0

Emilie Vast et les couleurs

Quand l’illustratrice, auteur et plasticienne Emilie Vast s’attelle à la question des couleurs aux éditions MeMo, collection Tout-petitsmemômes , voilà qui donne des petits bijoux de poésie à portée des tout-petits, à travers deux livres jumeaux, deux livres miroirs :

neige le blanc et les couleurs emilie vastocean le noir et les couleurs emilie vast

Neige, le blanc et les couleurs

Neige est une tourterelle que le bébé lecteur rencontre en plein hiver. Cette tourterelle, sur la terre ferme, fait chaque jour une découverte : le lundi, une vive baie rouge ; le mardi, une éclatante baie orange ; le mercredi, une lumineuse baie jaune… quand la semaine s’achève, notre tourterelle dispose de sept merveilles aux couleurs de l’arc-en-ciel ! Mais que peut-elle en faire ? La voici qui plante la baie rouge dans le sol, et tous les éléments environnants prennent la couleur rouge, c’est trop vif ; puis qui la déterre pour planter à s place la baie orange… c’est trop éclatant ; puis de même pour tenter la baie jaune, rien que la baie jaune… mais c’est trop lumineux… et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’oiseau ait la judicieuse idée de planter simultanément les baies de chaque couleur qu’elle a précieusement réunies ! Et voici que le paysage s’anime des mille couleurs du printemps… !

Océan, le noir et les couleurs

Sur le même principe, et avec les mêmes mots, voici l’aventure d’Océan, le cheval de mer vivant dans le noir des profondeurs. Ses découvertes quotidiennes à lui sont des perles… de différentes couleurs, exactement les mêmes que son alter ego Neige : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. Sept perles, sept teintes, sept filtres à travers lesquels mettre le monde en lumière… et la huitième merveille, l’éventail des couleurs au fonds des eaux quand l’hippocampe se met à enfouir dans le sable tous ses trésors à la fois !

Une paire d’albums complémentaire pour le plaisir des yeux, l’éveil des sens, la découverte des contrastes et des couleurs, l’attention à la nature, l’action des êtres vivants sur leur environnement et l’œuvre du temps. Un bonheur de lecture à partager avec les très jeunes enfants.

 

 

0

Un crocodile à la plage

Place aujourd’hui à un album qui sent bon l’été et les vacances au bord de l’eau :

Nageur comme fossile

de Natacha Andriamirado et Delphine Renon

En format paysage, portée par des illustrations pastel tendres, ludiques et d’une précision rare, voici l’histoire d’un fréquentant hors norme à la plage : ce crocodile, Fossile, qui, si, si, avec bonhomie et bienveillance, dans le sable et avec ses autres compagnons de jeux & bronzage prend racine. De toute sa longueur, et sans se départir, ni de ses lunettes, ni de ses tongs, ni de ses serviettes, il occupe le terrain sans mettre dans l’eau ni les pieds, ni les mains, ni rien. Lui, c’est le gardien. Le conseiller. Il est bien entouré, les auteurs de l’album nous ont présenté ses vingt-quatre amis dès la première double page : Gramme l’hippopotame, Clapin le lapin, Dandelion le lion… Avec un sourire sage, calme et (en apparence ?) tranquille, il les observe, les guide, les encourage à jouer, nager, s’amuser avec l’eau…

Mais son sourire se fend progressivement, jusqu’à ce que Fossile montre des dents… de peur s’entrechoquant : scoop !

Fossile a peur

d’aller dans l’eau.

Heureusement, Fossile a des amis… et sait les écouter :

Impossible !

Les crocodiles n’ont peur de rien !

Encore moins de l’eau !

Fossile, ne soit pas si inquiet […] Allez viens !

Crois-nous, ce n’est pas la mer à boire.

Ragaillardi, le voici qui plonge à son tour & à grand fracas, SPLASSSHHH ! dans l’eau, ouvrant une gueule béante pour dévoiler maintenant un sourire franc (son ami le poussin en profite d’ailleurs pour lui brosser une dent) ! Voilà, en toute simplicité, sa peur apprivoisée, et désormais, Fossile le crocodile aime beaucoup lézarder sur le sable ET nager dans l’eau.

