0

Dans les airs

Aujourd’hui la BBthèque propose aux bébés lecteurs un voyage à tire d’ailes dans un livre-accordéon tout cartonné aux illustrations vives et colorées. Allez, on s’envole ?

Dans les airs

de Natasha Durley aux éditions Amaterra

Dans cet imagier, chaque page présente un élément situé dans les airs : la montgolfière, l’hélicoptère, l’avion, la fusée ; l’arc-en-ciel, la pluie, l’étoile filante, la lune, le flocon de neige, le nuage, le soleil ; l’oiseau, l’abeille, la chauve-souris, le papillon, le poisson volant, la libellule ; le cerf-volant, le volant, l’avion en papier, la super-héroïne ; le feu d’artifice, la fumée, la flèche, les graines ; et aussi, soyons fous, le fantôme, le dragon, le ptérodactyle !

30 images, 30 mots. Les 30 illustrations, au top, allient graphisme et poésie, et mettent en image ce vocabulaire, sur fonds de couleurs alternées. Les bébés lecteurs sont ravis de désigner ces mots et de jouer à déplier les pages du leporello… Livre ouvert, les créatures, phénomènes et objets en l’air s’exposent sous la forme d’une fresque recto verso.

Une invitation à lever les yeux vers le ciel et à observer ce qui se passe dans les airs !

Plus d’informations et quelques extraits à découvrir sur le site de l’éditeur :

0

Chat alors !

Un des avantages du livre, c’est de pouvoir voyager à travers les mots, les images, le sens ou le non sens d’un récit, d’une poésie & cie, quel que soit l’endroit où l’on lit. Une mine d’or pour se ressourcer dans le contexte sanitaire actuel impliquant une réduction de nos interactions sociales et déplacements. D’autant que si les librairies et bibliothèques sont fermées à l’heure actuelle, nombre d’entre elles proposent un service de type « retrait sur réservation » 🙂

Une ressource ne vient jamais seule : ajoutons au livre un autre facteur réconfortant… le chat ! Oui, aujourd’hui, la BBthèque propose aux lecteurs dès le plus jeune âge une sélection de livres à chats ! Miaou ? On y va ?

Chat noir de Mathilde Arnaud

On commence avec un chat en volume : un superbe chat noir, conçu par Mathilde Arnaud aux éditions Les Grandes Personnes, qui se déploie et se re-déploie splendidement dans ce livre pop-up de toute beauté : Chat noir.

Pelage noir, iris jaune, museau blanc. Ces trois couleurs fondent l’esthétique de ce livre-objet très réussi qui met en scène les différentes étapes d’une journée standard d’héros à moustaches : se réveiller, manger, jouer, euh jouer, se laver, procrastiner, rejoindre sa maîtresse ou son maître, rrrrronronner.

C’est le tout premier livre de Mathilde Arnaud, et quelle merveille ! Pour vous faire une première idée, la BBthèque vous invite à visionner cette alléchante vidéo. Mais honnêtement, rien de mieux que de manipuler soi-même les pages de ce livre et d’ainsi donner vie à ce fabuleux chat de papier !

UN OISEAU UN CHAT DE CORINNE DREYFUSS

Mon second est un tout cartonné, écrit et illustré par Corinne Dreyfuss, publié aux éditions Thierry Magnier, et peut être partagé avec les plus jeunes des bébés !

C’est l’histoire d’une rencontre entre un tout petit oiseau, Zozo, et un gros gras chat gris, Chacha. Sur la page de gauche, on retrouve Zozo ; sur la page de droite, Chacha. Zozo fait plein de choses, et chacune de ces activités, traduite par des onomatopées, est observée par Chacha quand il ne dort pas. Jusqu’à ce que Zozo se mette à faire du toboggan sur la queue de Chacha ! Chacha se met alors à bailler et avale Zozo.

