0

2 comptines, 1 poule, 1 canard

Dans la BBthèque cette semaine, voici deux comptines volatiles, revisitées avec brio par deux grands auteurs-illustrateurs jeunesse pour le plaisir des yeux et des oreilles des tout-petits :

« Une poule sur un mur … »

par Thierry Dedieu

Un nouveau titre signé Dedieu dans l’excellente collection Bon pour les bébés au Seuil jeunesse, c’est toujours une bonne nouvelle — pour mémoire, cette collection combine notamment un grand format pour tout-petit lecteur et des illustrations noir et blanc exclusivement.

Retour aux fondamentaux avec cette comptine si triviale et musicale à la fois, tellement universelle qu’elle fait systématiquement le bonheur des très jeunes enfants, et ce tout particulièrement quand les paroles de la comptine sont servies par des illustrations aussi expressives, mention spéciale à la poule dont le bébé lecteur épouse les mouvements de tête, les mouvements de cou, les mouvements de bec, pour, avec un large sourire, picoti… picota, picoter sa nourriture, le pain dur, lever la queue puis lever le camp !

« Un petit canard au bord de l’eau … »

par Jeanne Ashbé

Publié dans la collection Pastel des éditions de l’Ecole des loisirs, le nouvel album de Jeanne Ashbé exprime dès la couverture sa substantifique moelle : une coquille d’oeuf (dont le bébé lecteur appréciera le volume du bout des doigts) en train de se fêler car il est l’heure pour un caneton de voir le jour… ou comment naître au monde, mais aussi grandir — faire ses premiers pas, connaître son premier envol, sous le regard protecteur et bienveillant d’une maman.

Bon…, s’intitule cet album de naissance : comme une maman dirait, murmurerait, scanderait, chantonnerait, commenterait chaque petit ou grand événement par autant de « bon… », « bon bon bon »…, « bon… jour, toi », « bon… zour », jolie répétition de sonorités pour les bébés, et au-delà, jeux et choix de mots qui disent tout l’amour que le parent porte à l’enfant et qui nourrit la confiance de celui-ci envers le monde qu’il découvre, sécurité affective te voici te voilà.

Place ensuite… à une musique un peu plus complexe, une comptine, revisitée, qui correspond à un deuxième temps : le caneton va devenir canard, car voici qu’au bord de la mare la comptine narre l’autonomisation progressive de ce petit être en devenir. « Un petit canard au bord de l’eau… il est si beau… il est si beau… » (se mirer dans l’eau, prendre conscience de soi : je suis un être à part entière à présent), « un petit canard au bord de l’eau… il est si beau qu’il tombe dans l’eau… Plouf ! » « Bon… bon… booon »… commente la mère cane, large sourire au bec, de voir le jeune canard ressortir la tête de l’eau après ce plongeon involontaire et premier, l’air de dire l’air de dire, tu es tombé, ce n’est pas grave, tu t’es relevé maintenant, c’est en faisant qu’on apprend, bref, bon… voilà qui est fait… alors… on passe à une nouvelle étape : le petit canard, mais aussi ses comparses (si ce n’est toi c’est donc ta sœur… ou ton frère), barbotent ainsi, ensuite, derrière leur mère, avant de s’envoler ensemble dans les airs !

« Bon voyage, petit canard ! » dit le mot de la fin, montrant notre petit canard sans frère, sans sœur, sans maman, mais volant comme un grand… en souriant.

Publicités
0

Un coup de main

Elle a déjà été mise à l’honneur dans la BBthèque, la revoici sous les feux de l’actualité littéraire pour les tout-petits lecteurs, cette héroïne du quotidien et des livres pour bambins : LA MAIN ! C’est en effet, en fait, le personnage principal, le prétexte et l’objet, du très joli album Un coup de main, écrit et illustré par Cristina Sitja Rubio, publié aux éditions MeMo au mois de février dernier :

C’est l’histoire, crayonnée, de deux oiseaux, Manuel et Monelle, qui partagent le même toit et font tout ensemble, s’activant du matin au soir :

Comme vous le voyez, on fait des pieds et des mains toute la journée !

Le ton est donné : la suite de l’histoire, c’est la mise en scène, poétique, émouvante, drôle, d’expressions comportant le mot « main », le tout dans la perspective d’obtenir un coup de main.

Quand on croise nos amis, on n’a à peine le temps de leur serrer la main. « Appelle-moi demain ! » […]

Donc un jour, on a pris notre courage à deux mains, et on a décidé de passer la main.

Plusieurs mains se sont levées…

La quête du coup de main (quelques extraits ici) qui s’ensuit est proprement hilarante, en plus de constituer un reflet à la fois positif et réaliste des comportements individuels et des relations sociales qui accompagnent le bébé lecteur dans sa connaissance de lui-même et ses apprentissages de la vie en société. Avec, fondamentalement, cette notion centrale d’amitié : Manuel et Monelle, les inséparables volatiles, se font un nouvel ami, celui qui s’investit. Il s’agit de Firmin, qui leur donne « un fier coup de main » !