Un livre très sympa, qui invite par ailleurs les jeunes lecteurs à nommer les animaux, à les compter grâce à un joli et discret système de points de couleurs et à repérer certaines des sempiternelles activités qui font tout le charme d’une journée à la plage : jeux d’anneau, jeux de balle, épuisette et coquillages.

0

Sur le chemin avec ton doigt

Chouette, un nouveau cartonné tactile au titre entraînant — 1,2,3 partons ! Sur le chemin avec ton doigt — brillamment conçu aux éditions Hélium par Delphine Chedru… livre en relief dont le(s) petit(s) doigt(s) jouent le rôle de l’acteur principal :

Prêt pour l’aventure ? 

Alors place ton doigt sur le chemin…

1,2,3, partons !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Delphine Chedru propose tout un voyage au bébé lecteur & manipulateur : en route, tout-petit touche-à-tout ! De son doigt l’enfant suit le sentier tracé et incurvé, traversant, à chaque double page, un nouveau décor, un nouveau paysage :

Promène-toi dans les bois… (le chemin serpente)

Envole-toi dans les airs… (l’itinéraire forme des boucles bleues comme le ciel… et de haute voltige avec l’oiseau) 

Navigue sur les flots (de vagues en vagues… d’un dense bleu, à bord d’un voilier) 

Et fais le tour de la terre (l’avion rouge trace un sillon vert)

[…]

Saute comme un kangourou (le chemin se fracture en pointillés pour accueillir tes sauts)

[…] Sautille avec le moineau (petits sauts, petits points)

Tourbillonne dans un sens… puis dans l’autre (avec madame l’abeille)

(et hop telle un ballon rond), 1,2,3 élance-toi… (sur une planche)… Rebondis… (sur nos amis les petits points) et saute à pieds joints sur le mot-rond : « FIN ! »

Ou comment explorer le monde et la motricité à partir de la vue et du toucher ! Un livre-jeu (ton premier jeu de rôle qui sait ?) alliant dynamisme et sobriété, à mettre entre les mains des plus jeunes bambins.

0

Tous les câlins du monde

Tous les câlins du monde (bien évidemment publié aux éditions Rue du monde) : voici un titre de livre bien alléchant pour les tout petits enfants et leurs parents…

tous-les-calins-du-monde-manuela-monari-evelyn-daviddi

A l’occasion d’une balade forestière, Manuela Monari et Evelyn Daviddi racontent comment Papa Ours et Petit Ours voient le monde… un univers d’amour et de tendresse, vu à travers les yeux émerveillés d’un marmot confiant et heureux :

– Regarde, Papa ! Des nuages embrassent la montagne. Et là, les fleurs se serrent fort autour de leur cœur. Tout semble tenir comme collé par du miel !
– Tu sais, Petit Ours, dans l’univers, tout se fait des câlins ! Des poussières et des gaz forment ainsi des étoiles… C’est en s’étreignant très fort que l’air, le feu, l’eau et la terre fabriquent la vie sur notre planète. La mer nous berce dans une vague douce qui nous enveloppe. Le soleil vibrant embrasse la nuit. Et, un peu plus tard, ce sera au tour de l’obscurité d’embrasser la lune.

Ce n’est pas tout ! La verve de Papa Ours s’envole ensuite vers les flocons de neige, le givre, le vent, les nuages, le ciel, la sève, les feuilles, les branches, les nids, les oiseaux, les abeilles, les fleurs… et bien sûr, la douceur du miel :

Tout comme nos pensées embrassent nos rêves pour devenir des idées nouvelles et changer le monde.

Le dialogue filial s’achevant, bien évidemment, sur l’évocation des câlins parents-enfants… et de ceux entre parents qui donnent naissance à tous ces enfants !

Un livre-caresses entre contemplation, imagination et affabulations, servi par des illustrations douces et éternelles.

