0

Une journée à jouer

Une nouveauté sympa chez Marcel & Joachim : Une belle journée, de Flora Gressard, avec des photographies signées Stéphane Gaudot.

Le principe est simple, efficace, structuré et structurant : décrire et dérouler la journée d’un jeune enfant à travers de petites mises en scène de ses jouets. Partir de ce qui est familier au bébé, pour rythmer son quotidien.

Chaque moment de la journée fait l’objet d’une double-page : le petit- déjeuner, une séance de jeu (en l’occurrence le spectacle… en route vers l’abstraction), le déjeuner, la sieste, la fête d’anniversaire chez le copain ou la copine, le bain, le dîner, le coucher.

  • Pour chacun de ces moments, un fonds de couleur uni : jaune (réveil soleil), puis bleu (théâtre), orange (miam), gris (repos), rouge (festif), bleu (aquatique), violet (miam), noir (nuit) ;
  • Pour chacun de ces moments, l’assemblage de jouets pour enfants de diverses marques, le tout pris en photos pour incarner ce moment ;
  • Pour chacun de ces mots, une petite bulle de texte, phylactère de bande dessinée, s’adressant au jeune lecteur pour traduire en mots ce qui est représenté par la photo, et l’inviter à jouer, à interagir avec l’image : ce que l’enfant préfère manger, lui proposer de compter les jouets au lieu des moutons pour tomber dans les bras de Morphée, de repérer les couleurs, les différences, etc.

A n’en pas douter, le bébé lecteur jouera d’ailleurs aussi à repérer lesquels des jouets figurant dans ce livre il connaît…

Quelques extraits ici pour vous faire une idée : http://www.marceletjoachim.fr/catalogue/#/une-belle-journee/ !

Publicités
0

Mon enfant de la Terre

Dors mon enfant et ne tremble pas,

ce n’est que le feu qui crépite sous le plat.

Comme toi, en Afrique, le bébé tête,

blotti dans son écharpe, le sein de sa mère.

Ainsi s’ouvre Mon enfant de la Terre, de France Quatromme, conteuse, et Sandrine Boniniaux, illustratrice, aux éditions des éléphants : un livre-berceuse, où chaque double-page décrit, par le verbe et par l’image, la mise au lit de bébés du monde entier, les différences, les ressemblances et, fondamentalement, l’appartenance commune des tout-petits à la même planète.

IMG_0079.PNG

L’entame est toujours la même, rythmant la lecture de ce carnet de voyage : « dors mon enfant et ne tremble pas », énoncé qui met en confiance le jeune enfant. Un tour du monde tout en douceur, qui se clôt ainsi :

Dors mon enfant et ne tremble pas,

Ce n’est que le murmure de nos rêves.

Comme toi, le monde entier s’endort

à la musique de la vie qui va !

Dors, dors mon enfant de la Terre.

Dors, dors et ne tremble pas.

0

A quoi rêves-tu bébé ?

A quoi rêves-tu bébé ? Telle est la question que pose l’artiste chinois He Zhihong dans son album en papier qui porte ce titre, publié aux éditions du Seuil.

IMG_0077

Avec la technique de la peinture sur soie, He Zhihong spécule sur ce qui anime le sommeil des tout-petits enfants qu’il met en scène, projetant en ces bébés de tout horizon les aspirations éternelles, probablement même originelles, des plus grands : nager dans l’océan, voler dans le ciel, améliorer le monde…

Un album doux et onirique, un brin utopiste, à lire comme une comptine, le soir, pour se bercer et continuer de rêver dans les bras de Morphée.

 

1

Oh dodo !

Au dodo… oui, mais en musique svp, pour mieux dormir et rêver ! Tel est le programme annoncé d’Oh ! dodo, le nouveau titre d’éveil musical paru dans la collection Les bébés braques, après Oh les pieds et Oh les mains pour bouger son corps dans la journée… il était temps en effet, à l’heure de se coucher, de se reposer, non sans être bercé :

oh-dodo-bebes-braques

Le concept transmédia [texte, image, son et vidéo] n’a pas changé : 1 livre tout cartonné comprenant 10 chansons (standards mais aussi découvertes), textes et illustrations mais aussi…

  • 1 CD de 10 titres, pour écouter les mélodies et les chants, avec Jacques Haurogné au chant, Maud Legrand aux dessins, Olivier Delevingne à la réalisation ;
  • 1 playlist youtube , complément visuel ici tout doux, tout doux (très belles animations… donnant vie aux illustrations !)… Petit exemple :
  • et 1 application, « Oh ! les braques », reliant le livre aux vidéos par l’entremise de votre téléphone intelligent, tablette, etc.

En bref, une ressource riche pour envelopper de musiques la mise au lit des tout-petits !

0

Bonjour, les animaux

Une bonne nouvelle pour les amoureux de la nature, Anne Crausaz est de retour dans la BBthèque avec un nouvel album, encore et toujours de toute beauté, aux éditions MeMo, collection Tout-petits memômes :

bonjour, les animaux

bonjour les animaux anne crausaz.jpg

Un livre de format carré et grand (idée de génie pour les sublimes illustrations… jeux de cadrages et effet grandeur nature saisissant !) donnant la parole à un jeune enfant vivement intéressé par les animaux qui l’environnent : ces bêtes plus ou moins familières font ici individuellement, page après page, l’objet d’un portrait et d’un dialogue avec le tout-petit narrateur et donc le tout petit lecteur…

Le point de départ de cette promenade animale :

