0

Bienvenue dans ma maison d’édition

Ceci n’est pas un livre, ou plutôt si, ceci est un livre sur la création d’un livre. Sa fabrication. A l’approche de l’édition 2019 du Salon du livre jeunesse de Montreuil, et à l’occasion des 10 ans des éditions Hélium, lumière aujourd’hui, dans la BBthèque, sur un joli livre-objet qui permet de montrer aux jeunes enfants comment on construit les livres :

Bienvenue dans ma maison d’édition

de Didier Cornille et Sophie Strady

Vu de l’extérieur, côté recto, c’est une enveloppe, qui représente comme des rayonnages de bibliothèques contenant des livres de couleurs et formes variées et autour desquels gravitent les acteurs du livre — éditeurs, personnages, lecteurs… Qu’y a-t-il derrière ces étagères ? Qui sont ces protagonistes ?

L’enveloppe s’ouvre et se déplie pour former, côté verso, une maison bien particulière : une maison d’édition. L’atelier graphique sous les toits, au-dessus des espaces dévolus à l’édition, mais aussi à la réception et relecture de manuscrits, à la gestion des droits et de la promotion ainsi que le service presse, tandis que le rez-de-chaussée abrite le département de fabrication.

 

L’édition de livres est également illustrée dans ce livre-objet par de mini livre(t)s semblant correspondre à autant de productions de la maison d’édition que de composantes du travail de l’éditeur. Dix petits livres sont contenus dans le grand livre et traitent de sujets comme :

  • le patrimoine livresque : tant d’histoires classiques commençant par « il était une fois » , et tant d’héros ici déclinés en abécédaire, A comme Ali Baba et Auteur, B comme Babar et Bébé, C comme petit Chaperon rouge, etc.
  • l’expérience du lecteur : la première histoire d’un enfant fait partie du cycle des premières fois pour tout un chacun, et la lecture en partage à haute voix avec les plus jeunes est toujours la bienvenue (quand bien même animée par un chien stupide comme le raconte le tout premier mini-livre)
  • le travail des auteurs, qu’il s’agisse de textes (on parle alors d’auteur) ou d’images (on parle alors d’illustrateur)
  • le travail de l’éditeur et le vocabulaire afférent, à travers : un imagier du livre, un guide des métiers du livre, un manuel d’introduction à la typographie et, pour les plus grands, à la correction orthographique
  • un travail pour tous, avec un manuel à destination des lecteurs pour leur permettre de fabriquer leurs propres livres !

Ainsi se déroule le circuit du livre :

  1. L’auteur-illustrateur imagine son livre
  2. Mise au point du projet avec l’éditeur
  3. Conception de la maquette
  4. Relecture
  5. Photogravrure
  6. Gravure des plaques
  7. Impression
  8. Reliure et façonnage
  9. Envoi à la presse et aux spécialistes
  10. Réunion avec les libraires et bibliothécaires
  11. Tournée des représentants en librairie
  12. Les livres partent chez les libraires
  13. Jour de dédicace : l’auteur rencontre ses lecteurs…

Et, surprise, cette dédicace a lieu à la « Librairie aux chiens lecteurs » !

Un premier documentaire original et bien conçu sur les dessous et les fondements du livre, à partager avec les plus grands des bébés lecteurs… et au-delà.

NB : piège ou coquille ? sur la quatrième de couverture, le terme de bibliothécaire a perdu son h (snif). En espérant qu’il le retrouve bientôt.

0

Le livre qui se penche sur ton berceau

Jamais deux sans trois : après Le visiteur d’Iching Hung et Tu vas voir de Frédérique Bertrand, voici tout comme d’Henri Meunier, un tout aussi chouette livre de naissance, paru au Rouergue, qui se distingue par sa gaie fantaisie :

Ici, ce sont toutes sortes de fées de France et de Navarre qui viennent se pencher sur le berceau du bébé pas-encore-né ou tout-juste-né et qui lui adressent une tendre prédiction se fondant toujours sur un effet miroir : tu seras tout comme moi, mon fils, ma fille, mon filleul, ma filleule, etc. !

