0

Portrait vivant d’une auteure & illustratrice : Isabelle Simler

La BBthèque a la grande joie aujourd’hui de vous présenter un nouveau portrait vivant d’une auteure illustratrice, au travers d’un entretien exclusif avec… Isabelle Simler !

Isabelle Simler


L’auteure et l’illustratrice de Doux rêveurs, D’après nature, Heure bleue, Plume et de bien d’autres livres se prête ainsi à l’exercice du portrait vivant en nous proposant ses réponses à ces quelques questions :
*

Qui suis-je ?

Je m’appelle Isabelle Simler, je suis auteure et illustratrice. 
Je passe la plupart de mon temps à observer, dessiner, chercher des idées, trouver les mots qui résonnent avec mes illustrations, imaginer des livres.
*

Comment et pourquoi j’ai choisi de faire ce métier ?

Je suis illustratrice depuis très longtemps mais je n’ai pas toujours fait des livres. Avant cela, je faisais des dessins pour la presse, des images pour la publicité et des dessins animés pour la télévision.
En 2011, j’ai publié mon premier album Plume et rencontré mon éditeur, Jean Poderos aux Editions courtes et longues. Une rencontre déterminante et le début d’une belle aventure. Depuis je ne fais plus que des livres.
J’ai choisi ce métier car j’avais envie de mener mes projets en toute liberté, c’est aussi pour cette raison que je suis auteure et illustratrice de mes albums. Ainsi je peux suivre les envies et lubies qui me passent par la tête, creuser les sujets qui m’intéressent et naviguer à un rythme qui est le mien. Comme pour beaucoup d’illustrateurs, le dessin est venu tôt et m’a toujours accompagné. Assez vite, j’ai eu le sentiment qu’il m’était précieux, comme un écart, une alcôve, un moyen de se singulariser.

*

Comment je travaille pour écrire un livre ? 

Le point de départ de mon travail est la plupart du temps l’observation. Si l’on se penche sur n’importe quel objet vivant, même commun et qu’on le regarde avec attention, il recèle un trésor de curiosités. Et ce qu’il nous révèle devient une matière fascinante à interpréter. Le dessin est pour moi un prétexte à observer les choses de plus près. J’ai besoin de me documenter, d’observer dans le détail, de fouiller pour mieux comprendre. Et de cette part documentaire va naître la narration, la fiction.
Ce qui m’intéresse, c’est la liberté d’interprétation, le point de vue, plus sensible que didactique. J’aime l’idée que la réalité et l’imaginaire soient perméables l’un à l’autre et que l’imaginaire se nourrit de détails scientifiques. Ce mouvement de bascule entre l’observation et la rêverie est au cœur de mon travail.
Dans les grandes lignes, les étapes de création d’un album sont : 
  • Des dessins et croquis de recherche aux crayons de couleurs
  • Une documentation fouillée sur le sujet
  • La réalisation du « chemin de fer », c’est à dire le déroulé du livre dessiné en petit sur une grande feuille
  • La création des illustrations, sur une tablette graphique la plupart du temps.

Le travail sur le texte est mêlé à celui des images, suivant les albums, il peut se faire en amont, en parallèle ou à la fin.

*

Comment j’imagine mes jeunes lecteurs quand j’écris ?

Je ne crois pas que j’imagine un lecteur au moment ou je fais un livre mais si c’était le cas, je ne suis pas sûre qu’il serait jeune, je l’imaginerais plutôt sans âge.
*

Est-ce qu’il m’arrive de discuter avec les enfants autour de mes livres ?

Oui très souvent, lors des rencontres scolaires ou des ateliers. Le regard que les enfants portent sur mes albums est très précieux et leurs remarques sont souvent pertinentes et surprenantes. Ce retour direct et spontané sur mon travail est très stimulant, il me donne l’énergie et l’envie de poursuivre. 

Un vif merci à Isabelle Simler pour sa disponibilité et cet éclairage sur son univers !

