0

Chien, chat & fables d’enfants

Il y a les fables de La Fontaine qui mettent en scène des animaux, et il y a la faculté universelle des enfants, dès le plus jeune âge, à fabuler sur tout et n’importe quoi, à commencer par les animaux qui accompagnent leur quotidien : chats et chiens. La chronique du jour dans la BBthèque réunit deux livres qui font la part belle à l’imagination hors norme des petits marmots sur ces compagnons bestiaux :

Kiki en promenade

Kiki en promenade est un ovni d’une esthétique rare, avec des illustrations à base de papiers découpés. Kiki c’est un chien, que son maître, Julien, emmène en promenade. Le maître devant, le chien derrière, tenu en laisse. Mais ce que le maître ne sait pas, ce que le maître ne voit pas, c’est que tout du long de cette promenade qui semble de prime abord (et peut-être est-ce le cas au final) inscrite et figée dans le le train-train quotidien, Kiki le chien, un poil abattu, vit milles et une aventures improbables auxquelles il survit, grâce à une chaîne incroyable de métamorphoses-événements. Kiki est attrapé par un aigle… si bien que Julien promène désormais un aigle ; lui-même attaqué par un tigre, si bien que Julien promène à présent un tigre ; lui-même transfiguré en chauve-souris quand les pas des promeneurs les mènent en un recoin sombre ; elle-même convoitée par un renard, que promène à son tour un Julien qui ne se doute toujours de rien ; lui-même transformé en pieuvre quand les promeneurs mettent les pieds à l’eau ; etc. jusqu’à ce que la forme originelle de Kiki, le chien, ne s’intéresse à ce qui n’est pas lui et reprenne ainsi sa place à lui, derrière son maître : ça tombe bien, la promenade est finie !

L’ordinaire se trouve ainsi enrichi d’une dimension extraordinaire, qui se déploie grâce au processus d’accumulation, aux effets de surprise générés, et au suspens de cette partie de cache-cache à rebondissements qui se joue entre l’animal en laisse et le bébé lecteur d’une part, le maître d’autre part. Un album comique qui illustre à merveille les ressorts de l’imagination.

Marcel super chat

Voici la version féline des affabulations enfantines, où la parole de l’enfant construit littéralement un mythe autour de son chat… devenu Super Chat.

– Dis, ça te dirait de venir chez moi ? Je te présenterai Marcel, mon chat.

– Un chat ? Bof ! … J’en ai déjà un chez moi.

– Oui, mais… sûrement pas comme Marcel ! Lui est EX-CEP-TION-NEL !

La conversation entre deux enfants se focalise ainsi sur le chat du narrateur, qui d’après ce dernier n’est rien de moins qu’un super héros à griffes et moustaches. Et l’enfant de le prouver en narrant tous les exploits, ordinaires et extraordinaires, comme guider une personne âgée, être un as en mécanique, décoller comme une fusée, et puis au final rien de moins que sauver toute l’humanité. Bon et après toutes ces activités, le super chat, il rentre chez lui. Manger sa pâtée. Comme si de rien n’était. Et c’est sans nul doute bien mérité.

Le discours monte, monte, monte, tandis que l’enfant s’emballe dans la fable qu’il monte de toute pièce et qui prend vie avec les illustrations, noir et orange, à la fois sobres, inventives et délicieusement humoristiques. L’orateur met tant de conviction dans son propos que son ami le croit, tandis que les lecteurs sont surpris et sourient : après tout, c’est vrai qu’on ne sait pas grand chose de la journée d’un chat. Qui sait…

Un bon gros mensonge poétique excellent, comme pourraient s’y adonner en toute bonhomie et enthousiasme bon nombre de jeunes enfants.

0

Au-delà des bestiaires

Place aux animaux dans la BBthèque ce jour, à travers deux splendides livres qui empruntent chacun au bestiaire tout en emmenant ce genre classique pour le tout jeune public vers d’autres genres favorisant itou également, et plus encore quand ils sont combinés avec le premier, l’éveil des tout-petits, et leur promettant un voyage vers un ailleurs, imaginaire et/ou réel : le livre d’art d’une part, le récit d’autre part.

L’art des tout-petits : animaux

Mon premier est le nouveau titre de la collection mettant l’art à portée des tout-petits aux éditions Palette qui (se) consacrent (à) l’éveil artistique. L’ours Pompon en vedette, il convie les jeunes enfants à retrouver les animaux dont ils sont familiers dans des œuvres d’art (peintures, sculptures) d’époques et de styles différents.

