0

Photographier le temps

Bonne nouvelle, la photographie est de nouveau mise à l’honneur dans la BBthèque, à l’occasion de la publication de deux imagiers, beaux livres d’art en format paysage tout cartonné, signés Ianna Andréadis aux éditions Les Grandes Personnes :

  • Du printemps à l’hiver : histoires du cerisier
  • Du soleil à la lune : histoires du ciel

Les titres de ces livres l’indiquent de suite : ces albums, qui sont aussi des premiers documentaires, racontent des histoires, réunies autour d’un fil rouge polysémique, la notion de temps… celui qu’il fait… celui qui passe. Ils racontent des histoires sans autre mot que leurs titres programmatiques. Ils racontent des histoires par les images photographiques, reliées entre elles par un travail scénographique mettant en résonance tel et tel paysage, captation du réel et du présent, propice à éveiller chez le jeune enfant le sens de l’observation mais aussi de l’imagination.

Du printemps à l’hiver :

histoires du cerisier

Dans les histoires du cerisier, nous suivons la vie de cet arbre fruitier de saison en saison ; la photographe privilégie à cet effet l’alternance de plans rapprochés et de plans plus larges, permettant sur une même double page d’embrasser d’un coup d’œil l’apparence globale du cerisier et de compléter cette vue d’ensemble par un regard attentif aux détails, à l’image d’un bourgeon qui s’ouvre au printemps pour donner naissance à une fleur si peu de temps après. Comme si le bébé y était, le voilà d’ailleurs représenté en plein été cherchant à attraper les cerises bien mûres ! Puis viennent les couleurs de l’automne et de l’hiver, avant que reprenne un nouveau cycle au printemps suivant…

Une lecture qui complète à merveille un autre premier documentaire muet qui raconte, tout en illustrations, les quatre saisons d’un cerisier : le livre-arbre signé Amandine Laprun aux éditions Actes Sud Junior, que la BBthèque vous recommande chaudement itou également.

Du soleil à la lune :

histoires du ciel

Un livre pour inviter les bébés à lever les yeux en direction du ciel : ici, les photos captent des moments de toute beauté. Lumières, formes de nuages, traces dans le ciel, planètes et étoiles, feux d’artifices et crépuscules, brume et brouillard, évaporation et densité, vols d’oiseaux mais aussi d’hélicoptères, effets optiques sur fond de ciel dégagé, lune et soleil… Tout l’album fonctionne par duo d’images décrivant le ciel, matière vivante qui n’est jamais tout à fait la même selon le moment et/ou l’endroit au(x)quel(s) on lui prête attention.

Une lecture qui complète parfaitement un autre premier documentaire, Dans le ciel, co-signé Aurélia Coulaty et l’atelier Bingo aux éditions Amaterra, qui explore avec poésie les mille et un mots du ciel.

Psssst : et pour découvrir d’autres livres tip top qui font l’heureux choix de s’emparer du média photo pour communiquer avec les tout-petits, rendez-vous ici !

0

Le rendez-vous de Monsieur Chat

D’ordinaire, les albums mettent en scène des histoires vues de face ou de profil. Rarement d’en bas, rarement d’en haut, jamais de dos. C’est là qu’arrive Marie Poirier, éditée chez les Grandes Personnes : après son formidable Vu d’en haut, la voici qui s’attelle à un très joli récit, tout aussi muet, et vu de dos s’il-vous-plaît, le combo qu’il fallait pour narrer le rendez-vous de Monsieur Chat.

La technique utilisée est la même que dans Vu d’en haut : la linogravure, au service d’un univers graphique où domine le bleu des jours d’été. Tout au long de cette histoire, nous voyons, en fait, avec les yeux d’un chat, Monsieur Chat.

Un chat d’appartement, vraisemblablement, dont dès le départ le regard va loin, épouse le lointain, même s’il voit aussi tout ce qui est plus proche de lui, et le bébé lecteur avec lui : cette femme qui joue du piano, cette petite fille qui prend son chapeau. La petite fille sort, le chat lui emboîte le pas.