La BBthèque invite toutes et tous à plonger dans les albums riches et sensibles d’Isabelle Simler, qui constituent autant de voyages précieux et merveilleux dans la nature si diverse et variée :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous retrouverez notamment à ces liens les beaux livres suivants d’Isabelle chroniqués dans la BBthèque :
0

Nouveaux livres à gogo #1 : ruée vers l’art

Dans la BBthèque à partir d’aujourd’hui, lumière sur des albums récents que vous pourrez vous procurer dans vos librairies indépendantes préférées si elles ont redémarré leur activité. La BBthèque vous invite à vous enquérir auprès de votre libraire de proximité de ses modalités éventuelles d’ouverture ; certaines librairies pratiquent par exemple des formules de type « drive » où vous réservez par mail, en ligne ou téléphone vos ouvrages, puis venez retirer votre commande sur un créneau dédié.

Et nous démarrons aujourd’hui cette plongée dans les nouveautés avec une ruée vers l’art, car l’art, tout comme le livre, c’est de l’or en barre, même quand on ne peut pas aller dans les grands musées par mesure de sécurité ! Au menu de cette chronique, deux livres d’éveil artistique :

  • Une histoire vraie, biographie d’artiste : Yayoi Kusama, l’artiste qui mettait des pois partout, de Fausto Gilberti aux éditions Phaidon
  • Un livre d’images qui disent tout et son contraire, bref un imagier artistique des contraires : Les contraires, conçu par Andy Guérif aux éditions Palette

Yayoi Kusama

l’artiste qui mettait des pois partout

Mon premier est une femme avec des lunettes en forme de pois, qui porte et conçoit des robes à pois et dessine des pois tout le temps, partout, y compris sur des gens et sur des citrouilles.

C’est… Yayoi Kusama, qui, sous la plume de Fausto Gilberti, se raconte à la première personne. Une façon simple, directe, attachante de s’adresser aux jeunes lecteurs et de leur présenter la vie et la démarche de cette artiste contemporaine japonaise, qui a commencé sa carrière aux Etats-Unis avant de retourner vivre au Japon où elle continue de créer au jour d’aujourd’hui.

Une découverte riche en pois et au-delà, servie par des illustrations pleines d’humour et de respect pour l’œuvre originale de Yayoi Kusama.

Les contraires

Après ce focus sur une artiste contemporaine, mon second propose un parcours d’histoire de l’art placé sous le thème des contraires.

Le jour peint par Claude Monet entre ainsi en résonance avec la nuit de Vincent Van Gogh, la ville d’aujourd’hui (Paris, par Alain Bublex) versus la campagne d’hier (de Jan Brueghel l’Ancien et Joos de Momper le Jeune) ; rire (à gorge déployée, comme dans cette peinture Hats-06 de Yue Minjun) ou pleurer (comme sur cette photo de Vivian Maier) ? Monter / descendre, sucré / salé, chaud / froid, gros / mince, couché / debout, vieux / jeune, ensemble / seul, net / flou, à l’endroit / à l’envers, devant / derrière… Andy Guérif, l’auteur de ces confrontations d’œuvres du passé et du présent, fait preuve d’humour, d’imagination, de savoir et savoir-faire tout à la fois pour trouver le tableau qui illustre à merveille le contraire de son vis-à-vis !

Le parcours artistique proposé aux tout-petits est d’une richesse inouïe, et rencontre de manière très créative cette notion fondamentale de l’apprentissage que sont les contraires. Si vous le parcourez, vous ne me pourrez pas dire le contraire… 

**

La BBthèque vous souhaite d’excellentes lectures artistiques, à prolonger le cas échéant avec d’autres ouvrages tip top d’éveil artistique pour les tout-petits : vous trouverez la sélection BBthèque idoine ici !

