0

Des premiers livres aux premiers jeux… et vice-versa !

Lumière aujourd’hui sur une nouvelle et heureuse tendance ludique (ré ?) apparue dans l’édition jeunesse ces dernières années : en complément de l’édition d’albums de qualité, voici que les créateurs de livres éditent aussi des jeux, inspirés de ces albums et souvent d’ailleurs conçus avec leurs auteurs ! Plusieurs éditeurs s’y sont mis… : l’école des loisirs dont je m’apprête à vous présenter plus avant quelques jeux, les éditions MeMo (qui ont conçu… un memo, hihi, Raymond joue, à partir de l’univers d’Anne Crausaz… ou encore ce premier puzzle pour les 2-3 ans Raymond s’habille tout en colimaçon… ou encore ces cubes à empiler signés Janik Coat), sans parler des jeux signés Hervé Tullet et édités par Bayard Jeunesse il y a quelques années (les géniaux un jeu et un memo)…

Je vous présente aujourd’hui, à l’occasion des vacances d’hiver où il fait bon rester au chaud et se retrouver ensemble autour de la table, quelques premiers jeux de société pour les plus grands des bébés… à partir de 2 ans et demi voire 3 ans selon les enfants !

 

Le domino des bruits

Echo du Livre des bruits de Soledad Bravi, le domino des bruits est un jeu de domino où les joueurs s’amusent à coupler les images (objets et êtres vivants issus de notre quotidien) tout en émettant les bruits correspondants ! Deux niveaux de jeu, avec des sets de carte distincts : un premier set pour une première approche, puis un deuxième avec des images et sons plus complexes, qu’on peut coupler au premier set pour cumuler les difficultés… A jouer seul ou à plusieurs, selon son envie, et sans qu’il n’y ait de perdant. Hi Han. Plus d’infos ici : https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/domino-bruits !

Elmer, le jeu des couleurs

Qui ne connaît pas Elmer & ses mille et une couleurs, l’éléphant « comme Paul Klee » de David McKee (le mieux c’est de l’en entendre parler… par ici) ? L’école des loisirs a eu l’idée éclairée d’en faire un jeu d’apprentissage des couleurs, fondé sur l’observation et le hasard… avec l’utilisation d’un dé dont les faces sont des couleurs ! Un jeu à jouer à 2, 3 ou 4 joueurs : chaque joueur lance les deux dés à tour de rôle et complète, selon la couleur affichée par la face du dé, une case de son éléphant avec le jeton de la même couleur. Pour complexifier le jeu si l’enfant est prêt, on trouve sur les deux dés quelques faces dites spéciales… qui relancent le jeu : un pinceau magique grâce auquel le joueur prend dans la pioche un jeton de la couleur de son choix (sympa), une baguette magique où il prend à un autre joueur un jeton de la couleur de son choix (moins sympa) et un jour de fête où tout le monde a le droit de prendre un jeton de la couleur du choix de celui qui a lancé les dés cette fois-là (super sympa). Un graphisme au top, pour un jeu où le premier à avoir attribué à son éléphant toutes ses couleurs emporte la partie. Plus d’infos ici : https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/elmer-jeu-couleurs !

Le loto de la famille Souris

Et le petit dernier pour aujourd’hui, c’est le non moins formidable loto mettant en scène tous les membres de la très grande famille Souris, inspiré de la série d’albums éponymes de Kazuo Iwamura si poétiques et doux, disant la vie en communauté et en harmonie avec la nature. Un jeu à jouer, si on le veut, par (presque) autant de joueurs qu’il y a de souris… et, aussi, un jeu dans lequel on crie beaucoup « souris ! ». Chaque joueur se voit attribuer une grille (ou plusieurs, si on aime les défis), sur laquelle figurent quatre souris différentes, chacune prise dans un moment de sa vie (c’est une petite souris en train de laver son linge par beau temps ; c’est une petite souris en train de faire de la luge l’hiver ; c’est une mamie souris qui….). Au milieu de la table, un tas de cartes « souris », faces cachées. Chacun leur tour, les joueurs retournent une carte et la montrent à l’assemblée ; le premier qui reconnaît une souris figurant sur sa grille crie « SOURIS ! ». Le plus rapide obtient ladite souris ; mais s’il se trompe… il doit rendre une autre souris ! Surprises… quelques cartes spéciales viennent pimenter la partie, si l’enfant se sent prêt : la très pratique « feuille magique », aka joker ; la carte « champignons » qui oblige le joueur piocheur à se défausser d’une de ses souris… Plus d’infos ici : https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/loto-famille-souris !