Une balade en ville côtière, parmi les rues puis les herbes des jardins où le chat joue à chat avec l’oiseau, qui vole également vers un autre horizon. La fillette s’assoit sur le sable et salue une amie qui arrive par bateau. Le chat, quant à lui, sympathise avec un autre chat. Tandis que le soleil se couche et que les demoiselles papotent, Monsieur le Chat, lui, monte à bord du voilier pour prolonger son périple, accompagné de son nouveau compagnon à moustaches.

Poétique et artistique, cet album tout cartonné, en format paysage, constitue une invitation à la contemplation et au voyage pour les bébés lecteurs, observateurs et rêveurs en herbe, qui aiment aussi regarder devant, d’abord tout près et puis plus loin, là-bas, tout là-bas.

4

La Promenade de Petit Bonhomme

Comment emmener un bébé vers l’idée de récit ? Susciter l’intérêt des tout petits pour une petite histoire ? Lucie Félix, déjà auteur d’un album génial, Prendre et donner, qui ne saurait trop tarder à intégrer la BBthèque, s’attelle à cette question avec un brio singulier, en proposant, aux éditions des Grandes Personnes, tenez-vous bien, un livre dont votre doigt est le héros ! Soit : une historiette à jouer avec la main, se promenant dans le décor et donnant corps à une aventure en or et sans prétention :

la promenade de petit bonhomme lucie félix

Ami lecteur doté de vos dix doigts, votre mission est de serrer le poing et de tendre deux doigts : comme par magie, vous voilà devenu personnage, que vous baladez, sur ses deux jambes perché, dans le paysage défilant sur les pages, tout en lisant à haute voix le texte accompagnant la mini randonnée. Vos gestes et votre voix achèveront de mettre en scène la scène et le scénario proposés : l’histoire d’un enfant gazouillant, sautillant, toboggan, trébuchant, allant à la rencontre des animaux et des gens… et bien évidemment… peut-être le plus important… mangeant, avant de tomber… dans les bras de Morphée, épuisé par cette journée-épopée ! Les mots qui guideront vos pas sont empruntés aux registres du conte — « Alors fermons ce livre ⌈ Marche sur mon bras ⌈ Et viens jusqu’à demain ⌈ Dans le creux de ma main » — et de la comptine via les onomatopées.

Un concept inédit, misant sur une interaction riche entre l’objet et le sujet d’une part, l’adulte et l’enfant d’autre part. Quand un livre, par essence inanimé, sollicite pour l’animer la forte implication de son lecteur jusqu’à mobiliser une bonne partie de son corps : au-delà de ses yeux, au-delà de sa voix, il fallait y penser… ses doigts ! Les images relèvent à la fois de la peinture à l’eau, paysage se diluant dans la page, et du collage créateur de volumes : le toucher, par une main rencontrant des aspérités, vient ainsi compléter les sens de l’ouïe et de la vue, tant du lecteur adulte que du lecteur enfant qui, grandissant, ne manquera pas de vouloir tâter à son tour l’ouvrage… le terrain. Un album qui ne prend sens qu’avec cet acte de présence, cet investissement dans l’espace et le temps partagé avec l’enfant : par la lecture, l’album se transforme en spectacle, une représentation donnée à tel instant, un numéro unique qui différera toujours un peu de la séance d’avant comme de celle d’après. Pour quel public ? Le tout petit, bien sûr, seul ou accompagné de ses pairs : cet ouvrage cartonné est aussi pensé pour être lu en collectivité ; ainsi, le texte est écrit à l’endroit mais aussi à l’envers pour en faciliter la lecture auprès d’un groupe de bébés.


 

the-light-bulb-363064_640Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque municipale, en voici les références complètes :

Félix, Lucie
La Promenade de Petit Bonhomme [Texte imprimé]. – Paris : Editions des Grandes Personnes, 2015. – 30 cm.
ISBN 978-2-36193-425-5 (rel.) : 16 EUR