0

Pimpanicaille

Eveil musical dans la BBthèque aujourd’hui… mais aussi éveil artistique, avec la publication à l’Ecole des loisirs de Pimpanicaille, par Jean Colombain et une myriade de bambins :

Un album tout-cartonné aux couleurs vives et aux dessins naïfs et premiers… car ils sont réalisés par des enfants ! Toutes les images de l’ouvrage proviennent en effet d’une collection de dessins & peintures d’enfants réalisés dans les années 1950, un magnifique univers visuel, qui vient rencontrer la poésie de comptines revisitées. Pas moins de vingt-sept ritournelles et chansonnettes détournées, écho de rengaines connues des petits comme des grands, que Jean Colombain, l’auteur de ce recueil original, imagine en écho aux dessins d’enfants avant de soumettre à son tour un répertoire inédit aux enfants d’aujourd’hui. Des comptines en couleurs, qui marient avec succès l’ancien et le nouveau… la répétition et la création. Un petit extrait ?

Si j’étais une girafe, 

Je monterais sans escalier

A la lucarne du grenier.

Veux-tu que je t’emmène 

Là-haut dans la plaine,

Pour cueillir des fleurs

De toutes les couleurs ?

 

Publicités
0

Les docu-peintures-sculptures

La BBthèque vous présente aujourd’hui une très belle démarche de premiers documentaires pour le très jeune public, à travers l’œuvre de Susumu Shingu, dont trois titres sont parus récemment en France aux éditions Gallimard jeunesse, célébrant la nature et le grand air :

Derrière ces trois titres en effet, un même artiste, né à Osaka au Japon, peintre et sculpteur, qui propose aux bébés lecteurs autant de voyages de grande qualité dans des petits pans de réalité :

La fraise

ou l’anatomie d’une fraise, si si, un livre qui retrace poétiquement et scientifiquement le cycle de vie de ce fruit. Il s’agit d’un récit, qui dit le temps qui passe, mais aussi qui se répète ; d’un récit mis en mots et en images, colorées, réalistes, en mouvements presque, avec quand c’est nécessaire des gros plans, autrement une mise en scène type paysage, pour expliquer la genèse des bébés fraises, de la graine au fruit qui apparaît puis mûrit, les changements des couleurs, l’émergence des odeurs, grâce aux actions du vent et du soleil. En un mot :

La fraise est un paysage infini.

Avec le soleil

L’astre solaire est également de la partie dans cet autre livre, il est tellement présent que c’est même lui qui occasionne l’histoire. L’histoire d’un personnage (bébé lecteur, mon double, mon miroir) qui part en promenade une journée, en bicyclette par un beau temps ensoleillé… Jeux d’ombres à chaque page, pour mettre en scène cette expédition entre amis en été, jusqu’à atteindre la forêt où le soleil n’écrase plus, mais « où scintille la lumière », le sombre progressant, jusqu’à la tombée de la nuit où l’imagination s’embrase et où l’on devient pressé de rentrer chez soi, sous un soleil couchant. Ici aussi, les couleurs sont au rendez-vous pour un récit qui réfléchit intrinsèquement la notion de lumière chez l’enfant.

Le voyage du vent

Last but not least : place à un autre voyage, celui du vent, avec un livre… pop-up (quand le livre devient sculpture et vice-versa), que le bébé lecteur, avec l’adulte, s’amuse à manipuler pour traduire les mouvements du vent. Le vent est le narrateur de ce premier documentaire, qui nous raconte sa journée, de l’éveil, au plus près de nous, à l’endormissement, dans la lumière de l’aurore boréale, toujours en mouvement. L’enfant découvre ainsi ce que le vent écoute : le bruissement des feuilles quand le livre se transforme en arbre abritant oiseaux, branches et feuillages ; ce qu’il entend : quand une vache le salue ; ce qu’il voit : des oiseaux migrateurs qui le voisinent (portés par lui ?) ; ce qu’il crée, formes dans le désert, avancées dans la mer par le pouvoir de son souffle sur un bateau, etc. Un livre-spectacle qui introduit auprès des plus jeunes la fondamentale notion de climat.