Le ton, résolument ludique, des images comme des mots, plaira aux tout-petits comme aux plus grands, l’écart entre la fée et le bébé, traduit visuellement, étant proprement hilarant :

« Oouh oouh ! » dit le loup, tu auras de l’appétit et tu auras bon goût, comme moi

[à ma gauche, un loup avec fourchette et couteau ; à ma droite, un biberon]

« Grooar », dit le lion, tu auras des rêves majestueux et tu trôneras, comme moi

[à ma gauche, le roi lion sur son siège ; à ma droite, un pot et du papier toilette]

Cet album traduit avec beaucoup de bienveillance les tout premiers échanges qui ont presque toujours lieu à l’occasion d’une naissance, entre un nouveau-né et ses êtres les plus proches, ce qu’ils lui disent, la part d’eux-mêmes qu’ils ne manquent pas de projeter sur cette toute petite et toute nouvelle personne, tandis que celle-ci entend, perçoit et reçoit ces premiers gestes et mots destinés à elle seule.

Il dit l’amour, mais aussi, fondamentalement, l’humour, dès le premier souffle de vie. Car l’événement met en joie et après le premier cri viendront les sourires et les rires nourris de complicité : l’histoire, qui se dit comme une ritournelle, se donne aussi à voir comme un spectacle, un théâtre pour tout public friand de bons sentiments ET de second degré — quand la base est là, on peut passer ensemble au niveau suivant. Place à la comédie, parodie des visites à la maternité, et entrée, par l’intertextualité, du bébé lecteur en lecture et littérature ! En effet, en fait, dans ce livre, les proches venus rencontrer le bébé ne ressemblent pas tant que ça à des parents, je dirais même plus, quelques-unes des fées réunies rappellent à s’y tromper des personnages tout droit sortis du folklore et patrimoine de la littérature jeunesse : le loup grand dévoreur depuis les temps anciens, le lion indétrônable roi des animaux, la grenouille qui veut qu’on l’embrasse… tant d’avatars issus de notre imaginaire fécond depuis des générations ! Vous reconnaîtrez-vous dans l’un de ces multiples personnages, papa coq, maman poule, maman coq, papa poule et tonton Robert ? Quand l’adulte fait le clown, fait l’enfant, pour accueillir et faire rire son propre enfant !

Bref, un livre-caresse dont le bébé est le héros… tout comme le reste de sa famille, les amis, et puis aussi les livres pour tout-petits… youpi, hohoho, hahaha, tralala et hihihi !

0

Anthony Browne fait un carton

Anthony Browne, auteur et illustrateur britannique prolifique, va (re)faire un carton, avec la réédition chez Kaléïdoscope de trois de ses albums à succès… en tout-cartonnés, spécialement conçus, donc, pour les bébés !

Anthony Browne aime mettre en scène les singes de tout bord, et notamment les chimpanzés. Dans cette petite collection de trois livres, un bébé chimpanzé tout sourire s’exprime à la première personne pour expliquer…

  • quels livres il aime et pourquoi (les livres drôles, les histoires de monstres et de dinosaures, les histoires pour apprendre à lire ou à compter, etc.),
  • ce qu’il aime pratiquer comme activités (dessiner, jouer se déguiser, se cacher, faire des acrobaties, prendre un bain, rêver…),
  • ou bien encore comment il se sent à un instant T ou de temps en temps (parfois je m’ennuie, parfois je me sens seul, parfois je suis très heureux, parfois je suis triste, et ainsi de suite…).

