu, c’est visible, c’est marrant (et ça trompe énormément). En plus, ils ont d’excellentes bouilles, ces éléphants. L’enfant s’y attache (énormément). Et ils sont malléables, façonnables, alors on en redemande (forcément).

La démarche adoptée fait recette auprès des tout-petits comme des plus grands : elle développe à merveille l’éveil des jeunes lecteurs, sollicités bien au-delà d’une approche basique des contraires, tant par la richesse, la diversité voire la complexité du vocabulaire notions abordées, que par leur représentation ludique stimulant les capacités de compréhension mais aussi de déduction des enfants.

1

Abécédaires : donner corps et voix aux lettres

L’Année 2019 dans la Bébéthèque s’ouvre sur deux ABcédaires, qui revisitent le genre en version « augmentée », l’un par la 3D, l’autre par une approche sonore : ABC en relief, de Pittau et Gervais aux éditions des Grandes Personnes (2016) ; Le bruit des lettres, de Jeanne Boyer et Julien Billadeau chez Benjamin médias (2018).

ABC en relief

de Pittau et Gervais

Dans ce premier documentaire, petit format carré, les lettres prennent vie… par la magie de la mise en volume.

Dans l’ABC 3D de Marion Bataille, paru en 2008 aux éditions Albin Michel, la lettre elle-même était en relief… et je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous ces images pour celles et ceux qui ne connaissent pas cette oeuvre d’art :


Dans l’ABC en relief de Pittau et Gervais, ce ne sont pas les lettres qui sont en relief, mais des mots qui commencent par chacune d’entre elles; le langage est linéaire, mais la réalité qu’il représente, non ; ainsi chaque page comprend une lettre bien lisible, et donne à voir, dans une approche ludique et scénographique, par un système de rabats souvent doublé d’une ingénierie pop-up, l’illustration 3D d’un mot dont l’initiale est constituée par cette même lettre : A pour artichaut, B pour Bateau, C pour Caméléon, etc. Objets, animaux, végétaux d’ici et d’ailleurs… une lecture à la fois distrayante et instructive ! Quelques images :

Le bruit des lettres

de Jeanne Boyer et Julien Billaudeau

La lettre A fait AAAAH comme quand on accueille un ami que l’on attendait.
La lettre B fait B’ B’ B’ B’ comme les bulles d’une bouteille que l’on plonge dans le bain.
La lettre C fait K’ K’ K’ comme quand on casse la coquille d’un oeuf à la coque…

Jeanne Boyer et Julien Billaudeau abordent quant à eux, aux éditions Benjamins media, collection M, l’alphabet à travers son écriture ou dessin d’une part, et sa sonorité d’autre part, soit le bruit que chaque lettre fait quand on la prononce, quand on l’entend, quand on parle ou qu’on écoute une conversation : jeux de langue, jeux phoniques, jeux musicaux… L’approche adoptée, servie par des illustrations vives et un complément audio (CD MP3 accompagnant l’ouvrage, avec un extrait audio ici !) ouvre la voie à une riche découverte vocale du langage. Les lettres prennent ainsi vie quand elles sont dites, chantées, soufflées, criées, écoutées, sifflées, chuchotées, onomatopées, partagées !

0

Nature & temps

Pour finir l’année en beauté, quelques livres qui disent et montrent le temps qui passe aux bébés :

Une année avec l’ours José

de Pittau & Gervais

Une couverture hivernale, pour un album pop-up & calendrier perpétuel tout à la fois, qui présente, de double page en double page, chaque mois de l’année dans la vie… d’un ours, l’ours José, en douze tableaux. La couverture du livre est en format portrait, tandis que l’ouvrage se lit en format paysage, avec, pour chaque mois, une scène qui se déploie en volume, accompagnée d’un court texte résumant la quintessence du mois. On démarre en janvier, où l’ours, tapi dans sa grotte, sort de l’hibernation, malgré la neige qui tombe dehors, encore, sur les grands sapins :

En janvier de cette année-là, l’ours José s’est réveillé beaucoup trop tôt. A cause d’un très grand froid. Il n’arrive plus à se rendormir. Alors il se lève et va faire une promenade.

Les mois défilent : février est rude et blanc ; mars fond comme neige au printemps, c’est la saison des amours ; avril, les cerisiers sont en fleurs et la famille s’agrandit car l’ourse Josie a deux oursons adoptés par l’ours José ; mai, poissons et pêche ; gare aux orages en juin, et à la chaleur en juillet, où il fait bon se rafraîchir au bord d’une rivière, et soleil de plomb en août ! En septembre, orgie de pommes ; en octobre arrive le mauvais temps et l’automne, sifflant soufflant, en novembre il fait froid, il est temps de chercher un abri pour passer l’hiver… endormi… au chaud !