  • dès le saut du lit, à la maison, les animaux de compagnie :
    • « bonjour, mon chat » qui mi-assoupi ouvre un œil tout en agrippant une pelote de laine
    • « au revoir mon chien », déjà debout, prêt à suivre son maître, « aujourd’hui, je ne peux pas t’emmener »
  • la rue et sa peuplade coutumière :
    • « pas le temps de m’arrêter, les pigeons. je vais au zoo ! »
    • idem pour le moineau
  • le zoo et ses animaux sauvages… mais ici jamais représentés en cage :
    • « bonjour les canards » 
    • « bonjour, l’autruche »
    • … les chimpanzés !
    • le porc-épic… pas très avenant…
    • le crocodile… souriant à pleines dents ?
    • la panthère… un gros chat ?
    • la lionne et son bonhomme, les rois des rois
    • les ibis, rouges et blancs, si élégants
    • le renard… et son timide petit
  • puis de rechef, la rue : les pigeons et le moineau, toujours au rendez-vous, ainsi que les fourmis !
  • retour enfin à la maison dans la soirée, retrouvailles avec chien et chat.

Quelle aventure enthousiasmante ! L’enfant fait fi de toute peur, liant naturellement le connu et l’inconnu, et passant de l’un à l’autre sans aucun souci. Chaque rencontre se traduit, dans l’album, par une image, les dessins illustrant ici le point de vue de l’enfant, et un bref commentaire, le détail le plus marquant toujours aux yeux de l’enfant. Au-delà, le tout-petit s’adresse aux animaux : il les salue — bonjour —, les observe et avec empathie les questionne — « bébé renard as-tu peur ? moi aussi quelquefois » — s’identifiant de-ci de-là à ces êtres qui partagent nombre de nos préoccupations : se lever, se déplacer, se cacher, sourire, râler… manger… et, mais c’est bien sûr… dormir, après une journée si remplie !

Or… donc… à l’heure du coucher… que de nouveaux camarades à qui souhaiter la bonne nuit… L’énumération est longue… ! Engendrant des jeux de répétition idéals pour une lecture du soir. Et comme toute bonne histoire a une fin, le narrateur de conclure : … « bonne nuit, les animaux… bonne nuit, tout le monde ». Chut… zzzzz…. le livre se referme sur cette journée exceptionnelle. Et vous savez quoi ? Il suffira d’ouvrir ce livre, une prochaine fois, pour revivre cette folle journée !

Des extraits à découvrir en ligne ici : http://www.editions-memo.fr/bonjour-les-animaux !

 

0

Imagiers photos animaux

Aux éditions Chocolat ! Jeunesse (si si si, c’est le nom de cette maison d’édition), il existe une série d’imagiers photos très sympa mettant en scène nos amis les animaux dans leur quotidien… finalement assez proche de celui des petits et grands humains !

L’idée de ces tout-cartonnés format carré, c’est de mettre en lumière les caractéristiques de la vie animale via le média photo, grâce à de belles prises de vue, captant des scènes de vie tour à tour familières, étonnantes, amusantes, émouvantes… Ici, les mots sont de trop : place à l’image, capture de la réalité — les seuls éléments de langage : le titre qui décline sobrement et efficacement le thème de la galerie de portraits, et, toujours sur un bandeau noir cadrant la photo, le nom de l’animal représenté !

En bref, une sortie livresque au zoo à petit prix (6,9 €) et au plus proche des préoccupations des tout-petits.

3

Quand un enfant s’endort…

Ceci n’est pas un album, mais un livre à trous. Ceci n’est pas un livre (à trous) mais une affiche ! Ceci est… une publication hybride, solide, modulable, transformable… le tout pour servir un propos poétique et évanescent : les rêves des tout petits enfants ! Un ouvrage beau et original, sobrement intitulé Quand un enfant s’endort, cosigné Malika Doray et Annelore Parot au Seuil Jeunesse. 

quand un enfant s endort malika doray annelore parot.jpg

Dans cette histoire si onirique à lire et relire le soir, scoop, perché sur un arbre… un enfant (trop mignon) s’endort… et quand il s’endort… suspens… qu’advient-il ? Tournons la page : « quand un enfant s’endort… un petit rêve apparaît » ! Oui, sur la gauche à la cîme de l’arbre, l’enfant dort (ce n’est pas le cas de tout le monde alentour…), et sur la droite, le livre ménage une ouverture révélant l’objet de ce petit rêve : un chat !

« Quand un deuxième enfant s’endort… son rêve ne tarde pas à arriver ». Un autre petit dormeur ! Un autre rêve… Un drôle d’éléphant ?

« Quand un troisième enfant s’endort… son rêve pointe le bout de son nez… » Oh… une fusée !!

Peu à peu l’arbre du sommeil et de la vie se peuple d’enfants endormis, de doudous et bêtes bienveillantes à cette heure avancée plus ou moins vaillantes, tandis que, sur la page de droite, sont révélés des bouts de chacun de leurs rêves les plus fous ! Car finalement « quand tous les enfants sont endormis, tous les rêves sont réunis »… (non ?). Ce qui est sûr et certain, c’est que… « quand tous les enfants sont endormis… tout un monde entre en vie ! ». Cette leçon vaut bien un poster de rêves et rêveurs, sans doute !

Un album doux, aux couleurs de la nuit et de la vie, pour aborder sereinement le coucher à l’approche de la nuit. Un livre-comptine à dérouler et narrer comme une comptine, pour conter et compter, avec le(s) bébé(s), les rêveurs autant que les rêves, et apprendre à compter sur eux pour dormir sur nos deux oreilles et faire le plein de merveilles. Une ode tranquille aux imaginaires féconds des tout-petits enfants, jusque dans leur inconscient.