 

0

Sens et essence de l’art… expliqués aux tout-petits

Pour ouvrir l’année en beauté, la BBthèque vous présente ce jour un ouvrage d’éveil artistique, publié aux éditions Phaidon et conçu par Tamara Shopsin & Jason Fulford :

L’art sens dessus dessous 

Pourquoi ce titre ? Parce que le bébé lecteur est invité par les concepteurs de l’ouvrage à manipuler dans tous les sens ce livre-objet tout cartonné :

Viens voir ! Regarde bien, regarde en haut, regarde en bas, de près, de loin, et même derrière toi.
Surtout, ne t’arrête jamais de regarder !

Huit ensembles d’œuvres modernes — issues des collections du Whitney Museum de New York — sont ainsi montrées aux bébés lecteurs :

  • la sérigraphie Noir et blanc kaléïdoscopique de Carmen Herrera (2009) qu’on peut regarder indifféremment (ou pas) à l’endroit ou à l’envers
  • la sculpture Femmes et chien de Marisol (1963-64) dont on peut faire le tour pour apprécier les multiples représentations et volumes
  • la série Flowers d’Andy Warhol (1970) dont les motifs restent identiques quand les couleurs varient
  • la photographie d’un dessin de rue réalisé au sol par des enfants, signée Helen Levitt (vers 1940), à regarder par terre
  • un mobile d’Alexandre Calder, Grand rouge (1959), à regarder en l’air
  • un tableau explosif (1967) de Roy Lichtenstein à observer de près et de loin
  • la démarche de photographies / autoportraits de Cindy Sherman (née en 1964) que le bébé lecteur est invité à essayer grâce à un dispositif de miroir inséré dans le livre
  • l’oeuvre d’art mystère, avec la démarche de Christo qui, avec Paquet sur un diable (1973), créé un objet et l’enveloppe sans jamais dire ce que c’était… avant de l’exposer dans un musée !

La lecture de cet ouvrage est une expérience à part pour les tout-petits : d’une part, elle met en jeu leurs facultés d’observation ; d’autre part, elle développe les liens entre l’œuvre (photographie, sculpture, arts plastiques…) produite par un.e artiste et sa réception dès le plus jeune âge, en se fondant sur le geste de l’artiste mais aussi du spectateur : prendre connaissance d’une œuvre d’art, c’est ainsi pour le tout petit spectateur une action dans laquelle il s’implique d’une façon ou d’une autre, à laquelle il participe devenant ainsi spectacteur ; cette démarche lui pose des questions, ouvre des portes, renouvelle le regard qu’il peut porter, sur l’art, mais aussi sur le monde qu’il représente. Enfin, la lecture de cet ouvrage donne, in fine, une mine d’idées d’activités créatives à réaliser avec les tout-petits… artistes !

1

Livres sur les émotions… et + encore

La BBthèque vous propose aujourd’hui un focus sur de nouveaux livres tip top qui parlent aux tout-petits de leurs premières émotions :

Mes premières émotions dans l’art

Mes premières émotions dans l'art - palette

Mon premier combine apprentissage de l’émotion et éveil artistique : chaque émotion ou sensation est illustrée, incarnée, représentée par une œuvre d’art. Chaque tableau reproduit sert en effet de prétexte pour évoquer et partager avec le tout jeune lecteur une situation imaginée liée à une émotion, un sentiment ou un état physique, exprimés également par des onomatopées et un court texte les décrivant :

  • la joie qu’on lit dans Les Rieuses (Charles Emile Auguste Carolis-Duran) — hi hi hi
  • la tristesse du Vieil homme dans la douleur (Vincent Van Gogh) — snif ! snif !
  • la surprise illustrée dans Time to play (Charles Burton Barber) — OH !!!
  • le dégoût transparaissant dans Gorgée amère (Adriaen Brouwer) — BEURK !!!!!

mais aussi la peur, la colère, la honte, la jalousie, l’amour, la sérénité, la douleur, la faim, la chaleur et la fatigue mis en sons, mots et images, dans une approche qui privilégie le dialogue, entre l’enfant et l’oeuvre d’art d’une part, entre l’enfant et l’adulte d’autre part : « et toi, qu’inventes-tu pour faire rire tes amis ? est-ce que tu sais que tu es un rayon de soleil pour eux lorsque tu leur apportes de la joie » ?