En décembre, la neige est tombée. José a trouvé une belle grotte pour Josie et lui, et un e plus petite, juste à côté, pour les oursons. Ils se sont tous endormis. Bien au chaud. Cette fois, le froid ne réveillera pas José. Bonne nuit !…

Et bonne année ! Les mois se répéteront sans se ressembler tout à fait…

Les saisons : mon imagier animé

illustré par Véronique Joffre

Dans ce premier documentaire tout cartonné, les saisons sont abordées de manière ludique, avec des volets à soulever pour découvrir plus avant les fondamentaux de chaque saison, ainsi que des roues à tourner, comme la roue du temps, les quatre saisons faisant une année… et une année passée appelant une nouvelle année 😉 Avec comme fil rouge l’image d’un pommier évoluant de saison en saison. Un livre à présenter en complément du superbe Arbre d’Amandine Laprun BBthèqué ici ! En parlant d’arbre…

C’est quoi un arbre ?

par Emma Robert et Mathilde Joly

Lumière sur un premier documentaire, une première histoire, un très beau poème… sur ce qu’est un arbre, d’ici ou ailleurs, évoluant au fil du temps : sa naissance, sa croissance, son évolution, verticale, horizontale, diagonale, vers le ciel et sous la terre ; ses matières, ses odeurs, ses couleurs, sa musique, son goût ; ses habitants, à bec, à poils, etc. ; ses passants, les couples naissants gravant dans le temps leur amour éternelle à même l’écorce…

Un arbre, c’est une forêt quand il y en a beaucoup.
C’est une sculpture quand il est seul.
Mais parfois aussi, un arbre c’est un livre.
Alors écoute, ou lis attentivement l’histoire qu’il te raconte.

 

0

Faire avec !

Francesco Pittau & Bernadette Gervais : un sacré duo, à qui l’on doit un certain nombre de livres pour enfants doucement et délicieusement décalés, y compris pour les bébés ! Chez Gallimard, collections Giboulées, le couple propose une série de tout-cartonnés mettant en scène d’improbables duos d’animaux :

Le Renard et la Vache

La Poule et le Ver de Terre

Le Chien et la Girafe

La Fontaine, référence lointaine ? Peut-être, sûrement, mais complètement revisité et 100% pensé pour les moins grands. Chaque album se fonde sur de simples et judicieux jeux d’assemblages graphiques, afin de constituer chacun des personnages animaliers, dont le dessin marie fantaisie (…comme tu as de grands yeux bleus, madame la vache…) et familiarité : et, comme les auteurs, le bébé est l’acteur de cette construction ; puis, quand les deux animaux ainsi constitués se font face, comment se comportent-ils ? comment interagissent-ils ? quand le premier animal démarre un geste… le second vient le surprendre ! En lieu et place de morale, un retournement de situation réjouissant, tout ce qu’il y a de plus « humain », sur le principe de « Action, Réaction » !

Une école de la vie, par des livres drôles et intelligents, en ce qu’ils se fondent sur un combo gagnant : création et malice, avec la complicité des enfants !

0

Maman veille… et bébé dort

Magique, un livre pour ouvrir et fermer les yeux !! Lumière sur Maman veille et bébé dort, de Pittau & Gervais, paru chez Gallimard jeunesse, collection Giboulées, en ce début d’année.

Quand bébé dort à poings fermés, maman veille sur lui et ses rêves d’or.

maman veille bebe dort pittau gervais

Dans cet album tout cartonné, à lire avec les bébés avant le coucher, ou à toute heure de la journée, l’auteur Francisco Pittau et sa compagne illustratrice Bernadette Gervais mettent en scène une série d’animaux, avec la maman sur la page de droite, les yeux grand ouverts et bienveillants, et son bébé endormi sur la page de gauche, les yeux clos, serein, les pattes ou ailes détendues. Permanence de l’éveil, veille, de toutes les mamans aux yeux bleus constants, grâce aux deux yeux ronds découpés dans les pages qui permettent de voir d’un côté la mère éveillée et, quand on tourne la page, son bébé, les yeux (presque) toujours fermés… et ainsi de suite jusqu’à la surprise finale !

De l’art de transformer le quotidien en jeu : le tout petit et sa maman (voire son papa, s’il veut jouer à se travestir en figure maternelle) apprécieront les trous laissés à la place des yeux, qui invitent à y passer les doigts, pourquoi pas, et à s’emparer du livre comme d’une collection de masques : et hop, la maman devient ours, lion, singe, hibou, panda, vache, koala, raton laveur, chat, cochon ! et le bébé itou également.

Une lecture souriante, aimante, apaisante, sous forme de ritournelle, qui se clôt, telle une pirouette, sur une jolie pique : note d’humour judicieuse pour achever d’aborder le sommeil avec simplicité et sérénité, et interroger en filigrane le rôle de messieurs les papas sur ce sujet-là…


 

the-light-bulb-363064_640Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque, en voici les références complètes :

Maman veille : et bébé dort [Texte imprimé] / Francesco Pittau ; illustrations Bernadette Gervais. – Paris : Gallimard-Jeunesse, 2016. – 1 vol. (24 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 25 x 21 cm.
ISBN 978-2-07-058756-8 : 14,5 EUR