La force de ces albums réside dans les illustrations, entre imaginaire et réalisme, qui par leur grande expressivité parlent énormément au jeune enfant, tant elles donnent littéralement sens aux situations décrites. Ces trois albums se lisent comme des imagiers thématiques et dynamiques, car tout en actions : mon premier est une typologie de livres pour enfants en cours de lecture, mon second la liste des activités affectionnées par le narrateur et, en miroir, le bébé lecteur ; mon dernier est un inventaire des émotions et sensations éprouvées par tout un chacun dans son corps et dans sa tête ! L’occasion, avec ce fabuleux support imagé, de mettre en mots et en scène, avec les tout petits lecteurs, ces différents éléments fondamentaux du quotidien qui leur font nécessairement écho…

En somme, des livres aussi pratiques qu’emblématiques de la petite enfance, mis à portée des mains exploratrices des plus jeunes lecteurs grâce à ce format tout cartonné.

0

Petit manuel pour aller au lit

La BD ça rime avec bébé, c’est pourquoi je vous présente aujourd’hui un livre tout cartonné où on sent très fortement l’influence de la bande dessinée… rien d’étonnant, puisqu’il est signé Anouk Ricard (http://anoukricard.blogspot.fr), scénariste et dessinatrice associée pour l’occasion à la journaliste Paule Battault. L’occasion étant : accompagner le coucher des petits… par un Petit manuel pour aller au lit, destiné aux grands bébés qui savent marcher & dormir dans un lit sans barreau :

petit manuel pour aller au lit battault ricard

Aucune étape de ce rituel quotidien ne passera à l’attrape…

  • la règle aka le top départ des parents : c’est l’heure !
  • direction la chambre
  • brossage de dents
  • lavage de mains
  • pipi-caca dans le pot
  • adieu les habits de jour & les chaussons
  • fermeture des volets
  • souhaiter bonne nuit à la terre entière
  • recevoir (et donner ?) moult bisous
  • l’histoire du soir
  • puis l’extinction des feux
  • et Zzzz Zzzz Zzzz Zzzz Zzzz
  • place aux rêves : « la  nuit, tout est permis » !

le tout avec humour et fantaisie, la question du dodo abordée avec enthousiasme et légèreté pour que les bébés lecteurs fassent fi de toute peur et gagnent en autonomie.

1

Une histoire qui…

L’incontournable histoire du soir, moment d’échange privilégié avec le bébé avant qu’il ne se laisse doucement envelopper dans les bras de Morphée… Tel est le point de départ — et d’arrivée — du très joli album de Gilles Bachelet qui vient de paraître au Seuil jeunesse : Une histoire qui… car … au fait… quelle histoire sera narrée ce soir ? par quel(s) parent(s) ? à quel(s) enfant(s) ? dans quel(s) espace(s), avec quel(s) compagnon(s), quelle(s) sensation(s) et émotion(s) ?

une-histoire-qui-giles-bachelet

Gilles Bachelet — auteur-illustrateur du génial Mon chat le plus bête du monde où le chat éponyme est représenté tout le long du livre par un énorme éléphant créant des situations ironiques à souhait —, propose, avec cet autre album destiné aux tout petits et à leurs parents, une variation poétique, animalière et fantastique d’une situation universelle : la lecture du soir d’un parent à son enfant au bord de l’endormissement ! D’une double page à l’autre, coup de baguette magique, pinceaux et traits verbaux, les protagonistes changent, pour incarner autant d’histoires qu’il y a de lecteurs et de soirées pour lire & écouter lire. 

Une maman très douce

Un bébé tout joufflu

Un doudou à moustaches…

… Une histoire qui pousse

dit la première double page, représentant, à ma gauche, une maman panda lisant à haute voix un livre à son bébé panda, qui, allongé dans son lit en bambou en compagnie de son doudou phoque, ouvre grand ses yeux et ses oreilles tandis que, sur ma droite, dans un pot de fleur asiatique, un livre ouvert au vent croît sur une tige solide et verte !

Et hop, en tournant la page procédons à une redistribution des cartes, avec un protagoniste qui joue aux chaises musicales : le doudou bien sûr ! Incroyable mais vrai : le phoque, de doudou, devient ainsi couple de lecteurs !

