0

La BBthèque chez soi… 1001 coloriages… et + encore

L’éveil musical de la semaine dernière vous a plu ? Cette semaine la BBthèque poursuit sa sélection de ressources à portée de clics pour les plus jeunes, pour s’associer à l’effort collectif et diversifier les plaisirs des petits et grands dans cette période de confinement : sus aux coloriages et aux leçons de dessins ! Psssst : on me chuchote à l’oreille qu’il paraît que ce sont là des activités également très bénéfiques pour les parents 😉

Apprentis coloristes, coloriages d’artistes

« Permis de colorier » ! nous dit Carole Chaix : ses dessins suivants circulent sur les réseaux sociaux et font l’effet d’un bol d’air, un grand bravo et merci à elle !

L’image contient peut-être : dessin

L’image contient peut-être : dessin

La BBthèque invite aussi les jeunes enfants à voyager au pays des dragons en mettant en couleurs ce carnet d’artiste de Lucie Vandevelde (@lucie.vandevelde.illus sur facebook), ou encore à devenir les 1001 coloristes de Benjamin Chaud, Camille Jourdy, Peggy Nille (merci à la librairie Récréalivres pour le partage d’infos !) ou encore Elise Gravel qui publient en ligne sur leurs pages facebook respectives ou sur leurs sites web ces jours-ci des illustrations à colorier (pour y accéder, cliquer sur les noms de ces artistes ci-dessus).

Vous pouvez vous régaler aussi, si vous n’avez pas ces ouvrages superbes chez vous, avec les pages de couverture reproduites ci-dessous des drôles de coloriage d’Adrienne Barman et de Dominika Lipniewska (avec quelques autres extraits publiés par l’éditeur La Joie de lire en cliquant sur chaque image ci-dessous !)

Les sites des éditeurs jeunesse proposent également en ligne une série de coloriages d’artistes à portée de clic : c’est le cas notamment des éditions L’Ecole des loisirs (rubrique « l’école des loisirs à la maison » pour accéder aux activités du jour… exemple ce vendredi 20 mars c’était une journée avec Claude Ponti ! coloriages de poussins garantis), La Joie de lire (rubrique Friandises), Benjamins Media (rubrique Goodises), Didier jeunesse (rubrique Bonus), Mijade (rubrique le monde de Mijade – coloriages, mention spéciale pour l’albums de coloriage à télécharger ci-dessous).

https://www.mijade.be/jeunesse/images/pg_telechargements/zebre-coloriage.pdf

https://www.mijade.be/jeunesse/news/Coloriage/

Colorier et créer : ce patrimoine à inventer !

La Bibliothèque nationale de France répertorie, en outre, rien de moins qu’un catalogue de dessins à colorier ! Quand l’activité coloriage rencontre le bagage du patrimoine… munis de nos crayons, pénétrons pas à pas dans la caverne d’Ali Baba : les coloriages de Gallica, accessibles en cliquant ici. Les 1001 dessins que contient cette malle aux trésors sont classés par thèmes : abécédaires, animaux, cirque, contes, imagiers, jeux, moyens de transport, paysages, plantes…

D’un côté les œuvres du passé à colorier / coloriser, de l’autre les œuvres à créer aujourd’hui et demain : au-delà du coloriage, libérer votre créativité… :

  • En pratiquant de l’anticoloriage ! C’est l’idée créative, inspirée par des pédagogies alternatives promouvant le dessin libre, que développe Madeleine Deny dans son excellent blog ludique Si tu veux jouer. Anticoloriage, façon Madeleine Deny, mode d’emploi (images à découvrir en découvrant sur le titre de son blog ci-dessus) : Gribouiller une feuille dans toutes les directions / Quand la feuille est remplie de tracés de l’enfant, l’observer dans le but de découvrir des formes réalistes/ les souligner/ les colorier (c’est ici que le coloriage revient). Une activité qui combine motricité fine et imagination dès le plus jeune âge…
  • Et monter avec vos enfants une exposition chez vous, ça vous dit ? Avec un petit coup de pouce d’Hervé Tullet ? Alors rendez-vous le site web de L’exposition idéale : www.lexpoideale.com, où Hervé Tullet partage ses inspirations, réflexions, processus et techniques de création : une websérie, des ateliers vidéos, des exemples de réalisation… tout pour constituer avec l’artiste sa propre exposition et contribuer à la construction collaborative d’une grande exposition idéale qui serait celle du plus grand nombre d’artistes en herbe !