0

Mon enfant de la Terre

Dors mon enfant et ne tremble pas,

ce n’est que le feu qui crépite sous le plat.

Comme toi, en Afrique, le bébé tête,

blotti dans son écharpe, le sein de sa mère.

Ainsi s’ouvre Mon enfant de la Terre, de France Quatromme, conteuse, et Sandrine Boniniaux, illustratrice, aux éditions des éléphants : un livre-berceuse, où chaque double-page décrit, par le verbe et par l’image, la mise au lit de bébés du monde entier, les différences, les ressemblances et, fondamentalement, l’appartenance commune des tout-petits à la même planète.

IMG_0079.PNG

L’entame est toujours la même, rythmant la lecture de ce carnet de voyage : « dors mon enfant et ne tremble pas », énoncé qui met en confiance le jeune enfant. Un tour du monde tout en douceur, qui se clôt ainsi :

Dors mon enfant et ne tremble pas,

Ce n’est que le murmure de nos rêves.

Comme toi, le monde entier s’endort

à la musique de la vie qui va !

Dors, dors mon enfant de la Terre.

Dors, dors et ne tremble pas.

0

A quoi rêves-tu bébé ?

A quoi rêves-tu bébé ? Telle est la question que pose l’artiste chinois He Zhihong dans son album en papier qui porte ce titre, publié aux éditions du Seuil.

IMG_0077

Avec la technique de la peinture sur soie, He Zhihong spécule sur ce qui anime le sommeil des tout-petits enfants qu’il met en scène, projetant en ces bébés de tout horizon les aspirations éternelles, probablement même originelles, des plus grands : nager dans l’océan, voler dans le ciel, améliorer le monde…

Un album doux et onirique, un brin utopiste, à lire comme une comptine, le soir, pour se bercer et continuer de rêver dans les bras de Morphée.

 

0

Quand l’art nous transporte !

On connaît tous le peu ragoûtant rat d’égout… mais quid du rat des goûts ? Il y avait Ratatouille côté fourneaux, côté arts plastiques il y a désormais aussi la collection Rat des goûts proposée par la maison d’édition Eliart, spécialisée dans les livres d’art pour petits et grands… ! Avec au menu aujourd’hui ici, en matière d’éveil artistique pour les tout-petits, l’un des titres de cette formidable série :

Des tableaux et des transports

des-tableaux-et-des-transports-rat-des-gouts-eliart

Un livre tout cartonné de petit format carré, très agréable à manipuler, et qui renouvelle le principe des imagiers : ici, sous les plumes d’Eliane Reynol de Sérésin et Marine Fauvel, le bébé lecteur se voit présenter divers moyens de locomotion (le camion, le tracteur, le train, l’autobus, la voiture, le fiacre, le vélo, la moto, le bateau, la montgolfière, l’hélicoptère, l’avion et la fusée) de diverses façons… Chaque double page consacre ainsi un mode de transport :

  • sur ma gauche,
    • un court texte poético-descriptif : en bref, une définition, en cadence et en rimes s’il-vous-plaît !
    • accompagné d’une petite icône, ou symbole, afin d’introduire une première correspondance visuelle aisément identifiable par tous
  • sur ma droite,
    • la reproduction d’un tableau de grand maître du XIXe ou XXe siècle (Claude Monet, Edward Hopper, Vincent Van Gogh, Francisco de Goya, Sonia Delaunay, Jean-Michel Basquiat, René Magritte, Le Douanier Rousseau…) mettant en scène ledit mot
    • ledit tableau étant commenté avec humour par un drôle de guide / commentateur, qui ronge l’image pour mieux l’éclairer de toute sa contemporanéïté !

Un extrait pour vous faire une idée du voyage dans lequel vous embarquez :
extrait

En bref, un imagier bien pensé, dont la force et l’originalité est de réussir à mettre en résonance, par le jeu et la médiation, le quotidien des enfants avec l’art. A mettre entre les mains de tous les petits curieux…

2

De l’art de la tache

Si si, vous m’avez bien lu : aujourd’hui, place, pour les bébés artistes, à un cahier d’activités pas comme les autres qui, publié aux éditions Palette, propose un programme génial à portée des plus petits :

DE L’ART comme un COCHON :

petit manuel de la tache bien faite

de Sandrine Andrews

art petit manuel tache bien faite palette

Où l’on apprend, ouf, que les taches ne font pas tache, bien au contraire ! la preuve : les grands artistes ont eux-mêmes donné en la matière… succombant « au pouvoir fascinant et envoûtant des taches » dixit Sandrine Andrews !