Un livre à rires, un livre à grandir, un livre à réfléchir… tant il apprend, mine de rien, et main dans la main, au bébé lecteur à se prendre en main : l’importance de faire des choses avec les dix doigts de ses mains, et si possible avec les copains, savoir qu’on peut demander de l’aide, comment, quand, saisir les fondements, l’essence, de l’entraide et de l’amitié. Un pur bonheur de lecture à partager avec les 0-3 ans… et les plus grands. Un coup de main, oui… un coup de cœur, aussi !

3

Quand l’arbre se livre…

Est-ce un arbre ? Plusieurs arbres ? Un livre ? Plusieurs livres ? C’est en tout cas un ovni des plus réussis invitant les tout-petits à l’observation de la nature et du vivant dans un environnement donné évoluant avec le temps :

 

ARBRE

d’Amandine Laprun

chez Actes sud junior

 

L’idée et la réalisation de cet ouvrage original sont proprement géniales pour un premier documentaire à destination des jeunes enfants : chaque double page présente le même arbre, un cerisier, à une période différente de l’année, en partant du printemps où tout fleurit… pour parvenir, à la fin du livre, au printemps suivant.

Le temps s’écoule à mesure que les pages défilent, silencieusement : lecture par l’image uniquement. La météo évolue, les saisons se suivent sans se ressembler, et l’arbre vit sa vie sous le soleil, la pluie et les températures variées : les fleurs laissent la place aux feuilles, les fruits font leur apparition, mûrissent… pour la grande joie des merles et des enfants grimpant faire bombance et cueillette ; jaunissement des feuilles, puis les voilà qui tombent à l’heure de l’automne, l’arbre se dénude en hiver, peu à peu enseveli sous la neige jusqu’à ce qu’émergent, de nouveau, les premiers bourgeons. Une année riche en événements pour ce cerisier et ces enfants… une année pourtant si vite passée !

Fermé dans la bibliothèque, ce livre-objet a la forme d’un demi-arbre. Ouvert, il a la forme d’un arbre complet. Et, surprise, quand on relie ensemble la page de couverture et la quatrième de couverture de ce livre-objet, et qu’on pose le concomitamment le tronc au sol, les branches en haut, on obtient… le récit visuel, et en volume, 360°, d’une année de vie de ce cerisier ! Un cycle entier qui se renouvelle chaque année.

2

Les couleurs volatiles

Après les contraires canins/malins, voici qu’Elo et la Sarbacane se sont fait pousser des ailes pour mieux exposer aux tout-petits un bel éventail de couleurs :

les-oiseaux-couleurs-elo

Dans le livre animé Les Oiseaux (couleurs), par d’astucieux rabats, les bébés lecteurs jouent avec les plumages pour dévoiler les teintes cachées de drôles d’oiseaux : une aile blanche en mode recto, noire en mode verso ; une autre blanche et noire, mais aussi rouge quand le volatile s’envole ! un troisième se camoufle sous un manteau gris ; un œil fermé se révèle d’un bleu pâle persistant ; un bec mutant, passant du noir à l’orange, très étonnant ! une poule couvant son poussin si jaune ; une huppe faisant sa tomber sa huppe couleur marron, un presque-paon nous fait l’honneur de nous montrer son derrière… vert… et pourquoi pas aussi… on va dire… un cygne… violet ?? Et la chouette n’en fait pour sa part qu’à sa tête … pour voir la vie en rose !

En bref, un imagier ludique et chouette (hehe) sur le thème des couleurs, avec, en bonus, un graphisme toujours design et un choix original et fort à propos de couleurs non standardisées, éveillant le regard des tout-petits et les invitant à sortir, par le jeu, des sentiers battus.

0

Tu fais quoi ?

Oyez, oyez, voici un très beau livre animé qui permet d’observer les oiseaux en pleine parade… ou en plein vol : sous forme de pop-up pour les tout petits, Hélium édite ainsi  Tu fais quoi ?, un premier documentaire dynamique et sympa, composé à quatre mains, celles de l’illustratrice Olivia Cosneau et de l’ingénieur papier Bernard Duisit.

tu fais quoi cosneau duisit

Un livre en papier épais à manipuler avec le bébé ou par le bébé lui-même quand il est prêt : c’est en jouant avec les tirettes et rabats que les oiseaux révèlent, naturellement depuis leur milieu naturel, et avec leurs plus beaux plumages, chacun de leurs actes ! Tu fais quoi ? demande l’enfant. Surprises !! « On danse », répondent les flamants sous l’impulsion de l’enfant ; « doucement, je me réveille », dit la petite chouette, dont les yeux se ferment avec le geste du lecteur…

Autant d’actions qui sont le fait ici des oiseaux, mais aussi et surtout… des jeunes enfants en plein développement de leur motricité : s’éveiller, danser, mais aussi plonger, ranger, faire la roue… ou encore prendre son envol ! Au final, tout se passe comme si ces oiseaux de papier retournaient la question au bébé lecteur : et toi, tu fais quoi ?

Trêve de paroles, place aux images… animées :