Expo idéale - Hervé Tullet

A vos crayons, feutres, stylos, pinceaux… et plus encore !

0

Revisitons la ville !

Vous êtes en ville et il fait peut-être gris, météo courante quand vient l’automne… Pourquoi ne pas en profiter pour changer le regard sur votre environnement, voire le magnifier avec vos jeunes enfants ? Les éditions Le Diplodocus éditent un livre de Tineke Meirink intitulé Dans la ville, qui s’amuse à revisiter, land art on te retrouve, le paysage urbain :

Dans ce guide touristique livre d’éveil artistique, la patrimoine citadin est source d’inspiration pour toutes formes d’expressions plastiques, participant à l’éveil et à la créativité du jeune enfant : observer le réel, projeter le fruit de son imagination, orchestrer la rencontre de l’objectif et du subjectif, inviter à la création. Une page invite ainsi le bébé lecteur à découvrir une photographie prise en ville, tandis que la page suivante lui présente, par un effet de surprises, l’image altérée, enrichie, détournée, par ce que l’auteur artiste y a mis en plus… L’enfant peut jouer au jeu des X différences, tandis que l’adulte pioche une quantité d’idées pour faire revisiter aux enfants leur environnement.

Trêve de mots, place aux images et bonne promenade !

1

Dessiner le monde avec 6 formes

1 gabarit de 3 x 2 = 6 formes et le monde s’ouvre à toi : voici en substance et en pratique ce que Bastien Contraire dit et montre au bébé lecteur dans son livre d’éveil artistique Bleu sourire, paru aux éditions du Centre Pompidou :

bleu sourire bastien contraire.jpg

La page de couverture ainsi que la quatrième de couverture sont des pages toute cartonnée à trous, pour permettre au jeune lecteur d’explorer, y compris avec les doigts, ces trois-fois-deux-font-six formes originelles/originales & monochromes (rose, rouge, bleu, vert, jaune et encore rose) :

  • au recto : un rond, un arc & un demi-ovale
  • au verso : un chapeau, un triangle et deux ronds superposés

que l’ouvrage, tout cartonné, va décliner, comme un imagier improvisé, un imagier à continuer.

« Qu’est-ce que c’est ? » Ce que l’auteur-artiste veut, ce que le bébé lecteur voit, ce que le bébé lecteur dessine et représente à son tour ! Par exemple, un rond peut se faire soleil, montgolfière, glace, fleur, pomme, planète, tête ou ballon ! La forme de l’arc, quant à elle, servir de point de départ au dessin d’un pont, d’un pantalon, d’un éléphant, d’une route, d’un serpent, d’une coquillette ou encore d’un arc-en-ciel…

De double-pages en double-pages, les images ainsi constituées à partir des gabarits ou pochoirs regorgent de couleurs et sont accompagnées du lexique adéquat : une image = un mot. En outre, chaque double-page propose ainsi une scène plus ou moins cohérente (image A + image B + image C…), plus ou moins farfelue (B et C se correspondent oui, mais A, que vient-il faire là ?), mettant des objets ou êtres vivants en résonance les uns avec les autres, et invitant l’enfant à reconnaître les figures, leurs significations mais aussi les formes à partir desquelles elles ont été créées.

Ou comment passer de la forme élémentaire aux formes complexes, comment représenter le monde qui nous entoure… et faire fonctionner à plein tube notre imagination. A partir d’une figure unique, créer le multiple, se jouer des répétitions et des variations. Un livre d’activité riche et élaboré, pour les vacances d’été et puis aussi tout le long de l’année.