Un ouvrage d’éveil artistique, tant ludique que pratique (instructions pour mini-ateliers artistiques) et documenté (présentation de la démarche des artistes cités, reproduction d’œuvres illustrant les techniques montrées), pour diversifier les premiers coups de pinceaux et autres jets de peinture ou pastels des tout petits. Et voici nos apprentis plasticiens suivant les traces de :

  • Jackson Pollock dont la tache… bouge
  • Paul Klee, praticien de la tache… pulvérisée
  • Joan Miró dont la tache… goutte
  • Sam Francis à la tache… diluée
  • Pierre Alechinsky dont la tache… gicle
  • Cy Twombly dont la tache… coule
  • Max Ernst, adepte de la tache… écrasée
  • August Macke dont la tache est… carrée
  • Max Rothko aux taches nuages
  • Alexandre Calder, sacré champion de la tache domptée !

Point de vue matériel : gouaches, pastels gras, encres de couleurs, aquarelle, gros sel, ballon gonflable, seringue de cuisine, pinceaux, eau, rouleau, crayons de couleurs, bâton, morceaux de coton, ruban adhésif, vaporisateur recyclé, brosse à dents, bouteilles vides et petits pots, éponge, papier absorbant, assiettes en papier, feuilles de papier journal et feuilles de papier… !

Un extrait ? Mieux : des tutos en ligne… !!! A plus qu’à…



2

Premiers pas avec Henri Matisse

L’apprentissage des couleurs : étape indispensable pour les jeunes enfants ! Pourquoi pas s’y atteler en emboîtant le pas d’un grand artiste… au hasard (ou pas), Henri Matisse ?

Telle est la proposition des éditions Phaidon qui, inscrites dans une démarche de démocratisation de l’art, lancent une collection inédite pour les bébés dès 1 an : « Premiers pas avec les grands artistes ». Le titre inaugurant la série s’intitule ainsi :

Du bleu et d’autres couleurs avec Henri Matisse

BlueandOtherColors_CV_71424.indd

Par la reproduction de vingt-cinq découpages de Matisse, l’album invite le bébé lecteur à un voyage parmi les formes abstraites, stimulant son imagination, en lui présentant toute une palette de couleurs : une dominante bleue, fil rouge bleu de ce petit documentaire tout cartonné, porte d’entrée pour appréhender toutes les couleurs utilisées par ce peintre friand de découpages & collages… mais aussi, vous l’aurez compris, de couleurs ! A ses yeux, « la couleur n’atteint sa pleine expression que lorsqu’elle est organisée, lorsqu’elle correspond à l’intensité de l’émotion de l’artiste ». Pour en savoir un peu plus sur la démarche d’Henri Matisse, je vous invite à lire cet article de l’Encyclopedia Universalis : ici et !

Comme d’autres titres consacrés à l’éveil artistique des tout petits, Du bleu et d’autres couleurs avec Henri Matisse constitue un mini musée portatif, avec visite guidée pour peu qu’un enfant plus âgé ou un adulte lise à haute voix le texte accompagnant chaque reproduction d’œuvre : ces commentaires brefs, tournés vers l’oralité, visent à attirer l’attention de l’enfant vers les couleurs, l’aidant à les nommer et lui apprenant à les retrouver au fil des pages mais aussi à les distinguer les unes des autres en plongeant dans l’univers de l’artiste à travers un jeu d’observation. L’album se clôt, en outre, sur une mini biographie donnant aux grands les éléments-clés à transmettre aux enfants.


Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque, en voici les références complètes :

Du bleu et d’autres couleurs : avec Henri Matisse [Texte imprimé] / Paris : Phaidon, 2016. – 1 vol. (30 p.) ; illustrations en couleur ; 18 x 21 cm.
ISBN 978-0-7148-7186-8 : 9,95 EUR