0

2 comptines, 1 poule, 1 canard

Dans la BBthèque cette semaine, voici deux comptines volatiles, revisitées avec brio par deux grands auteurs-illustrateurs jeunesse pour le plaisir des yeux et des oreilles des tout-petits :

« Une poule sur un mur … »

par Thierry Dedieu

Un nouveau titre signé Dedieu dans l’excellente collection Bon pour les bébés au Seuil jeunesse, c’est toujours une bonne nouvelle — pour mémoire, cette collection combine notamment un grand format pour tout-petit lecteur et des illustrations noir et blanc exclusivement.

Retour aux fondamentaux avec cette comptine si triviale et musicale à la fois, tellement universelle qu’elle fait systématiquement le bonheur des très jeunes enfants, et ce tout particulièrement quand les paroles de la comptine sont servies par des illustrations aussi expressives, mention spéciale à la poule dont le bébé lecteur épouse les mouvements de tête, les mouvements de cou, les mouvements de bec, pour, avec un large sourire, picoti… picota, picoter sa nourriture, le pain dur, lever la queue puis lever le camp !

« Un petit canard au bord de l’eau … »

par Jeanne Ashbé

Publié dans la collection Pastel des éditions de l’Ecole des loisirs, le nouvel album de Jeanne Ashbé exprime dès la couverture sa substantifique moelle : une coquille d’oeuf (dont le bébé lecteur appréciera le volume du bout des doigts) en train de se fêler car il est l’heure pour un caneton de voir le jour… ou comment naître au monde, mais aussi grandir — faire ses premiers pas, connaître son premier envol, sous le regard protecteur et bienveillant d’une maman.

Bon…, s’intitule cet album de naissance : comme une maman dirait, murmurerait, scanderait, chantonnerait, commenterait chaque petit ou grand événement par autant de « bon… », « bon bon bon »…, « bon… jour, toi », « bon… zour », jolie répétition de sonorités pour les bébés, et au-delà, jeux et choix de mots qui disent tout l’amour que le parent porte à l’enfant et qui nourrit la confiance de celui-ci envers le monde qu’il découvre, sécurité affective te voici te voilà.

Place ensuite… à une musique un peu plus complexe, une comptine, revisitée, qui correspond à un deuxième temps : le caneton va devenir canard, car voici qu’au bord de la mare la comptine narre l’autonomisation progressive de ce petit être en devenir. « Un petit canard au bord de l’eau… il est si beau… il est si beau… » (se mirer dans l’eau, prendre conscience de soi : je suis un être à part entière à présent), « un petit canard au bord de l’eau… il est si beau qu’il tombe dans l’eau… Plouf ! » « Bon… bon… booon »… commente la mère cane, large sourire au bec, de voir le jeune canard ressortir la tête de l’eau après ce plongeon involontaire et premier, l’air de dire l’air de dire, tu es tombé, ce n’est pas grave, tu t’es relevé maintenant, c’est en faisant qu’on apprend, bref, bon… voilà qui est fait… alors… on passe à une nouvelle étape : le petit canard, mais aussi ses comparses (si ce n’est toi c’est donc ta sœur… ou ton frère), barbotent ainsi, ensuite, derrière leur mère, avant de s’envoler ensemble dans les airs !

« Bon voyage, petit canard ! » dit le mot de la fin, montrant notre petit canard sans frère, sans sœur, sans maman, mais volant comme un grand… en souriant.

0

Livres de naissance

Dans la BBthèque aujourd’hui, lumière sur une nouvelle sélection de livres de naissances, de la conception, parfois ardue, à la mise au monde, et plus encore…

Petite pousse

de Sandra Le Guen et Popy Matigot aux éditions Sarbacane

« Née une nuit de juillet au cœur d’un été chaud, bleu, sable, un peu sec et orageux, je suis… »

Je, c’est Petite pousse, la narratrice. Je suis, dit-elle : je suis dès que mon père et ma mère m’ont conçue, à partir du moment où je suis « arrivée dans le ventre de ma mère », je suis et je deviens, en secret d’abord, puis en images, avant de voir le jour, et de me montrer en chair et en os : « je suis moi ».

Un album poétique et sensoriel sur l’amour, la parentalité, la naissance et l’identité.