Le chat est ainsi dépeint par Suzanne Valadon (Bouquet et chat, 1919), le chien par Franz Marc (Chien couché dans la neige, 1910-1911), le cheval par Xu Beihong (Cheval galopant, 1937), l’on retrouve sur des fresques antiques les dauphins (Fresque des dauphins, 1550-1450 avant J-C) et le lion (Lion de la porte d’Ishtar à Babylone vers 575 avant J-C), et bien d’autres représentations d’animaux à travers une mini histoire thématique de l’art, pensée comme internationale.

Chaque reproduction de chef d’œuvre est accompagnée, comme dans le titre précédent de la collection, par une question semi-ouverte à choix fermé, pour amorcer un dialogue entre les lecteurs et les images, et s’en donner à cœur joie dans le grand jeu de l’observation et de l’interprétation. Le papier, épais, et la couverture, douce et rembourrée, contribuent au plaisir de ce voyage muséal par l’entremise de l’objet livre, dès le plus jeune âge.

Oui, qu’on soit tout-petit (lecteur) ou très-grand (artiste), on connaît tous les animaux, qui nous étonnent, nous intriguent voire nous fascinent.

Quelques extraits ici !

Jusqu’en haut 

Mon second est un livre dont l’arbre est la structure, et ses habitants ses héros. Il est signé Emilie Vast aux éditions MeMo.

Le récit met en scène une ascension au sommet de l’arbre des différents animaux le fréquentant ; une ascension qui constitue également une remontée à la source (le pourquoi du comment) de l’incident qui constitue le point de départ de l’histoire, au tout début du livre.

Mais rentrons plutôt dans le vif du sujet : nous sommes dans une forêt tropicale, et plus précisément au sein de la forêt amazonienne, poumon vert de la planète dans la mesure où elle produit 20% de l’oxygène de la Terre ! Elle abrite végétaux, minéraux, animaux… réunis dans un écosystème extrêmement riche mais menacé par l’exploitation humaine. Emilie Vast met ici en scène ces animaux que nous, adultes, connaissons mal et peu, et les donne ainsi à voir à tous les jeunes lecteurs… sous la forme d’une enquête presque policière !

Au départ, il y a Coati, qui, au sol, cherche à se sustenter avec de fruits. Quand PAF Ocelot lui tombe dessus ! Coati, gêné par la chute, demande à Ocelot pourquoi il lui est tombé ainsi sur le dos. Ocelot répond en relatant l’incident précédent dont lui-même a été victime l’instant d’avant : Ibis l’ayant piqué, il était tombé ; les deux animaux montent rejoindre Ibis pour lui demander la raison de son coup de bec. Ibis incrimine Tamandua et son coup de queue, et voilà les trois animaux en train de monter d’un cran pour interroger Tamandua. De branche en branche, d’animaux en animaux, se reconstitue la réaction en chaîne qui a conduit à la chute d’Ocelot sur Coati : un petit rhume dans la forêt humide, pour le petit Singe-Ecureuil… qui n’aurait, suppose l’auteur, pas bien appliqué les leçons de sa maman Singe-Ecureuil lui recommandant chaudement de bien enrouler sa queue autour de son cou… pour ne pas attraper froid…

Les illustrations, fines, modernes, opposant un arbre noir à des animaux de couleurs, montrent tant des points de détails (animaux, végétaux) que des vues d’ensemble, par un jeu d’alternance qui n’oublie pas d’inviter ses protagonistes principaux, les animaux, à jouer à cache-cache entre eux et avec le jeune lecteur : on les aperçoit, on les devine presque tous, et ce presque dès le début, mais ce n’est qu’au fur et à mesure du récit qu’on les découvre véritablement, et qu’on reconstitue l’histoire.

A la toute fin, sur la dernière double-page du livre, Emilie Vast dresse le portrait des différents animaux présentés, en révélant au tout jeune lecteur leurs principales caractéristiques. On retrouve ainsi : Coati, Ocelot, Ibis rouge, Tamandua, Toucan, Paresseux, Singe hurleur, Ara bleu et Singe Écureuil… êtres fragilisés par un avenir incertain.

Quelques extraits !

0

Mais où est… Momo

Tout le monde connaît (Mais) où est Charlie… où il faut trouver Charlie dans pléthores de scènes, Andrew Knapp s’amuse à adapter le concept, en utilisant le média photos, pour les tout-petits bambinos, et cela donne, tadam, un premier documentaire très rigolo :

Mais est Momo :

un livre où l’on cherche son chien 

Dans cet album format carré et tout cartonné, le bébé lecteur se voit présenter, sur chaque page de gauche, quatre éléments décontextualisés et nommés, à retrouver sur la scène photographiée en page de droite.