1

Le doudou des bois

Un récit presque initiatique qui sent bon l’air vif de la forêt et l’amour tendre des petits lutins : Angélique Villeneuve et Amélie Videlo signent aux éditions Sarbacane, avec Le doudou des bois, un très bel album à lire dès l’acheminement vers la fin de la petite enfance… et l’entrée dans l’ère de l’enfance, la cour des grands.

doudou-des-bois-angelique-villeneuve-amelie-videlo

On suit les pas d’une bambinette, Georgette, partie se promener dans les bois, (il était) une fois. Georgette, en pleine nature, nage dans le bonheur de l’éveil des sens — l’odorat pour elle, la vue pour nous, embarqués par les sublimes illustrations. Georgette partage ses découvertes avec son doudou lapin, avec qui elle pique un petit somme, avant de repartir de plus belle… Mais quand vient le soir et le coucher dans son lit, aïe aïe aïe quel oubli ! solitude et chagrin, le doudou gris est resté là-bas dans les feuillages.

Alors Georgette, dès le lendemain, part en quête du doudou perdu… sans succès aucun, hélas, il a disparu. Mais, dixit l’auteur :

Georgette est une petite personne très courageuse.
Elle s’est appuyée contre un arbre et a décidé qu’ici, dans ces bois, elle dénicherait sans tarder un doudou bien à elle, très doux, qui sentirait comme l’autre, peut-être même meilleur. L’odeur du dodo, l’odeur du dehors.

Devinez-vous quel sera ce nouveau doudou ? Georgette renifle, touche, pour mieux établir son choix : une feuille ? une châtaigne ? une flaque ? …

Enfin, Georgette trouve LE candidat : gris, tiède, doux… et définitivement vivant. Oui, surprise ! Le doudou de Georgette à présent, c’est un (vrai de vrai) jeune loup… compagnon à quatre pattes en devenir avec qui vivre mille nouvelles aventures !

0

Nuage

Lumière aujourd’hui sur un album, une fois n’est pas coutume, hongrois, signé Diána Nagy, aux éditions MeMo :

nuage-diana-nagy

Et c’est l’histoire… d’un tout jeune nuage, sobrement prénommé Nuage. Le saviez-vous ? Les nuages descendent parfois la nuit, près du lac, pour se reposer à la fraîcheur de l’eau et admirer les nénuphars. Pour Nuage, c’est la première fois… et le voici tellement enthousiaste, tellement affairé par ses mille et unes découvertes qu’il en oublie de remonter au ciel avec le reste de sa tribu avant le lever du soleil — l’ennemi n°1 des nuages, celui qui a juré leur fin !

Aïe aïe aie… Fort heureusement, Nuage, en copinant avec les éléments de la nature environnants, animaux notamment, trouve de précieux alliés pour l’aider dans son ascension :

  • les libellules, les abeilles et papillons, battent des ailes pour l’élever dans les airs
  • les fourmis messagères cherchent d’autres candidats (hérissons, écureuils) pour lui prêter main forte
  • tandis que les grands nuages, tout là-haut, tentent de cacher le soleil…
  • jusqu’à que le vent emporte Nuage… vers sa maman.

Un premier récit original, solidaire et sensible, ode à la nature vécue par un tout-petit, entre joie et larmes, bonheurs de la découverte et angoisses de la séparation et de l’inconnu. Les illustrations, très graphiques, déclinant un bleu de plus en plus lumineux et ne craignant ni la superposition des éléments ni l’expression du mouvement, renouvellent le genre de la fiction pour enfant, qui vient insuffler un vent de… fraîcheur pour les bébés lecteurs.

0

Coquille

Lumière sur un joli album photo filant la métaphore de la naissance et de la découverte du monde par un nouveau-né : c’est l’histoire, signée Isabelle Gil, de Coquille, un poussin tout juste sorti de l’œuf qui se lance d’emblée dans l’exploration de son environnement et effectue ses premières rencontres avec son entourage…coquille-isabelle-gil.png

Coquille, le personnage éponyme, est une petite peluche de poussin photographiée dans la nature, à qui l’auteur et le lecteur s’adressent d’abord :

Ce matin, Coquille est né.

Bonjour Coquille !

… suivis de toute une bande d’animaux (une grenouille, un oiseau, un chien, un lapin) qui l’encouragent et le guident dans ses premiers pas et vols en mode tout terrain : dans l’eau, à travers champs, fleurs et herbes hautes, dans la forêt en haut d’un arbre ou au sol sur des branches sèches… tout un itinéraire pour un petit poussin dont tout le monde attendait la venue impatiemment… et qui, pour signifier à son tour sa joie d’être accueilli ainsi en fête et trompette, se lance dans ses premiers mots :

Coin coin !!