 

0

Maman ?!

Dans la BBthèque, vous avez déjà eu l’occasion de découvrir un pan d’univers de l’illustratrice Elis Wilk quand elle s’adresse à une famille naissante, à des tout-petits grandissant. Aujourd’hui, j’ai le grand plaisir de vous présenter un nouveau titre écrit et illustré par Elis Wilk, aux éditions belges Versant Sud dont c’est la première publication à destination des bébés lecteurs… véritable coup de cœur ici :

maman !? d’elis wilk

Un très jeune enfant, blondinet en pyjama rouge, et au très joli prénom… Zéphyr… dessine, déjà, en toute autonomie, sur une feuille blanche, elle-même posée sur un tapis multicolore dans une pièce où figurent deçà-delà quelques uns de ses jouets et objets du quotidien : son biberon, à l’instant terminé, une peluche, une casquette, une chaise d’enfant, un ballon, un livre…

Tout à coup, Zéphyr dit : maman ?!

oui mon petit chat !

Et c’est ainsi que, le cadre posé, démarre un dialogue et un jeu de représentations tout en amours et imagination : quand Zéphyr appelle sa maman, sa maman lui répond « oui », complète sa réplique d’un mot tout doux le décrivant, et l’illustration l’accompagnant ne représente non pas la maman, mais l’enfant littéralement devenu ce mot tout doux : voici Zéphyr transformé, pour commencer, en petit chat ! Le bébé, encouragé et guidé par la voix maternelle, quitte le tapis et avance lentement à quatre pattes tout en continuant d’héler sa mère, avec un peu plus d’insistance : « maamaan ?! » … « Oui mon petit escargot ! »  Voici Zéphyr métamorphosé en escargot !

De double page en double page, l’enfant progresse dans sa promenade, à quatre pattes puis debout, du tapis à la table en passant par le petit coin, toujours interpellant sa maman, qui, continuellement disponible, lui répond toujours par l’affirmative tout en l’affabulant d’autres noms d’animaux… raccords avec son itinéraire, pour enfin atteindre les jambes de l’interpellée, elle-même en train de dessiner, attablée :

maman !

oui mon bébé d’amour !

Elle le prend dans ses bras, les voici tous deux représentés pour la première fois ensemble, souriants ; l’enfant, qui a conservé quelques traces sur son visage de ses incarnations successives et éphémères, tient le pinceau de la maman entre ses doigts, prêt à lui rendre affectueusement la pareille… quand tout à coup le voilà qui s’écrie, non pas « maman » mais…

caca !

Zéphyr, au terme de son périple, est ainsi devenu un grand, capable de savoir quand il a fait, va faire ou non… caca. Alors la maman ne le dit pas à haute voix, mais dessine, délicatement, un enfant-putois.

OR DONC...

  • Une émouvante et éclatante lecture-promenade sur l’amour filial, centré sur la relation mère-enfant, et réciproquement… au menu, convergence et en même temps différences de point de vue… dépeintes avec autant d’humour que de caresses ;
  • Un accompagnement, sobre et fin, à l’autonomie du jeune enfant ;
  • Une mise en scène, délicate et sans cesse renouvelée, de de la création et de la créativité, de la naissance jusqu’à l’âge adulte, l’une et l’autre se nourrissant mutuellement.

Nota bene : ce livre a été réalisé lors d’une résidence de création à Valuéjols dans le Cantal, avec le soutien du Centre National du Livre, le Conseil Départemental & la Médiathèque Départementale du Cantal ainsi que la municipalité de Valuéjols. Merci à eux aussi pour cette belle initiative.

0

Trio

Lumière sur une toute nouvelle maison d’édition jeunesse, Dyozol, qui parmi ses trois titres de lancement, publie ce livre formidable délivrant aux très jeunes enfants un message de tolérance tout en éveillant les tout-petits à la géométrie :

TRIO d’un trio d’auteurs :

Franck Bruneau, Ambrogrio Sarfati et Camille Tartakowsky !