Fin de l’histoire ? Que nenni ! Zozo n’a pas fini de faire le foufou, dans le ventre de Chacha. Ca ne lui fait ni chaud ni froid. Il continue à faire ploing, zioup, plouf ! Jusqu’à ce que Chacha hoquette. Hic ! Zozo peut s’envoler : flap, flap, flap !

Un livre drôle & dynamique pour les tout-petits.

MIAOU ! CUI ! PONK ! DE MICHAEL ESCOFFIER ET MATHIEU MAUDET

En parlant d’onomatopées… Voici un livre, de Michaël Escoffier et Mathieu Maudet aux éditions l’Ecole des loisirs, dont le titre, Miaou ! Cui ! Ponk !, traduit en sons une chaîne d’événements dont l’héroïne, apprentie super héroïne, prend connaissance et auquel elle choisit d’apporter une solution. Normal, c’est bien le travail des super héros.

Qu’on se le dise, Super Lulu a décidé de sauver le monde aujourd’hui. Bon elle a un petit loupé : elle a oublié son pantalon. Mais ça se corrige facilement. Et c’est reparti !!! Quand tout à coup elle entend : « Miaou ! Cui ! Ponk ! » sans voir pour autant de quoi il retourne. Il s’agit de mener l’enquête. Cui ! Un oiseau tombé au sol… hum autant le remettre dans son nid, sur la branche. Fiou, ça c’est fait. Miaou ! Un chat tout en haut de l’arbre. C’est sûr, il n’arrive plus à redescendre, il faut l’aider, et que l’on ne l’y reprenne plus. Ponk ? Une tortue retournée, tout en bas, la remettre tout droit.

Tout est bien qui finit bien grâce à Super Lulu qui quitte la scène de tous les problèmes en s’exclamant « Ah là là ! Je me demande vraiment comment tournerait le monde sans moi ! »

Bonne question mademoiselle ! A la seconde qui suit, et à son insu car la donzelle est partie, la chaîne événementielle Miaou ! Cui ! Ponk ! se reproduit, et cette fois-ci le lecteur voit de ses yeux vus l’enchaînement très rapide des événements : une tortue renversée après avoir servie de marchepied à un chat cherchant à attaquer un oisillon ne sachant point encore voler !

Moralité : il peut être utile d’intervenir, mais il est impossible de tout contrôler ! Surtout quand on a affaire à un chat très déterminé 😉 Un tout cartonné qui apprend dès le plus jeune âge, et avec beaucoup d’humour, tout à la fois le sens des responsabilités et la nécessité de relativiser, afin, compétence fondamentale, de savoir aussi et toujours dédramatiser.

0

Dis oiseau, tu chantes comment ?

La BBthèque vous convie à un concert aujourd’hui : muni du précieux et joyeux tout cartonné Mini encyclopédie des cris des oiseaux, lever la tête, ouvrir grand ses yeux et ses oreilles et s’éveiller à la grande diversité de ces chants décrits et illustrés par Adrienne Barman aux éditions La Joie de Lire :

Chaque page de ce premier documentaire consacre un oiseau différent, associé à son chant, son cri, mais aussi à son environnement. Dans les dessins, les animaux sont souvent représentés en plein mouvement, comme saisis au vol ; dans la narration / description, ils sont le sujet de leur mode d’expression : la cigogne craquette, la grue claquette, le cygne drense, le paon braille, la faucon huit, le merle jase…

Dans cette approche encyclopédique, le bébé lecteur découvre ainsi non seulement des oiseaux connus et moins connus, mais aussi le nom de leurs cris, certains de ces termes suscitant l’étonnement et l’amusement des tout-petits (la buse miaule ? le colibri zinzibule !). Ces mots rares et précis disent la singularité de chaque espèce.

Un très chouette livre pour l’éveil aux sens et à la nature des tout-petits, servi par des illustrations réalistes, expressives, colorées et facétieuses.