Am stram graine

d’Anne-Catherine Le Roux et Jules aux éditions Le Pommier

Publié par les éditions Le Pommier qui mettent des questions scientifiques à portée de tous, cet album met en scène, à l’occasion des mille et une hypothèses de « comment on fait les bébés… !? » suite à l’annonce par la maîtresse qu’elle porte un enfant en son ventre, une petite fille qui raconte une histoire à ses copains, une histoire que l’on dit sans doute rarement en cour de recréation, mais qui est la sienne et qu’elle est ravie de partager. C’est l’histoire originale de sa conception, telle que ses parents la lui ont expliquée : des parents qui avaient très envie d’avoir un bébé, mais qui n’y parvenaient pas, ont donc consulté le corps médical pour comprendre, et ainsi appris la nature du problème : les « graines » du papa étaient trop petites, avant de trouver une solution : le don de graines (« on appelle ça les gamètes »). Grâce à ce don, la maman est devenue enceinte, et les (futurs) parents se sont beaucoup investis dès la période de grossesse dans leur relation avec leur (future) enfant : en lui disant des mots d’amour, en lui chantant des chansons, etc.

Un album qui dit aussi l’amour de parents pour un(e) enfant & réciproquement, et permet d’aborder avec les enfants l’extrême diversité des origines, y compris dans l’acte de conception.

Pablo

de Rascal aux éditions L’Ecole des loisirs

Avec Pablo, on quitte les humains pour s’intéresser à un volatile à naître. C’est l’histoire, en noir & blanc, parfaitement graphique, de la naissance d’un oiseau : Pablo. Première double page avant même la page de titre : un fonds noir (Pablo est dans l’obscurité tant qu’il réside dans l’œuf), deux yeux blancs, un bec blanc. Dernière double page avant la dernière de couverture : un fonds blanc (Pablo est né, la lumière l’éclaire), deux yeux noirs, un bec noir. Entre les deux, le bébé lecteur va observer la naissance de Pablo. Au début donc, il est encore dans son œuf, mais il « doit sortir de sa coquille » car « maintenant, il est trop grand ». Comment il s’y prend ? Progressivement. Avec un premier petit trou au niveau de son œil droit, il peut jeter un œil sur l’inconnu qui l’attend ; et renouveler l’opération avec l’œil droit ; puis percer de nouveaux trous pour écouter le monde, découvrir ses odeurs, le tâter des pattes avant enfin de déployer ses ailes pour mieux le parcourir, tout en gardant, on sait jamais, un bout de coquille, pour se protéger si besoin. Un beau propos servi par un graphisme de haut vol : à mesure que l’oisillon sort de l’œuf, l’œuf se transforme en oisillon.

Mon petit roi

de Rascal et Serge Bloch aux éditions Tom’poche

Graphisme toujours ! Mon petit roi assimile le créateur (qu’est l’auteur et/ou le dessinateur) à un papa : quelqu’un qui donne naissance à quelqu’un d’autre. Dans cet album qui marie superbement dessin et photographie, les lecteurs assistent à la naissance, en direct, d’un personnage dessiné (tout en traits) par le biais d’une (vraie) main (elle semble d’autant plus vraie qu’elle est photographiée), figurant celle de son créateur. « Voici la première page d’une histoire à naître. Une histoire dont j’ignore tout » : dans ce livre, un être naît, et avec lui son histoire… à venir et à construire.

PS : encore d’autres livres sur la naissance à découvrir ici !

2

De l’art de la tache

Si si, vous m’avez bien lu : aujourd’hui, place, pour les bébés artistes, à un cahier d’activités pas comme les autres qui, publié aux éditions Palette, propose un programme génial à portée des plus petits :

DE L’ART comme un COCHON :

petit manuel de la tache bien faite

de Sandrine Andrews

art petit manuel tache bien faite palette

Où l’on apprend, ouf, que les taches ne font pas tache, bien au contraire ! la preuve : les grands artistes ont eux-mêmes donné en la matière… succombant « au pouvoir fascinant et envoûtant des taches » dixit Sandrine Andrews !