Pas de panique, petit crabe 

Pas de panique, petit crabe - Chris Haughton

Mon second est l’histoire d’une première fois, et de toutes les craintes qu’une première fois peut susciter : l’aventure d’un bébé (Petit Crabe), qui va passer un cap, en compagnie d’un adulte (Très Grand Crabe) qui va l’encourager et l’accompagner. « Petit Crabe et Très Grand Crabe vivent dans une simple mare. Aujourd’hui, ils ont décidé d’aller voire L’OCÉAN ! ». Perspective ô combien excitante. Le chemin est long (double page fournie et agrémentée de moult onomatopées), éprouvant mais aussi enthousiasmant : « Je peux aller où je veux » dit Petit Crabe. Quand les deux protagonistes arrivent au bord de la falaise, à deux pas de l’Océan… Vient l’heure de se jeter à l’eau. Panique à bord pour le jeune crabe, refroidi dans son élan, tentant de faire marche arrière. Son aîné le rassure tout en l’encourageant à surmonter sa peur : « Pas de panique, Petit Crabe, descendons juste un peu plus loin. Je pense que tu vas adorer. » A petits pas, calmement, doucement mais sûrement, les deux crabes trouvent le chemin adéquat pour pénétrer le grand océan… plonger et baigner dans le monde aquatique que le jeune crabe découvre complètement. La peur est maîtrisée, et même oubliée, vive la liberté !

Un album initiatique aux textes et illustrations magnifiques, à lire et relire avec les jeunes enfants.

Bienvenue Tristesse

bienvenue tristesse eva eland

Toucher la couverture du livre, pour commencer : ce monstre doux et vert-bleu matérialisant la tristesse, le tout jeune lecteur peut d’emblée le palper. Dans cet album sobre, pudique et poétique, un tout jeune enfant voit arriver à la porte de chez lui un (mal-)être qu’il n’avait pas anticipé : Tristesse. « Parfois, Tristesse arrive sans prévenir ». Tristesse pénètre dans la maison avec sa valise, l’enfant reste muet.. « Elle te tourne autour », Tristesse s’approche de l’enfant. « Elle s’assied à côté de toi », tout tout près, trop près. Tu veux la cacher, t’en séparer, mais elle est là, parfois même elle se confond avec toi. Si c’est comme ça, autant lui reconnaître son identité, lui parler, et l’écouter, vous pourrez mieux cohabiter… et vous séparer, le moment venu.

Un album touchant et marquant, à partager avec les tout-petits lecteurs quelle que soit leur humeur.

***

Vous retrouverez **ici** la sélection « BBthèque » de livres sur les émotions à destination des 0-3 ans !

0

Des chiffres et des lettres

La BBthèque fait sa rentrée en accompagnant les bébés lecteurs dans leur rentrée !

Au menu cette semaine, des chiffres et des lettres : un premier contact, ludique, graphique, artistique, avec les nombres et l’alphabet, à travers une série de nouvelles publications.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Côté chiffres

La BBthèque vous présente en particulier trois nouveaux livres pour l’éveil aux mathématiques, l’apprentissage progressif et créatif des chiffres de 1 à 10 : Chiffres de Leo Lionni aux éditions de l’école des loisirs ; 1, 2, 3… art de Marie-Jo Vidalinc et Carole Crouzet aux éditions Eliart ; Les poissons (chiffres) d’Elo aux éditions Sarbacane.