1

Petits explorateurs

La BBthèque emboîte le pas des bébés explorateurs et lecteurs à la fois, en chroniquant ici plusieurs livres, accessibles dès la petite enfance, qui disent la découverte du monde… et de soi :

attends-moi !

de Claire Garralon

Il était une fois un petit poisson rouge et un plus grand : sa maman. La maman dit au petit : « allez, on va faire un tour, suis-moi ! » Le petit peine à suivre sa maman : « Maman, attends-moi », tant et si bien que la panique semble le gagner quand sa maman devient hors de portée… de vue. Il cherche et appelle sa maman en pleurant, avant de retrouver le sourire en s’apercevant que sa maman est juste devant lui.

Ils ne pouvaient en effet être loin de l’autre, nous disent les illustrations qui jusqu’alors nous laissaient penser que les poissons étaient dans une grande étendue d’eau, à l’image vraisemblablement du ressenti du jeune enfant : en fait, ils vivent dans un bocal… à poissons rouges, ce dont la maman est parfaitement au courant ! Un bocal… tout rond.

Coucou… caché ! C’est reparti pour un tour, en relisant depuis le début cet album tout cartonné qui dit tout à la fois les séparations et les premières explorations ?

Vole, petit oiseau !

d’Emma Robert et Romain Lubière

C’est l’histoire d’un oiseau qui, à peine sorti du nid, effectue son premier envol :

Vole, petit oiseau, tu as tant de choses à découvrir…

L’album, tout cartonné, suit le vol de l’oiseau, et le bébé lecteur découvre ainsi le monde tel que le parcourt l’animal voyageur dans les airs : les champs colorés, les montagnes poilues, les forêts, les déserts, la banquise, les mers et océans, les savanes arides, les villes… et leurs habitants : vaches, chameaux, ours polaires, antilopes, humains, etc.

Un tour du monde à hauteur d’oiseau, qui initie les tout-petits à la géographie.

Mouha

de Claude Ponti

Mouha, c’est l’histoire d’un.e jeune enfant (toi ? moi !) qui se nomme Mouha. Mouha vit dans un arbre-maison dans les hauteurs. Tout de jaune vêtue comme en bébé-pyjama, et un peu très décoiffée, Mouha est très curieuse de descendre pour voir le monde en bas :

Je suis sûre qu’en bas de l’arbre maison, sur le sol de par terre, où je ne suis jamais allée, il y a plein de choses inconnues que je n’ai jamais vues, des animaux et des personnes inconnues, belles et intéressantes, plein d’occasions belles et intéressantes, plein de plantes belles et intéressantes, plein de bruits, de couleurs, d’odeurs, d’aventures belles et intéressantes ».

Et hop ! Elle se laisse tomber et son voyage commence. Elle trouve un oisillon tombé du nid itou également, qu’elle prend pour compagnon. Elle croise le chemin de Blaise, le poussin masqué, qui lui délivre un message très important :

Ici, sur le sol de par terre, ce qui a l’air vrai ne l’est pas toujours, et ce qui a l’air méchant ou gentil, ne l’est pas toujours non plus.

Certaines personnes, parfois venues de loin, ou d’ailleurs, seront là à temps et au bon moment.

Ce qui est important, c’est que tu es importante.

A part ça, j’aime ta coiffure.

Elle poursuit sa route avec un drôle d’engin, le Bourlingue-Œil. Après avoir vu les arbres, elle découvre les pierres, et de nouveaux animaux. Certains d’entre eux sont des alliés, d’autres non. Il faut être très beaucoup malin pour passer son chemin quand on tombe sur quelqu’un ou quelqu’une qui, comme dans la mythologie, te pose une énigme pour statuer sur ton destin. Chemin faisant, Mouha aiguise sa motricité, mais aussi son sens de l’observation et son esprit logique, sa géométrie (voyage au pays des cubes) et sa créativité (peindre des coccinelles pour les sortir du doute d’être des coccinelles si elles ne sont pas rouges)

L’album, en papier, dans un format paysage, se donne à lire à travers une succession d’images (trois par page), de séquences, telle une histoire à dérouler, un peu comme dans une bande dessinée. La toute jeune lectrice, le tout jeune lecteur, y apprend à grandir en observant, en écoutant, en pensant, en jouant, en faisant, seul, et avec, ou parfois contre, autrui. Un récit initiatique entre réalisme et fiction, avec des mots d’enfants qui disent leur propre expérience de ce grand monde dans lequel ils font leurs premiers pas.