Un papa à moustaches

Un bébé bien au chaud

Un doudou au long bec…

… Une histoire qui fait fondre

Avec cette fois un papa phoque & son bébé non moins phoque, lové dans un landau igloo sur un mini bout d’iceberg avec une cigogne pour doudou, quand le livre lu déglace au grand air, lentement mais sûrement… Vous l’aurez compris : dans un autre espace-temps, la cigogne lit à son tour une histoire d’un genre complètement différent à un autre enfant…

En tout, douze tableaux drôles, tendres et originaux, de lecteurs, lectures & livres, que l’on découvre en suivant un fil rouge original & attachant : ce facétieux doudou lecteur qui fait office de tiers passeur…

  • jamais deux fois semblable : c’est bien connu, un doudou par enfant seulement ! et chaque doudou est unique, non ?? ^^
  • prenant vie d’un coup d’un seul, en passant du stade d’auditeur inerte à une phase d’activité forte : lire à haute voix ;
  • représentant avec beaucoup d’humour, à hauteur d’enfants, toute la famille de lecteurs !
  • sachant s’effacer pour confier à un autre le soin de raconter une nouvelle histoire, ailleurs, demain…

Jusqu’à ce qu’un douzième et dernier bébé ferme ses yeux, et le parent le livre, jusqu’à la prochaine lecture.

Une version onirique et délicieuse des mille & une nuits pour les tout petits, avec un art génial du tout petit détail signé Gilles Bachelet : une lecture complice qui réjouira parents & enfants, s’amusant à déceler citations, allusions et farces composant chaque scène, et à anticiper les suites & métamorphoses possibles de ce petit théâtre de la lecture du soir.

 

0

Les haïkus des tout-petits

Connaissez-vous les haïkus, cette forme poétique brève et fulgurante inventée au pays du soleil levant ? Essence du poème disant, que dis-je, fêtant, l’évanescence des éléments ! Pourquoi vous en parler aujourd’hui ? Parce qu’Alain Serres et Judith Gueyfier, avec la complicité et le soutien des éditions Rue du Monde, ont l’idée géniale de créer une série de ces minis concentrés de poèmes pour ces minis concentrés de lecteurs que sont les bébés lecteurs, pour qui tout n’est encore qu’évanescence : éternel présent fugace, poésie de l’instant et poème traversant tout/s le(s) temps !

les-haïkus-des-tout-petits-alain-serres

Les haïkus des tout-petits : une lecture de mots — signés Alain Serres, qui s’inspire de la forme poétique japonaise tout en la distanciant pour son plaisir… et le nôtre — et d’images — illustrations de Judith Gueyfier —, tendre et relevée, posant un regard interrogateur sur le monde et l’environnement du bébé. Cet ouvrage carré tout cartonné, facile à manipuler, détaille, en autant de tableaux qu’il y a de moments dans la journée du petit enfant, les émotions, étonnements et ravissements qui font le quotidien du tout petit et pourtant si grand poète : les haïkus du soleil ouvrent le bal, suivis des haïkus du verre, du savon aux fleurs, du pull rouge, des jouets rouges, de l’heure du repas, de la sieste, du parc, de la pomme, de l’eau, de l’assiette du soir, du livre, de la lune, de la lumière du soir et enfin du silence. Puis on referme le livre, pour l’ouvrir, un jour prochain, au chapitre de son choix.

Une poésie fine, profonde et largement abordable, fondamentalement destinée aux enfants de moins de 3 ans & à leur entourage adulte.


the-light-bulb-363064_640Pour vous aider à retrouver cette anthologie en médiathèque ou librairie, en voici les références complètes :

Les haïkus des tout-petits  [Texte imprimé] / Alain Serres ; illustrations Judith Gueyfier. – Paris : Rue du monde, 2016. – 1 vol. (68 p.) ; illustrations en couleur ; 16 x 16 cm.
ISBN 978-2-35504-410-6 : 16 EUR