Publicités
0

La petite bête

Tout le monde la connaît, tout petits compris, l’histoire de la petite bête… qui monte… qui monte… qui monte… et qui fait des guili guili guili ! Tout le monde la connaît, mais seul Antonin Louchard s’est résolu à lui donner forme et consistance, jusqu’à en faire le personnage principal de toute une série de livres… dont la petite bête est la starlette !

 

Cette collection drôle et sympathique a plus de 10 ans de notoriété méritée : parue initialement chez l’éditeur PetitPOL (collection La petite bête) de 2004 à 2006 avec pas moins de 12 albums relatant les aventures de la petite bête (la peinture, le téléphone, la voiture, la maison, le repas, les peurs…), elle s’est ensuite invitée chez Gallimard Jeunesse (collection Giboulées), Bayard Jeunesse  (collection La petite Bête) et Thierry Magnier (collection Album).

Aujourd’hui, je vous présente deux albums de la petite bête :

Pouët ! pouët ! la petite bête

pouet pouet la petite bete louchardLe petit premier de la collection, paru le 1er avril 2004, avec ses frères et sœurs jumeaux Chapeau ! la petite bête, La peinture de la petite bête et Allô ! la petite bête, dont voici le texte fidèlement retranscrit :

Pouët ! Pouët ! Qui voilà dans sa belle auto ?

Vroum ! Vroum ! C’est la petite bête.

Vroum ! Vroum ! Au feu orange elle ralentit…

… et au feu rouge elle s’arrête. Pouët ! Pouët !

Mais quand le feu repasse au vert, Tuuuut ! Tuuut ! Pouët ! Pouët ! l’auto ne veut pas démarrer.

Pourtant le réservoir est plein !

Pourtant les pneus sont bien gonflés !

Zut ! C’est le moteur qui est cassé.

– C’est pas grave, dit la petite bête… Pouët ! Pouët !

… Je vais continuer à pied.

Et la petite bête de continuer en effet à pied, mais toujours dans la voiture, en la soulevant pour être plus à l’aise… car ne l’oublions pas, c’est écrit dans le titre, notre bête est petite, de même qu’un tout petit : son auto est à sa mesure, ce n’est donc point une auto d’adultes, mais un modèle réduit, jouet d’imitation… pour faire comme les grands… mais aussi comme on veut… alors pourquoi pas marcher pour se véhiculer !?

Un récit rythmé, ponctué d’onomatopées, aux illustrations sobres, colorées et si expressives, extrêmement vivant tant par sa description de la réalité (la circulation en ville, la signalisation routière, les klaxons, les embouteillages, l’entretien du véhicule…) que par l’imagination diantrement débrouillarde des petites bêtes enfants !

C’est la p’tite bête…

c est la ptite bete louchardLe petit dernier de la collection, le nouveau-né, paru le 6 mai 2015, 16 cm… et… xx kg ! La voici la voilà, l’histoire que tout le monde connaît, où l’on voit la petite bête monter, monter, monter tout là haut là-haut, et même encore plus haut, mais une fois au sommet, que se passe-t-il ? La solitude s’empare d’elle, c’est terrible ! Alors, toujours philosophe et résolue, la voici qui entame le chemin inverse, car… le saviez-vous ?… la petite bête descend également ! descend… descend et descend… et plus elle descend, plus c’est marrant !!!

Et vous, connaiss(i)ez-vous cette collection ? Si oui, laquelle des aventures de petite bête préférez-vous ?