0

2 comptines, 1 poule, 1 canard

Dans la BBthèque cette semaine, voici deux comptines volatiles, revisitées avec brio par deux grands auteurs-illustrateurs jeunesse pour le plaisir des yeux et des oreilles des tout-petits :

« Une poule sur un mur … »

par Thierry Dedieu

Un nouveau titre signé Dedieu dans l’excellente collection Bon pour les bébés au Seuil jeunesse, c’est toujours une bonne nouvelle — pour mémoire, cette collection combine notamment un grand format pour tout-petit lecteur et des illustrations noir et blanc exclusivement.

Retour aux fondamentaux avec cette comptine si triviale et musicale à la fois, tellement universelle qu’elle fait systématiquement le bonheur des très jeunes enfants, et ce tout particulièrement quand les paroles de la comptine sont servies par des illustrations aussi expressives, mention spéciale à la poule dont le bébé lecteur épouse les mouvements de tête, les mouvements de cou, les mouvements de bec, pour, avec un large sourire, picoti… picota, picoter sa nourriture, le pain dur, lever la queue puis lever le camp !

« Un petit canard au bord de l’eau … »

par Jeanne Ashbé

Publié dans la collection Pastel des éditions de l’Ecole des loisirs, le nouvel album de Jeanne Ashbé exprime dès la couverture sa substantifique moelle : une coquille d’oeuf (dont le bébé lecteur appréciera le volume du bout des doigts) en train de se fêler car il est l’heure pour un caneton de voir le jour… ou comment naître au monde, mais aussi grandir — faire ses premiers pas, connaître son premier envol, sous le regard protecteur et bienveillant d’une maman.

Bon…, s’intitule cet album de naissance : comme une maman dirait, murmurerait, scanderait, chantonnerait, commenterait chaque petit ou grand événement par autant de « bon… », « bon bon bon »…, « bon… jour, toi », « bon… zour », jolie répétition de sonorités pour les bébés, et au-delà, jeux et choix de mots qui disent tout l’amour que le parent porte à l’enfant et qui nourrit la confiance de celui-ci envers le monde qu’il découvre, sécurité affective te voici te voilà.

Place ensuite… à une musique un peu plus complexe, une comptine, revisitée, qui correspond à un deuxième temps : le caneton va devenir canard, car voici qu’au bord de la mare la comptine narre l’autonomisation progressive de ce petit être en devenir. « Un petit canard au bord de l’eau… il est si beau… il est si beau… » (se mirer dans l’eau, prendre conscience de soi : je suis un être à part entière à présent), « un petit canard au bord de l’eau… il est si beau qu’il tombe dans l’eau… Plouf ! » « Bon… bon… booon »… commente la mère cane, large sourire au bec, de voir le jeune canard ressortir la tête de l’eau après ce plongeon involontaire et premier, l’air de dire l’air de dire, tu es tombé, ce n’est pas grave, tu t’es relevé maintenant, c’est en faisant qu’on apprend, bref, bon… voilà qui est fait… alors… on passe à une nouvelle étape : le petit canard, mais aussi ses comparses (si ce n’est toi c’est donc ta sœur… ou ton frère), barbotent ainsi, ensuite, derrière leur mère, avant de s’envoler ensemble dans les airs !

« Bon voyage, petit canard ! » dit le mot de la fin, montrant notre petit canard sans frère, sans sœur, sans maman, mais volant comme un grand… en souriant.