Un ouvrage d’éveil artistique, tant ludique que pratique (instructions pour mini-ateliers artistiques) et documenté (présentation de la démarche des artistes cités, reproduction d’œuvres illustrant les techniques montrées), pour diversifier les premiers coups de pinceaux et autres jets de peinture ou pastels des tout petits. Et voici nos apprentis plasticiens suivant les traces de :

  • Jackson Pollock dont la tache… bouge
  • Paul Klee, praticien de la tache… pulvérisée
  • Joan Miró dont la tache… goutte
  • Sam Francis à la tache… diluée
  • Pierre Alechinsky dont la tache… gicle
  • Cy Twombly dont la tache… coule
  • Max Ernst, adepte de la tache… écrasée
  • August Macke dont la tache est… carrée
  • Max Rothko aux taches nuages
  • Alexandre Calder, sacré champion de la tache domptée !

Point de vue matériel : gouaches, pastels gras, encres de couleurs, aquarelle, gros sel, ballon gonflable, seringue de cuisine, pinceaux, eau, rouleau, crayons de couleurs, bâton, morceaux de coton, ruban adhésif, vaporisateur recyclé, brosse à dents, bouteilles vides et petits pots, éponge, papier absorbant, assiettes en papier, feuilles de papier journal et feuilles de papier… !

Un extrait ? Mieux : des tutos en ligne… !!! A plus qu’à…



2

Aujourd’hui je suis…

Les petits poissons… dans l’eau… nagent… nagent… nagent… mais c’est une couverture !! Selon Mies Van Hout, ils pensent aussi… donc ils sont !! Dans Aujourd’hui je suis… cette artiste hollandaise met en images et en scène des poissons exceptionnels, dessinés à la craie et aux pastels.

aujourd hui je suis mies van hout

En quoi se distinguent-ils des autres poissons dans l’océan ? En ce qu’ils sont… animés d’émotions et d’intentions ! Ces êtres maritimes de fiction ont parfois même des traits de caractère… en voici un curieux, un nerveux, un autre timide; un furieux ! un content… un jaloux, un heureux mais aussi un autre en colère… ! Pour une virée dans ce drôle d’aquarium, je vous invite à feuilleter ces quelques extraits en ligne, avant de vous procurer cet album-documentaire qui ne peut laisser personne indifférent… !

En bref, un imagier des humeurs original, portée par une belle inspiration doublée d’une prouesse graphique, proposant au bébé lecteur de se jeter à l’eau pour la pêche aux sentiments & émotions ! Et… last but not least… ce livre hautement recommandable existe sous forme cartonnée… mais aussi sous forme de livre de bain… pour permettre aux bébés de nager en plein bonheur… ou dans une autre humeur… tout dépend du moment.

aujourd hui je suis mies van hout livre de bain

7

Les mains de papa

Hop, dans les bras de papa !

les mains de papa emile jadoulAvec Les mains de papa, édité à l’Ecole des loisirs (collection Pastel) en 2012, Emile Jadoul écrit et met en image une belle histoire entre un tout petit et son père, par le prisme des mains géantes de ce papa-là, toujours en contact avec ce bébé-ci qui grandit :

  • « toc toc toc », disent, en tapotant le ventre maternel, les mains du papa au bébé à venir
  • « bonjour, bébé » disent en caresses les mains paternelles effleurant le visage de l’enfant né et désormais lové dans les bras de sa maman
  • puis les mains et bras du père s’emparent à leur tour de l’enfant : en balade ! grâce aux grandes mains masculines tenant le nourrisson contre lui ! place à l’aventure et aux jeux : sauter, jouer à l’avion, nager… flic, flac, les mains d’adulte retenant la tête du petit tout ! Sans oublier les chatouilles, encore, encore…
  • les gestes protecteurs cèdent peu à peu la place à l’autonomie croissante de l’enfant, jusqu’au jour où, « soudain », 1, 2, 3… « SANS LES MAINS ! »
  • sauf bien sûr pour faire de gros câlins !!!

Un album tout cartonné simple, tendre et sympa, à mettre entre les mains de tous les enfants et tous les papas !


 

the-light-bulb-363064_640Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en médiathèque, en voici les références complètes :

Les mains de papa [Texte imprimé] / Émile Jadoul. – [Bruxelles] : Pastel ; Paris : l’École des loisirs, DL 2012 (impr. en Malaisie). – 1 vol. (non paginé [28] p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 25 cm.
ISBN 978-2-211-20740-9 (rel.) : 11 EUR

0

Tout barbouillé !