Un tout cartonné, petit mais dense format carré, qui, graphiquement et verbalement, met en formes l’environnement du bébé lecteur :

Il était une fois une contrée appelée l’Hexagone [et hop, représentation sur la gauche non pas de la France mais d’un hexagone].

Un jour, monsieur et madame Pythagore sont venus y habiter [et y mettre au monde leur bébé… triangle].

Ce bébé d’apparence triangulaire s’appelle Trio ; sorti de son cocon familial à trois sommets, il va découvrir que l’univers comporte aussi d’autres côtés… des bons… des mauvais ; et, avec son regard neuf et sa grande créativité, il s’attelle tout naturellement à construire le monde dans lequel il veut pouvoir évoluer. A l’école en effet, rendez-vous numéro un de la sociabilité, il cohabite avec d’autres enfants d’origines et formes aussi simples que la sienne, mais pas moins différentes : des ronds (beaucoup de ronds) et des carrés… Que d’heureuses et amusantes combinaisons cette diversité permet : quand Cyclo monte sur Trio, les deux zozos forment les deux éléments d’un toboggan ; quand Trio monte sur Cyclo lui-même porté par Carro, voici le trio transformé en équilibriste ! Mais, vivre ensemble oblige, les conflits prennent parfois le dessus sur les moments de partage constructifs et positifs… En cas d’attaque, Trio sait se défendre physiquement, grâce à ses angles… tandis que l’un de ses camarades, Rondo, en retour, s’oppose à lui par ses idées auto-centrées, utilisant les mots pour monter une communauté contre une autre :

On n’a pas besoin des triangles et des carrés dans la contrée aux six côtés !

Ce à quoi Trio répond dans un premier temps par la meilleure des armes : il réfléchit ! … puis il formule à haute voix, et en images, démonstration iconique et verbale, le fruit de sa méditation : non seulement, géométriquement, triangles et carrés peuvent habiter/constituer ensemble l’hexagone sans le déformer, mais c’est en s’assemblant les uns les autres de mille et une façons qu’ils déclinent toute la richesse de la vie se tramant au quotidien dans la contrée aux six côtés : une glace, c’est un cône avec des boules de sorbets, une montagne : des sommets approchant l’astre solaire… En s’assemblant, les formes simples donnent lieu à des formes complexes, le rejet et la destruction laissent place à autant d’entreprises créatives et constructives : de quoi occuper et réconcilier le trio de formes avant la fin de la récré !

Une remarquable illustration des bénéfices d’une approche constructiviste de l’apprentissage : c’est l’activité du sujet qui permet la construction de la représentation de la réalité qui l’entoure… Ainsi graphiquement mais aussi verbalement, c’est par la pensée suivie de l’action, en l’occurrence collective, que le trio d’amis dépasse dans cet album la représentation abstraite de formes isolées ou de combinaisons de formes élémentaires, pour aller vers la représentation d’un monde figuratif plus riche et fécond − un cône glacé, une montagne et tant d’autres paysages… dans lesquels chaque sujet, chaque personnage, trouve d’autant plus sa place qu’il l’a cherchée, qu’il a participé à son élaboration. La technique illustrative du papier découpé, adoptée dans cet album, concourt au même objectif : inviter les bébés lecteurs à devenir à leur tour des bébés constructeurs — par le découpage, l’assemblage, le collage —  de leurs propres dess(e)ins. Avis aux collectivités et librairies notamment : les éditeurs ont d’ailleurs conçu, autour de Trio, un atelier d’inspiration montessorienne qui s’appuie sur une valise de formes géométriques en volumes en vue de développer auprès des 0-3 ans l’appréhension de l’espace par la manipulation, la création et le langage.

Quelques images et informations supplémentaires sur le site de l’éditeur ainsi que sur leur page facebook !