Parmi les éléments, il y a toujours le héros de l’histoire, fidèle au rendez-vous : Momo, qui, il faut le dire, sait très bien jouer à cache-cache.

Parmi les scènes, on compte plusieurs univers différents que Momo côtoie avec le bébé lecteur et chercheur, cherche, bébé, cherche : la fête foraine, la salle de sport, l’aire de jeux, la chambre, le chantier, l’atelier, le jardin à cultiver, la librairie ou la bibliothèque (qui met la banane car oui, un des éléments à trouver est une banane), le travail dans les champs, la cuisine, et les vacances en mode road trip. Scènes truffées, c’est le cas de le dire, de détails constituant leur objet : sur la route des vacances par exemple, on trouve… un camping-car, une forêt, un cours d’eau, une prairie, une roue de secours, un appareil photo, des fenêtres ouvertes pour faire rentrer l’air dans le véhicule, Momo, bien sûr, mais aussi un doudou (qu’on retrouve d’ailleurs un peu partout), une valise, des protections sur les sièges, une carte à déplier, un appareil photo, etc.

En bref, un imagier sous forme de livre-jeu, très sympa. Quelques images sur le site de l’éditeur, Les Grandes Personnes : http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/mais-ou-est-momoandrew-knapp1er-mars-2018/ ! Bonne quête tout le monde, et bon voyage…

0

La balade d’Asami

Bientôt le printemps et les cerisiers en fleurs, la BBthèque se met au parfum en chroniquant un album japonisant :

La balade d’Asami

de Delphine Roux et Pascale Moteki

C’est l’histoire d’une petite fille, Asami, qui, livrée à elle-même car sa maman est occupée à gérer la maison, réfléchit (serait-elle en train de concevoir un projet ?) et lui demande l’autorisation de sortir se promener avec son chien, Ito. Sa maman lui répond oui, et lui propose un panier pour l’accompagner dans sa balade. La petite fille et son chien gambadent dehors, il fait beau, et Asami remplit peu à peu son panier de mille trésors au gré des étapes de leur trajet :

  • dans un champ vert, elle cueille des trésors verts : fougère, lierre
  • dans un champ rouge, des trésors rouges : cerises, coquelicots
  • dans un champ bleu, des trésors bleus : fleur de lin, fil de laine échappé d’un nid
  • dans un champ jaune, des trésors jaunes : coquille d’escargot, épi de blé

La cueillette est finie ! Asami et Ito rentrent à la maison. Asami étale le fruit de sa récolte sur la table… puis, « dans le plus doux des secrets, elle fabrique une guirlande de rouge, de bleu, de jaune, de vert…. pour son tout petit frère », une guirlande 100% naturelle et colorée pour le tout petit bébé, avant d’être enlacée, avec ce bébé, dans les bras, tout aussi aimants, de son papa et de sa maman.

Une intention, un moment, une réalisation : la générosité du cœur se dit ici en sobriété.

1

Le cache-cache des animaux

Coucou-caché, je t’ai trouvé ! J’ai nommé Le cache-cache des animaux de Tomoko Ohmura, auteur(e) et illustratrice japonaise publiée aux éditions L’école des loisirs :

Cet album papier, qui opte pour un format paysage et des illustrations joyeuses, à la fois ludiques, tendance et colorées, met en scène une partie de cache-cache dans un appartement ou une maison : mais qui se cache donc dans le placard ? dans l’entrée ? sur le canapé ? et… tout se finit dans la cuisine pour un bon goûter partagé entre amis ! Les joueurs sont des animaux astucieux :

  • le chien dans le rôle de celui qui compte puis cherche ses camarades bien cachés, avec l’aide du bébé lecteur explicitement mis à contribution… top départ pour la quête du détail qui révélera toutes les cachettes… !!!
  • le tigre, planqué dans le placard, accroché au porte-manteau telle une veste bigarrée… mais dont on reconnaît les rayures, si on regarde bien…
  • le lapin, qui s’est glissé dans le meuble à chaussures, essayant de faire passer ses oreilles repliées pour des chaussons… un peu trop pointus cher ami !
  • le mouton pelotonné sur le canapé comme un coussin… à cornes !

La décoration intérieure donne du fil à retordre au narrateur canin mais aussi aux lecteurs bambins, tant elle joue la carte, très mode, de la touche animale : la garde-robe aux tons jaunes et félins, la pièce à vivre avec tapis vache, couvre-lit girafe, pouf tortue… que de pièges visuels à contourner pour retrouver les amis cachés !