Chiffres de Leo Lionni

Ce petit ouvrage tout cartonné, format carré, écrit par l’auteur-illustrateur de Petit-Bleu et Petit-Jaune, Leo Lionni, met en en scène 1, 2, 3… souris.

Une page, un chiffre ; le tout raconte une histoire : 1, quand la souris est seule, elle a la larme à l’œil ; 2, quand la souris rencontre un.e ami.e, l’une et l’autre sourient ; 3, les deux souris se sont reproduit ; 2 parents + 2 enfants dont 4 ; avant que le nombre de souriceaux continue de croître… l’occasion pour ces derniers de s’amuser, en nombre, avec les chiffres qui désignent leur quantité : monter sur le 5 ou sur le 8, caresser le 7 avec sa queue, porter à bout de bras le 6, lancer le 9 comme on lance un ballon, etc. Ou comment jouer avec la matérialité des mathématiques.

1, 2, 3… art par Marie-Jo Vidalinc et Carole Crouzet

Chiffres toujours, mais en compagnie, non plus de souris, mais de tableaux de renom : éveiller conjointement aux mathématiques et à l’art, tel est le pari relevé par les éditions Eliart dans ce premier documentaire.

Dans ce livre, format portrait, chaque double page incarne un chiffre : sur une page, la reproduction d’une œuvre d’art ; sur l’autre page, le chiffre lui-même et son écriture en toutes lettres, ainsi qu’un texte commentant l’œuvre à hauteur d’enfant… et invitant ce dernier à chercher-trouver, dans le tableau, un élément présent dans la quantité décrite par le nombre.

Au fur et à mesure de la lecture, un caméléon facétieux et heureux, comptant sur les doigts de sa maman, prend forme, matérialisant l’atteinte par les jeunes lecteurs de l’objectif mathématique : compter jusqu’à 10 ! Au passage, découvrir, observer, analysée des tableaux de Paul Signac, Joan Miró, Le Douanier Rousseau, Paul Cézanne, Vassily Kandinsky, Andy Warhol, Le Greco…

Quelques extraits à découvrir ici.

Les poissons (chiffres) d’Elo

Vous souvenez-vous des précédentes publications d’Elo aux éditions Sarbacane ? Après LES OISEAUX (couleurs), LES CHIENS (contraires) et LES CHATS (formes), Elo apprend aux tout-petits à compter comme des poissons dans l’eau, plongeant les chiffres avec les poissons dans l’eau de l’aquarium ou de l’océan.

Le principe de la collection est le même que pour les titres précédents : un livre-jeu à rabats aux illustration colorées et fantaisistes, à manipuler à souhait, sur le principe du coucou-caché : 1 gros poisson peut ainsi cacher 2 plus petits poissons : selon le point de vue, la scène change, une nageoire déplacée par exemple peut faire apparaître 1 nouveau poisson insoupçonné. Chaque double page introduit 1 poisson supplémentaire : + 1 ! Un titre fondamentalement ludique pour apprendre à compter (les poissons).

Côté lettres

Lettres de Leo Lionni

Indispensable pendant à Chiffres chroniqué ci-dessus, et également publié aux éditions de l’Ecole des loisirs, Lettres de Leo Lionni constitue un tout premier abécédaire, où une série de souris joue littérale-graphique-ment avec les lettres de l’alphabet.

Les lettres, représentées dans l’ordre alphabétique, se distinguent dans ce tout cartonné, format carré, par leurs couleurs et l’impression de matérialité qu’elles dégagent.

Les souris, toutes grises, touchent, portent, montent, traversent, transportent, se prêtent, échangent, etc. ces éléments que sont les lettres de l’alphabet.

La preuve en images :

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Bonne rentrée à toutes et à tous ! Vous pourrez retrouver aux liens suivants d’autres ouvrages au top sur les chiffres et les lettres pour les tout-petits :

  • A,B,C : sélection d’abécédaires pour les 0-3 ans
  • 1,2,3 : sélections de livres à chiffres pour les 0-3 ans