« Barbouilli, gribouilli. Faire de la peinture, j’adooooore !

Et pssssscht… Se laver les mains quand c’est fini, j’adore aussi ! »

Ainsi s’ouvre l’album Tout barbouillé ! écrit et illustré par Jeanne Ashbé :

tout barbouillé jeanne asbhé

Au menu de ce livre au papier épais, des mini-situations où un bébé de plus d’un an explore le monde à sa façon… résultat : des images et des mots tendres pour dialoguer avec l’enfant et lui dire combien il se barbouille régulièrement — …normal… —, et qu’après le barbouillage, vient toujours le nettoyage ! Pour mener à bien cette démonstration, que dis-je, argumentation, à l’attention des tout petits, Jeanne Ashbé a construit son album ainsi : une double-page, illustration d’un côté, texte de l’autre, décrit une aventure… et la double-page suivante, texte d’un côté, illustration de l’autre, en dépeint la suite logique !

Toutes les aventures y passent, accompagnées d’onomatopées gaies : le dessin, la marche, la plage, le caca, le repas, et même le goûter avec la glace au chocolat (miam, miam, miam)… Et elles sont (presque) toutes suivies d’un moment d’apprentissage, en douceur et dans la bonne humeur, des gestes simples de propreté : après la peinture hop se laver les mains, s’essuyer le visage après avoir mangé, changer de couche quand la précédente est remplie, prendre un bain après s’être tâché, sans exclure, ouf, des moments de répit… 


the-light-bulb-363064_640Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque municipale, en voici les références complètes :

Tout barbouillé ! [Texte imprimé] / texte et ill. de Jeanne Ashbé. – [Bruxelles] : Pastel ; Paris : l’École des loisirs, 1998 (impr. en Italie). – Non paginé [24] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 18 x 21 cm. – (Histoires de bébé.).
ISBN 2-211-04757-9 : 8,7 €.

0

Bonne nuit mon tout-petit

Bonne nuit, mon tout-petit : une mère, son enfant dans les bras, le berce tout doucement, l’emmenant délicatement vers un ailleurs partagé… le repos.

A cet effet, elle lui offre, à la tombée de la nuit, une promenade apaisée, dans la maison et à proximité. Une balade, et une conversation : ensemble, ils observent et disent l’endormissement des êtres vivants alentour, les oiseaux, les souris, la vache, les poules, les grenouilles, les poissons, les coquillages, les pommes de pin, le chien… et l’enfant bien sûr, transporté, dont les yeux se sont peu à peu fermés, en toute simplicité.

bonne_nuit_mon_tout_petit-soon-hee-jeong

A l’origine de ce tendre album, une berceuse populaire coréenne ! dont la poésie et le calme ont une portée universelle.

Fais de beaux rêves, bébé chéri.

Bonne nuit mon tout-petit. 

Les oiseaux ne font plus de bruit.

Dans leur nid se sont endormis. […]

Et les poissons de la rivière ?

Sous les pierres se sont endormis. […]

Et mon bébé chéri ?

Dans mes bras s’est endormi. […]

L’illustratrice, Jeong Soon-hee, coréenne également, « exprime par ses dessins », selon l’éditeur, « son souhait de sauvegarder la beauté du monde qui l’entoure ». Elle y parvient, par un trait léger, des déplacements aériens, un éclairage pastel propice au rêve, des aquarelles bleues — pour la robe maternelle enrobant l’enfant comme le ciel — se densifiant de page en page suivant l’avancée de la nuit… et des personnages qui rendent hommage à la nature et à la place de chacun, tout-petit compris, dans son environnement.


Pour vous aider à trouver ce livre en librairie ou en bibliothèque municipale, en voici les références complètes :

Bonne nuit, mon tout-petit [Texte imprimé] / adaptation d’une berceuse populaire coréenne par Soon-hee Jeong ; traduit du coréen par Michèle Moreau. – Paris : Didier Jeunesse, 2008. – 34 p. : ill. en coul. ; 23 x 24 cm.
ISBN 978-2-278-05955-3 (Cart.) : 13,10 EUR.