Et à la fin de la partie… surprise !! un peu effrayante l’ombre d’un instant : dans la cuisine en catimini, voilà qu’une forme inattendue et inconnue se dessine… qu’est-ce donc, s’inquiètent nos amis joueurs ? Ouf, on allume la lumière, ce n’est pas du tout un monstre, comme quoi les apparences peuvent être trompeuses, c’est la sœur et le frère du chien qui, en cachette aussi, en douce en fait, étaient sur le point de commencer à goûter sans attendre les autres… Quelquefois, donc, on se cache pour d’autres raisons que pour jouer, on se cache pour cacher ce qu’on fait (et parfois, on dirait bien que c’est le cas ici, parce qu’on sait bien qu’on en train de faire… une bêtise !)… Heureusement, les coquins n’ont pas encore eu le temps de manger, toute la compagnie se joint à eux pour déguster les gâteaux à la lumière du jour.

Une lecture ludique et sympathique à partager avec les bébés lecteurs qui se font un plaisir de contribuer à trouver eux aussi les amis cachés.

⇒ Pssst… pour jouer à coucou-caché avec d’autres livres, c’est par ici !

0

A chacun sa maison

Dans la série pop-up pour tout-petits, j’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui Les maisons des animaux par Philippe Ug (un vrai pro du pop-up… qui a même, il y a quelques années, commis, si si, un livre pop-up sur l’œuvre de Vasarely) aux éditions des Grandes Personnes :

Un petit format carré tout cartonné, aisé à manipuler, qui présente, sous forme animée, de double-page en double-page, les habitats respectifs de nos voisins les animaux… en mouvement et en volume s’il-vous-plaît :

  • l’escargot dont la tête sort de la coquille
  • l’oiseau émergeant de son nid pour apprendre à voler
  • l’écureuil (image de couverture) bien à l’abri dans l’arbre en compagnie de son garde-manger
  • la taupe qui surgit de dessous ses monticules de terre
  • la souris tentant une sortie depuis sa retraite derrière les plinthes
  • la niche du chien, maisonnette dans le jardin face à la maison des maîtres
  • la jolie ruche des abeilles où naît le miel
  • le rocher abritant le crabe
  • les coraux derrière lesquels se cachent les petits poissons dans l’eau…

L’occasion d’aborder, de manière ludique, avec les tout-petits, des cadres de vie différents, et de présenter dès le plus jeune âge l’environnement dans toute sa richesse et sa diversité, au travers d’êtres vivants relativement courants. Un bestiaire où les bêtes jouent à cache-cache : des fois on les voit, et quand on ne les voit pas, c’est peut-être bien qu’ils sont chez-eux ! Il y a la vie en extérieur… et la vie en intérieur, bien au chaud dans les maisons. Comme nous, en fait… Vie publique, vie privée, chers petits bébés !

Mais trêve de paroles, place à la vidéo démo :

0

L’enfance de l’art

L’art est un jeu d’enfants, démontre une nouvelle fois la maison d’édition Palette… avec son nouveau livre-jeu destiné aux lecteurs en herbe :

L’enfance de l’art

conçu par Loïc Le Gall

avec le suivi éditorial de Marion Balalud de Saint-Jean

Ce livre d’éveil artistique — format paysage et à spirales s’il-vous-plaît — joue la carte ludique à 100%. Dès la première page, la règle du jeu est communiquée à l’enfant :

Retrouve les trois œuvres qui illustrent chaque thème : femme, arbre, maison, enfant, fleur, fruit, légume, chat, chien, cheval, oiseau, bateau, soleil, voiture !

Puis, hop, le livre se scinde en trois colonnes, trois mini-livres pour s’adonner au jeu des mille et unes correspondances ! Comme dans un méli-mélo, c’est au bébé lecteur de faire tourner les mini-pages, chaque mini-page reproduisant une grande œuvre d’art… classique, moderne ou contemporaine… peinture, sculpture, faïence… déco, portrait, nature morte… jusqu’à obtenir la combinaison gagnante : les trois maisons, les trois femmes, les trois enfants…

Une démarche originale pour faire découvrir aux plus petits les plus grandes œuvres d’art : par le jeu, donc, mais aussi par des thèmes universels et accessibles, le tout servi par une très belle qualité d’impression permettant d’apprécier les détails de chaque tableau. Dans ce premier documentaire à manipuler avec ses petites mains, chaque repro est légendée : thème, nom de l’artiste, titre et date de l’œuvre, pour la culture générale de l’adulte lecteur… mais aussi pour une lecture évolutive de l’enfant grandissant, qui se voit offrir un formidable et fécond voyage dans l’histoire et la pratique de l’art.